Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 07:25

De toutes parts et pas seulement à gauche, et hélas  à gauche  moins qu'ailleurs le diagnostic , pour peu qu'on y fasse attention, émerge.  La droite a peur , ce qui la rend lucide.

 La formidable bataille sur l'identité, les civilisations, les différences "génétiques"  camoufle avec succès la lutte des classes c'est à dire gomme la conscience de classe.

 La lutte des classes existe au moins depuis le néolithique et le capitalisme ne l'a pas inventée. Dès qu'un prince s'empare d'une partie importante de la récolte, ne serait-ce que pour s'offrir une sépulture hors du commun, l'affrontement naît. Celui qui travaille a une moindre part de la récolte que celui qui a la puissance. Les chamans   font passer cette captation pour une décision divine. Les jacqueries, de loin en loin voient affleurer la lutte des classes.

  Contrairement à  ce qu'ont pensé les marxistes avant Gramsci, la lutte des classes s'exprime rarement, ou plutôt la conscience de classe est le plus souvent assoupie par l'hégémonie.  En 2021 c'est le rôle des grands prêtres de l'identité.   Le musulman tout autant victime que moi est l'ennemi, le rassemblement libérateur est bloqué.

  Cela dicte notre choix : le rassemblement suppose la conscience de classe chez les plus opprimés. Chaque fois que nous contournons à gauche cette évidence (la nature, l'économie d'énergie, le féminisme, la laïcité...)  nous rendons service à Macron.   Il s'agit d'objectifs progressistes  indéniables, mais lorsqu'ils oblitèrent (involontairement)  la conscience de classe ils nous font reculer dans les quartiers populaires oubliés. Prenons l'exemple du féminisme. Lorsque le foulard devient l'ennemi, la division s'opère au lieu du rassemblement. L'appartement aux normes  environnementales   souhaitable mais  dont le loyer augmente chasse le pauvre vers le ghetto.

 Nous n'avancerons que si nous nous colletons  avec la réalité : reconquérir les quartiers populaires  suppose la dialectique. Toutes les luttes sont nécessaires mais à une condition, n'en abandonner aucune.

Avec les couches moyennes seules nous n'y arriverons pas. Et abandonner les couches populaires aux Zemmour , aux islamistes ou au désespoir est catastrophique. C'est pourtant ce que nous faisons.

  Henri Ausseil

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 06:38

Maud Vergnol dans l'Huma frappe là où çà fait mal.   Un consortium de 600 journalistes révèle que 35 chefs d'état, 130 milliardaires  et quelques premiers ministres ont soustrait 10 000 milliards d'euros au fisc de leur pays. La presse écrites de tous bords  à l'exception de l'Humanité, les radios, la télé  qui donnent tant de place à Zemmour ont été et sont  d'une grande discrétion  sur cette information choc.

  Nous en tirons plusieurs  enseignements :

  * la  presse écrite  en difficulté donc le lectorat s'étiole (et les ressources publicitaires qui vont avec)  prend le risque de passer encore plus  pour vendue  et donc de  s'affaiblir encore. Journalistes et rédaction devraient y réfléchir.

* Internet en effet  a largement relayé.  Le doute se répand sur les informateurs mais aussi sur le personnel politique en général  avec déjà des effets immédiats  en Tchéquie.

 * notre devoir est de faire  passer citoyens et citoyennes de la défiance  à l'adhésion à un nouveau modèle de société.  Car la défiance nourrit Zemmour et Le Pen et l'espoir nourrirait la vraie gauche de l'humain d'abord.

* lorsque le PCF est associé pour "gouverner" à  d'autres entités qui se disent opposées à la droite   et qui restent  hégémoniques, c'est le PCF qui paie la plus lourde addition s'il ne livre pas la bataille de  l'évasion fiscale, puisqu'il paraît la  couvrir et que son électorat est le plus conscient.  C'est la leçon de la Tchéquie.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 06:04

Montreuil  possède plusieurs foyers,  appartenant à l'état souvent, pour travailleurs incapables de payer les loyers de la Région parisienne, même qualifiés de sociaux.

L'un d'eux appelé Bara fut bâti dans les années 60 . Les habitations au rabais pour pauvres se devaient d'être construits au rabais. C'est mieux que de ne pas en construire mais 70 ans plus tard un habitat indigne comptait plus de cafards que d'habitants.

 Patrice Bessac, maire communiste , avec un grand courage politique, a décidé  en 2018 la destruction du foyer. Le reconstruire était loin d'être acquis, 1000 habitants étaient expulsés et pas toujours correctement relogés, en tout cas guère mieux. 3 ans de lutte et d'incertitude ont suivi, avec l'appui de locataires conscients  dépassant leur colère.  Et l'opposition avait de multiples armes , hypocrites mais dangereuses.

 La gentrification est experte à se saisir d'espaces pour pauvres transformés en appartement de standing. Un maire n'est pas démuni, la preuve, quand il refuse d'être complice

Le 11 octobre 2021 Bessac a fait poser la première pierre de Bara II par Moussa, un résident de  Bara I.   L'état a investi 18,5 millions,  160 logements autonomes bien équipés disposeront du même confort que les  appartements destinés aux couches moyennes. 18 mois s'écouleront encore avant la fin des travaux.  Mais l'espoir succède au désespoir, les appartements seront  peu dépensier en énergie comme le le souhaite  l'architecte dont nous avons parlé dernièrement. Mais le prix du loyer, le choix des locataires ont aussi été pris en compte. Et l'Etat a un peu desserré les cordons de la bourse.

C'est une première pierre qui parle à toute la France et une leçon pour tous les maires de France. Il ne doit plus y avoir d'habitat pour pauvres, mais il faut que les pauvres puissent accéder aux nouveaux habitats. Sinon on les chasse dans des ghettos  avec de fausses bonnes intentions.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 10:30
La commune à l'honneur

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 08:35

Son article complet est lisible sur 100 paroles.Le blog espère vous donner l'envie de le lire

 la Confédération Nationale du Logement tient son congrès  Pour en parler, Catherine Tricot, architecte-urbaniste et directrice de la revue Regards, est l’invitée de #LaMidinale.

Elle énonce  une priorité

Il y a tous ceux qui sont mal logés, ceux qui payent trop, mais s’il y a une urgence absolue, je dirais que c’est celle de préparer le logement pour le réchauffement climatique. C’est-à-dire d’isoler, de construire des logements qui consomment moins, qui sont plus vertueux sur le plan de l’impact écologique. »

Cette priorité et-elle prise en compte?

« Il était prévu d’isoler 500.000 logements par an, on est au rythme de 70.000. L’essentiel du logement reste ancien, ce sont des logements qui ne sont plus adaptés aux modes de vie actuels.La réhabilitation des logements passe à côté de ces évolutions, faute de quoi ces logements seront de plus en plus délaissés et donc des logements pour les plus pauvres.

Le logement social est un logement pour tous :

70% de la population peut y prétendre. Mais ils ne seront habités par tous que s’ils correspondent aux besoins et aux attentes de tous. On est en train de fabriquer du logement de pauvres. »

 La demande n’est pas identique partout sur le territoire.

« La région parisienne, mais pas seulement, est un endroit avec une très forte demande qui n’est pas satisfaite. Il y a notamment un problème de foncier qui est rare et très cher. La balle n’est pas simplement dans le camp des bailleurs sociaux. Il y a un problème de libération de ce foncier. Il y a aussi un problème idéologique : quand on veut faire du logement social, c’est souvent très compliqué dans les villes, parce qu’il y a une mauvaise appréhension par les habitants du logement social. Pour eux, ça va être du logement mal-famé, mal-habité, qui va apporter des ennuis de voisinage.  C’est pour cela qu’il est fondamental de moderniser le logement social pour qu’il redevienne attractif, désirable, qu’on ait envie d’y habiter. »

Les services publics font partie de l'équation

« Quelque chose se noue autour de la qualité des services publics, en premier lieu l’école. Les parents ont une grande inquiétude pour leurs enfants sur la formation qu’ils vont recevoir et donc les chances d’avenir qu’ils vont avoir. Si on n’arrive pas à redévelopper un niveau scolaire dans toute la France qui soit de qualité équivalente partout, on n’y arrivera pas.  Les élèves de Seine-Saint-Denis perdent une année de scolarité dans leur parcours du fait des professeurs qui ne sont pas remplacés. C’est insensé.Tant qu’on aura ces inégalités, c’est pas la peine de demander aux architectes et aux urbanistes de renverser la donne.

La mobilité contre le ghetto, ce n'est pas qu' un problème de voiture

 Avoir à proximité l’école, l’alimentation, la poste, le médecin, etc., pourquoi pas ? Mais quand on habite Saint-Denis, il faut qu’on puisse aller à Paris. Les Parisiens perdent beaucoup à ne pas oser dépasser le périphérique. Ils ont une vision surannée du monde populaire et de la France.  La mobilité reste un objectif, mais il faut la penser dans des conditions écologiques et sociales partagées.

Le temps long du logement s'oppose au temps court de la politique politicienne

  Le logement, c’est du temps long. Quand on achète, on emprunte sur 20-25 ans. Quand on construit un logement, il va avoir une vie sur 100-150 ans. Ça échappe au temps relativement court de la politique et de la démocratie.

 

Point de vue du blog  : cet article est novateur.Ses pistes sont multiples et nous ferions bien d'y réfléchir. Mais on voit bien qu'il émane d'un membre des couches moyennes. Manquent  le chômage, les budgets , le non droit et la violence  , la politique générale qui coupe la France en deux.

Il justifie  ce que défend le blog. L'approche qui est ici clairement  sociale démocrate a toute sa place dans le rassemblement , en même temps que la voix des couches populaires doit être  mieux entendue. La cage à lapins qui logerait les pauvres n'est pas un objectif de gauche. Nous avons besoin de Catherine Tricot.

HA

 les sous titres sont du blog
 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 10:22

Tram ,  bus et TER à 1 euro ou à un prix inférieur au prix de revient sont à la mode, toutes couleurs politiques confondues.

  Comme moyen de mutualiser la lutte contre la pollution automobile, le blog est forcément d'accord. Mais une question n'est jamais posée : qui paiera le manque à gagner.

Actuellement ce sont les communes, financées par l'impôt. Donc c'est vous qui payez le complément pour prendre le tram à 1 euro.

Dans l'énorme Ile de France, les limites de ce système sont dépassées. 4 milliards de pertes (la pandémie y est pour beaucoup)  sont annoncés et la question subsidiaire est : qui va payer ?

 Nous sommes dans le dur mais la  même question se posera un jour ou l'autre partout.

   Pour aller à votre travail grâce à un transport en commun, vous facilitez  le fonctionnement d'une vie économique plus vertueuse. Mais l'économie aussi en profite , c'est à dire le patronat.  Financer le transport en prenant sur les 15 % donnés aux actionnaires, ce n'est pas  une idée farfelue. C'est tout à fait possible. Espérons que la campagne de Fabien Roussel fera emmerger cette solution , dont il n'est jamais question.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 08:27

Le grand débat des présidentielles, logiquement, devrait porter sur la grande question que pose la crise profonde de l'occident. Doit-on placer en premier l'homme ou l'argent.

 Si c'était ainsi quémergeait le débat, le résultat ne ferait aucun doute : le capitalisme financier serait balayé avec ses serviteurs. Il le sait et met toute son énergie à brouiller les cartes.

   Deux exemples récents le montrent

   *   La question de l'énergie est fondamentale. Une énergie nationalisée répondant à tous les besoins s'oppose à une énergie privatisée permettant par des hausses brutales d'accumuler  les profits.  Qu'est-ce qui nous et proposé  ? un débat pour ou contre les éoliennes, dérisoire,  qui n'est pas en mesure de répondre aux besoins des précaires énergétiques.

  * Le vivre ensemble dans l'égalité est la seule solution à l'abîme dans lequel tombe la société française. Zemmour bien conseillé  invente une expression et un concept propres à diviser au lieu d'unir , à faire prendre des vessies pour des lanternes, "le grand remplacement".    le constat de départ est juste : l'intégration est en panne.   C'est sur les causes que se situe l'entourloupe.  Si l'intégration ne fonctionne plus ce n'est pas en raison des discriminations de plus en plus pesantes mais parce que les musulmans n'en veulent pas. Ce qu'ils veulent c'est nous remplacer. L'inversion grossière de l'effet et de la cause n'ont rien de nouveau. Mais l'entrée d'un mot dans le vocabulaire rend crédible la chose, c'est un procédé archi connu.   Certains croient devoir répondre. Répondre à quelqu'un qui vous dit que le soleil tourne autour de la terre, c'est laisser supposer qu'il y a matière à  débat.  Intégrer les quartiers  populaires dans le combat politique suffit à prouver  que Zemmour est un clown. Encore faut-il le faire.

Tant que nous nous battrons sur le terrain choisi par l'adversaire nous serons inefficaces.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 10:02

15 % c'est le minimum qu'exigent les fonds de pension pour prêter le précieux argent qu'ils nousq ont volé..   L'économie réelle  lorsqu'elle atteint 5%  réalise un exploit, illustrant la baisse annoncée par le  marxisme  de la valeur produite par le travail  vivant  (la machine déjà fabriquée est du travail mort mais elle est  de plus en plus nécessaire, les énormes investissements aussi).  Les 10 %  supplémentaires sont pompés sur votre travail, votre épargne, votre santé, votre retraite.    Le rôle de l'hégémonie est de vous le cacher.

Mais il s'agit d'une approximation. L'ONG néerlandaise SOMO chiffre à 44% le profit de Moderna sur son vaccin ultra protégé. Imaginez Pfizer et Amazon!

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 09:33

demain   5 octobre, est une journée de grève et de manifestations organisée par une inter-syndicale pour les salaires, les retraites, l’emploi, les services publics, la protection sociale et l’égalité salariale.

A Montpellier, la manif est 10h30, devant la Sécu (bd Gambetta)

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 09:08

De sa très longue lettre nous faisons un résumé compatible avec la taille du blog

Le résultat d’exploitation pour l’année 2020, dans le contexte de la pandémie, est positif à 733 000 €. Le résultat net est positif à 3 134 000 €.Au regard du contexte dans lequel nous avons dû préparer la Fête, les résultats sont très bons malgré des surcoûts dus au dispositif sanitaire et a la rénovation des infrastructures abimées par les travaux sur le site en prévisions des prochains Jeux Olympiques.

Mais les hausses des prix de l’énergie alourdissent les coûts de l’électricité pour l’immeuble, les coûts d’impression avec des augmentations des prix de l’encre, les coûts de transport et de distribution avec la hausse des carburants. Nous sommes aussi sous la menace d’une augmentation très importante des coûts du papier, voire même de pénuries.  Nous subissons déjà les effets des sérieux coûts de canif portés à la loi Bichet (du 2 avril 1947 sur la distribution de la presse écrite) et au principe de solidarité entre diffuseurs. D’abord les coûts de diffusion des journaux ont augmenté de manière importante du fait de la destruction de la coopérative de distribution Presstalis. Ceci va peser sur l’économie de l’Humanité pour un coût supplémentaire de 319 000 €.

Une nouvelle étape inquiétante est engagée avec l’orientation du gouvernement de ne plus confier la distribution des journaux à La Poste pour la transférer à des sociétés de portage. Ceci aura comme conséquence une lourde augmentation des prix de la distribution des journaux et des inégalités dans la régularité de la distribution sur certaines parties du territoire. 

L’Humanité au-devant de nouveaux défis

La période nouvelle qui s’ouvre, avec la pression numérique sur les modes de lecture, une guerre sans merci contre les idées et les valeurs progressistes et la promotion des valeurs de droite et d’extrême-droite, nous oblige à repenser, à moderniser, à rendre plus incisif nos journaux et l’ensemble de nos contenus dans le cadre de la bataille idéologique en cours.

Le quotidien sera renforcé pour répondre à ces objectifs. L’Humanité Dimanche deviendra, quant à lui, un vrai magazine de fin de semaine, avec des rubriques enrichies, plus de reportages et d’enquêtes, et plus de services utiles et pratiques.
Une offensive réactionnaire violente

La responsabilité de l’Humanité est immense à l’heure où les forces ultra réactionnaires et fascisantes se dotent d’un dispositif médiatique avec l’objectif de prendre leur revanche sur les libérateurs de la fin de la Seconde Guerre mondiale, voire même de tenter de se débarrasser des acquis et conquis sociaux, démocratiques, culturels, laïcs de la Révolution française. C’est le sens du déploiement de magazines comme Valeurs Actuelles qui n’a pas hésité à investir franchement le combat politique en publiant par exemple les tribunes des généraux, ou semaine après semaine ses dossiers contre les prestations sociales, les jeunes des villes populaires, les immigrés et les musulmans de France.
C’est aussi le sens des investissements réalisés par l’un des capitalistes français les plus puissants dans la télévision, particulièrement dans C-News, cheval de Troie des idées ultra réactionnaires où les débats sont circonscrits entre la droite extrême et l’extrême-droite, et son adossement à Europe 1. Ajoutons que les nouvelles concentrations capitalistiques – comme en témoignent la fusion TF1-M6 ou le rachat du groupe Lagardère par Vivendi-Bolloré afin de fusionner C-News et Europe 1, de prendre en mains le Journal du Dimanche et Paris-Match – visent à la fois la recherche d’une rentabilité augmentée mais aussi une efficacité nouvelle dans le combat idéologique pour les droites.

Une telle offensive, violente et continue, ajoutée au sentiment fort mais diffus que le système capitaliste conduit l’humanité à sa perte, oblige à assurer le développement de l’Humanité et de L’Humanité Dimanche, à gagner pour nos journaux une légitimité nouvelle dans le monde médiatique et dans la société. Ce serait prendre une lourde responsabilité dans l’actuel contexte que de négliger cet enjeu.

l'offensive est mondiale
La pression des grands groupes numériques nord-américains pillant le travail des journalistes et des créateurs, et s’accaparant les ressources publicitaires, visent aussi la recherche de profits toujours plus importants et une sélection des informations uniformisées préservant les intérêts du capital.  Il faut mesurer l’ampleur des défis. Le chiffre d’affaire de la presse écrite est passé de 10, 8 milliards d’euros en 2007 à 6,8 milliards en 2017. Le recul des moyens conduit à une pression sur des journalistes de plus en plus précarisés, et qui s’interrogent de plus en plus sur le sens de leur métier. En un an, le nombre de cartes de presse est passé de 37000  à 34 000.

Le groupe de presse de l'Humanité
Pour affronter ce contexte difficile, nous nous sommes attachés à créer un groupe de presse intégrant un quotidien, un magazine, une plateforme numérique, des hors-séries, un pôle évènementiel qui va se développer autour de la Fête de l’Humanité et de la régie publicitaire Comédiance, auxquels s’ajoutent deux revues traitant d’enjeux à dimension anthropologique : celui de l’être humain au travail, avec la revue « TRAVAILLER AU FUTUR » et des enjeux du vivant, au sens large du terme, avec « LA TERRE », relancée et transformée en revue.
. La plateforme numérique visitée par 1 millions de personnes chaque mois a été créée, permettant une présence sur les réseaux sociaux rayonnant auprès de 800 000 abonnés concernant Facebook et 300 000 concernant Twitter
Bienvenue et soutien à Fabien Gay

Aujourd’hui doit s’ouvrir un moment nouveau en tenant compte de la situation actuelle et des projets d’avenir. C’est la raison fondamentale pour laquelle je crois de mon devoir politique de créer les conditions de cette impulsion nouvelle. Après plusieurs consultations, j’ai proposé d’acter mon remplacement au poste de président du directoire, de directeur et de directeur de publication par notre ami Fabien Gay membre du Conseil de surveillance de l’Humanité, sénateur et dirigeant du Parti communiste. Fabien connaît très bien l’Humanité. Il a été plusieurs années membre de son comité de direction, directeur de la Fête de l’Humanité et des partenariats. Il a acquis de solides liens avec les mouvements syndicaux et sociaux, avec les forces progressistes et la force communiste, tout en démontrant sa capacité à animer des équipes avec des personnalités fortes et diverses. Il saura gérer l’entreprise dont la situation économique est bien plus saine qu’il y a 20 ans. Son éloquence, sa force de conviction et sa grande capacité d’écoute lui seront utiles au sein de notre groupe dans l’animation du travail quotidien, pour maintenir des liens solides avec l’ensemble de la profession et nos syndicats professionnels.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens