Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 07:01

Marina Carrère d'Encausse vient de prendre place au firmament  du journalisme  d'investigation, à une heure de grande écoute mais sur la cinq à laquelle nous souhaitons un grand succès pour cette audace.. Un tableau de Vinci à l'authenticité fragile vendu  aux enchères   40 millions de dollars en a été le prétexte. L'enquête policière si on peut dire a été remarquable et nous n'avons   pas la compétence d'avoir un avis sur ce sujet.

  Mais le documentaire et le débat ont eu le courage de dépasser cette problématique.  Si Ben Salmane s'est fait escroquer d'une jolie somme , cela nous laisse froids.

  Soudain le débat s'est enflammé. Les faux  et les pièces authentiques issues de fouilles clandestines envahissent le marché de l'art. Le Louvre a refusé le Vinci de même que Christie ,  mais d'autres  y compris des experts vénaux n'ont pas  eu les mêmes scrupules. Une quantité astronomique  d'objets d'art  se vend sur photo par internet sans aucune garantie.  Et la vérité a fini par sortir. L' époque de la pandémie et des  souffrances est aussi celle de  bénéfices records ,  les requins les plus astucieux qui en profitent  doivent les  cacher au fisc, le marché de l'art est un blanchisseur de premier ordre.

  Avouons notre ravissement. Des milliards de dollars qui   ont été volés au monde du travail, au lieu de s'investir utilement pour le plus grand bonheur de tous (ce qui implique des enchères normales pour le marché de l'art authentique) prennent des risques insensés en  se  réfugiant  en cachette  dans la capitalisation du bas de laine improductif.  Les voleurs volés au bout du compte en témoignent. Le monde de l'argent roi est en bout de course le monde  de la destruction de la richesse.  Devenu fou , il signe à terme  son arrêt de mort.

HA

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 08:05

 l'information biaisée  est connue de longue date , mais mise sur le dos du gouvernement, donc politique.

Julia  Cagé et Benoît Huet une économiste et  un avocat  , co auteur de " L'information est un bien public", sortent de la sphère politicienne  et décortiquent toutes les  conséquences d'un fait irréfutable. Actuellement en France neuf milliardaires  possèdent 90 % des médias  dont certains classés hâtivement à gauche.

Les journalistes  ne sont pas en cause pour leur immense majorité. Seuls quelques uns profitent largement de la situation, en se vendant au plus offrant. Pour la plupart les choix éditoriaux reflétant les besoins du propriétaire font qu'ils sont publiés ou pas. Cette censure et ces choix sortent largement de la sphère politique, et forment , pas seuls , ce que Gramsci appelle l'intellectuel organique de la bourgeoisie. Il a été longtemps hégémonique. L'Huma qui est un des rares  journaux non concernés par cette domination est dédaignée car "partisane"  et la vraie soumission à la pensée unique  passe inaperçue, Libération ou le Monde ne sont pas perçus pour ce qu'ils sont. C'st en train de changer.

    Même les auteurs de ce livre précieux ne parviennent pas à le concevoir jusqu'au bout. Ils présentent des solutions  pour "réguler" (d'autres veulent réguler le capitalisme) alors que renforcer  l'influence des journaux indépendants aujourd’hui  devrait être la première recommandation, en y comprenant internet.

  Ne boudons pas notre plaisir. Un pan de la forteresse vient bel et bien de s'effondrer même si ça ne se voit pas encore.

 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 08:32
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 19:15

Nous ignorons pour quelle raison, une poignée de livreurs uber ont récolté une lourde  amende correspondant  à trois jours de travail et le maire de Montpellier se proposerait d'écrire à Uber et deliveroo pour qu'ils expliquent aux livreurs qu'il font mauvais genre sur la Comédie ou peut être qu'il faut  leur donner des cours de maintien. Nous espérons qu'il s'agit d'une fausse nouvelle.  .

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 09:53

Nicolas Doze l’animateur du talk-show quotidien Les Experts sur BFM-Business a demandé ce jeudi 1er octobre à ses Experts Ronan Le Moal, fondateur d’Epopée Gestion, Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, et Xavier Ragot, président de l’Office Français des Conjonctures Economiques (OFCE), ce qu’ils  pensaient du projet de Macron d'établir un forfait fixe (20 euros)  pour  les passages aux urgences ne nécessitant pas d’hospitalisation qui remplacera l’actuel « ticket modérateur » laissant à la charge du patient 20 % du coût de ses soins.

Voici les réponses des "experts:

Ronan Le Moal  ( le méchant) On est dans un beau pays qui a une protection sociale des Français qui est bien faite. A un moment donné, quand on constate qu’il y a de l’abus dans l’utilisation des urgences qui sont engorgées dans le contexte par des cas qui pourraient être traités par un médecin de famille, je pense que ce n’est pas une mauvaise chose. Pour savoir la valeur des choses, à un moment donné, il faut le payer… Cela donnera le réflexe de réfléchir avant d’aller directement aux urgences plutôt que de passer par un autre canal.

Xavier Ragot.(le  semi gentil) Ce n’est pas mon domaine et j’aurais aimé avoir l’avis des professionnels de santé pour avoir leur avis sur la façon de gérer l’engorgement des urgences. On a peut-être, nous, une incompréhension de ce que c’est que d’être vraiment pauvres en France aujourd’hui, et il y en a. Donc 20 euros ce n’est pas grand-chose, mais c’est énorme pour certains revenus. Il faudra le traiter. Il faudra voir. Il faudra le tenter. Ma question c’est pour les 10% les plus pauvres et pour ceux-là c’est quand même un changement de l’environnement. Et je sais qu’en disant cela je ne résous pas le problème des urgences. Ce dont il faut parler c’est de l’hétérogénéité grandissante de la population française. Ceux qui n’ont pas les moyens, je ne vois pas comment on pourra leur faire payer. Ils iront moins se faire soigner et ce sera un facteur de diffusion des maladies.

Jean Hervé Lorenzi. (le super gentil)  Je pense qu’il ne faut pas ajouter une crise à une crise. L’énorme risque c’est la crise sociale. On va quand même se taper un million de chômeurs de plus. Je trouve que c’est comme l’histoire des APL Ce n’est pas le moment. On va déverser des milliards à juste titre ou pas, y compris pour les entreprises zombies. Ce n’est pas le moment d’aller chercher les 5%. … On s’est tapé les gilets jaunes il y a deux ans. Ça a quand même mis un sacré désordre dans la société. Je pense qu’il faut éviter par tous les moyens de refaire cela.

.Nicolas Doze.  (le constructif)  Xavier Ragot disait qu’en pensent les professionnels de santé. Il se trouve que je connais très bien un médecin urgentiste qui voit vraiment la réalité des urgences en banlieue parisienne, dans les Yvelines, dans un endroit pas facile. Et lui, il a une idée en tête : un dossier d’admission aux urgences avec une case en haut, à l’appréciation du médecin : « recours aux urgences non justifié ».

L'ensemble du débat qui touche d'autres sujets   est disponible sur 100 paroles nos articles mais le blog a isolé les réponses à la question précise ; faut-il faire payer plus ces salauds de  pauvres qui engorgent les urgences ( la formulation est bien entendu du blog qui extrait du politiquement correct la substantifique moelle.)

AUCUN DES EXPERTS  DU TRES GENTIL AU TRES MECHANT NE S'INSCRIT EN CONTRE. La mesure va de soi, c'est  ce que suggère cette unanimité des cerveaux bien préparés.

Comme il va de soi  aussi dans une société policée, les avis  des experts divergent  sur le moment . Faut voir,  ce n'est pas le moment , attention aux gilets jaunes  ou c'est le moment  car  c'est pédagogique pour les sauvageons. Laissant le sale travail de choix aux urgentistes étant la solution moyenne  consensuelle.  Un audacieux va toutefois jusqu'à proposer de consulter les intéressés. C'est le gauchiste modéré.

    On ne saurait mieux  illustrer l'état du débat politique en France dans les médias dominants

    Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 06:27
Alors que le système médiatique global se configure au service d’une pensée unique, notre société a plus que jamais besoin de confrontations des points de vue, de diversité des angles d’analyses, de pluralité des opinions.
 
Or, en France le secteur de la presse écrite est en danger : les titres nationaux et régionaux subissent de plein fouet les conséquences du contexte économique…
 
Le pouvoir doit rapidement agir pour que le pluralisme ne s’effondre pas, c’est le sens de notre demande d’un plan audacieux pour que vive la presse écrite d’information générale et politique. Parmi les décisions qui pourraient être prises rapidement, nous appelons à agir pour que celles et ceux qui s’abonnent à un journal d’information politique et générale bénéficient d’un dégrèvement d’impôt.
 
Alors que l'Etat se targue volontiers de soutenir plusieurs secteurs d’activité, il ne peut ignorer ou mépriser celui qui sert la vie démocratique, le pluralisme et l’exercice de la citoyenneté.
 
 
 
 
Un premier pas a été franchi à l’Assemblée nationale le 30 juin dernier avec le dépôt d'un amendement visant à octroyer « un crédit d’impôt pour le premier abonnement à un journal, à une publication périodique ou à un service de presse en ligne d’informations politique et générale », dans le cadre de la Loi de finances rectificatives, actuellement en discussion.

Mais avec une limite d’un plafond de 50 € par foyer fiscal, le pouvoir propose une aumône.

Le 16 juillet prochain, le Sénat examinera la Loi de finances rectificatives. D’ici là il est indispensable d’amplifier cette campagne pour obtenir une vraie défiscalisation des abonnements.
 
 
3 OPTIONS POUR  SIGNER :
 
 
Merci pour votre soutien.
 
Patrick Le Hyaric
Directeur de l'Humanité
Partager cet article
Repost0
2 juin 2020 2 02 /06 /juin /2020 07:17

Sur CNews cet expert ès libertés , avec  courage , prend la défense de la police américaine et tient à remettre le drame dans son contexte

Georges Floyd n'était pas un enfant de chœur."Il a déjà fait cinq ans de prison pour agression, vol à main armée. Il a été déjà auparavant en prison pour consommation de cocaïne"

Devenant expert ès médecine  il nous explique que l’homme est mort de plusieurs faits. "D’abord, il avait un mauvais état de santé, il était cardiaque […] et il a certainement pris des substances, puisqu’il était un habitué de la cocaïne. D’ailleurs on le voit sur les images, il ne marche pas très bien".

Devenant expert ès statistiques il martèle  Les Noirs représentent 14% de la population américaine et 40% des gens incarcérés  , que les noirs (par les règlements de compte entre truands  étaient   majoritairement tués par d'autres noirs.  Et 80 % des blancs assassinés le sont par des noirs. Il en conclue qu'il est faux de dire que les flics tuent plus les Noirs et que c’est du racisme que les Blancs tuent les Noirs».

  Réinventant l'eau chaude, il découvre que la misère est le terreau de la criminalité.  Il pourrait dire la même chose pour les maghrébins  qui peuplent majoritairement nos propres prisons.

  Mais en court-circuitant les raisons sociales il apparaît pour ce qu'il est : un vulgaire raciste qui considère que les noirs sont fondamentalement mauvais.  En tuer un de temps en temps n'est pas grave, d'ailleurs son passé prouve qu'il ne l'a pas volé. Zemmour  devrait se méfier. Il entre  dans l'histoire du  côté des bourreaux et c'est une immortalité de mauvais aloi.

 

 
 
Partager cet article
Repost0
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 08:23

Bernard Henri Levy et ses clones ont joué un rôle essentiel et victorieux dans les années 70-90. L'universitaire américain Christoffersson  l'a montré dans un livre remarquable "les intellectuels contre la gauche". L'instrumentalisation du goulag  (communisme = goulag ) a détruit pour 40 ans la capacité de résistance des salariés, affaibli le PCF et ouvert la voie aux Sarkozy, Hollande et Macron.  Puis ils se sont tus, n'étant plus utiles.

  C'est donc une  bonne nouvelle de les voir de retour. Non qu'ils nous manquent  mais  cela signifie qu'ils redeviennent utiles parce que le libéralisme  prend l'eau.

BHL exprime son indignation contre les plaintes déposées à l’encontre de membres du gouvernement pour leur gestion de la crise liée au coronavirus. Il affirme que celles-ci nuisent aux fondements mêmes de la République. Les dérives autoritaires sont le fait des opposants , non du roi Macron.

Et il vend bêtement la mêche «la démocratie repose sur la limitation du rôle de l’État». L'affaiblissement de l'Etat (et du service public ) est le garant de la démocratie.

  Mais l'histoire ne repasse  pas les plats. En 1975 BHL était porté par le grand vent de l'hégémonie. Il pouvait donc se prendre pour la queue qui remue l'éléphant.  En 2020  ce  grand vent est devenu une petite brise et BHL   un   moulin à vent qui ne tourne plus.   ou la queue d'une souris si on veut.   Il finira par le comprendre et écrire ses " mémoires du génie incompris."pour le papier glacé de Match.



 
Partager cet article
Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 06:42

L'Institut Montaigne, est présenté par les médias  comme  une association à but non lucratif qui conseille les pouvoirs publics pour leur donner des solutions sur toute une série de dossiers. A la lumière du destin d'une note d'un de ses experts  examinons ce qu'il en est . Il présente  des propositions  dites courageuses  pour surmonter l'après coronavirus:

     *  augmenter le temps de travail (via des dérogations au temps de repos minimum quotidien, l’imposition de rachat de jours de RTT pour les salariés, etc.)

    assurer   la formation du personnel pour qu'il travaille mieux.

      *  supprimer un jour férié, de même qu'une semaine de vacances à la Toussaint.

      * diminuer le nombre de RTT et déréguler le temps de travail dans la fonction publique.

Dans le même temps d'autres associations ou organismes à but  aussi peu lucratif ont émis d'autres propositions:

  •   « Prélever une contribution exceptionnelle sur le patrimoine des 1 % les plus riches »,
  • « Rétablir et rénover l’ISF »,
  • « Rétablir la progressivité de l’imposition des revenus financiers »,
  • « Supprimer les niches fiscales inutiles et les exonérations anti-écologiques »,
  • « Instaurer la taxation unitaire des multinationales pour lutter contre l’évasion fiscale »,
  • « Taxer l’ensemble des transactions financières »

Lecteur et lectrice peuvent constater que  le club Montaigne fait payer les salariés et que   la Fondation Copernic, les Économistes Attérrés , ATTAC, Economie et Politique trouvent  plutôt des solutions du côté de la finance. Deux thèses qui mériteraient un débat qui n'a pas eu lieu dans les médias dominants qui  n'ont présenté que les thèses  patronales de l'Institut.

 Les Échos est fier de divulguer la publication « choc » en exclusivité, dès 6 h du matin sur son site. Les autres emboîtent le pas. France Info prend le relais.

le 20h de France 2 donne la réponse dans la question posée aux auditeurs « Déconfinement : faudra-t-il travailler plus ? ». La parole est donnée à un travailleur . Il s'agit de Vincent Frayssinet (DG de la Fédération française du bâtiment Île-de-France Est), dont le statut de travailleur est prouvé  par le casque de chantier  qu'il a sur la tête . Il confie : "Ça va avoir un impact sur la durée des chantiers, et le fait de rallonger les chantiers rallonge les frais généraux de l’entreprise, et rallonge les coûts."

 

Une voix off distille  : Pour rattraper ce temps perdu, un institut libéral fait une proposition choc : les salariés pourraient travailler plus sans gagner plus.
- Laurent Bigorgne  (autre expert de l'Institut Montaigne)  présente une revendication forte du monde du travail patronal   : "Il faut maintenant, au moment où on revient au travail, partout où on a besoin de travailler plus, qu’on puisse le faire."
La voix off distille: Exemple : des heures supplémentaires payées plus tard, des RTT et jours fériés supprimés, et des vacances de la Toussaint raccourcies.

 Conclusion :  un vulgaire lobby patronal présenté comme un organe de réflexion a seul le statut  de penseur économique . Et  une chaîne publique remplit bien mal son rôle.

( librement inspiré  d'ACRIMED observatoire des médias)

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 08:30

Une vidéo fait un tabac sur le net, les Gilets Jaunes entonnant ce refrain. 

Regardez la vidéo

  Un conseil à Macron ; ne donne la parole qu'à tes domestiques,  c'est très éducatif pour le peuple français. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens