Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2022 1 08 /08 /août /2022 08:19

L'hôtel Ibis a été réquisitionné par la préfecture pour accueillir les immigrés. Il est géré par  Coallia qui a touché pour çà  1,6 millions par an depuis 2020 ce qui n'est pas rien.  Cette estimable société a sous traité la gérance à Gabal Global service qui emploie des sans papiers 50 heures par semaine  et oublie de les payer ou les paie en retard.    Les 10 salariés se sont donc mis en grève à l'appel de la CGT.

La préfecture (l'action sociale) s'est réveillée. Elle a promis l'embauche et les documents  permettant la régularisation.

Le sous traitant a payé  entre 3000 et 5000 euros comme avance pour les impayés   (1/3 des sommes dues)

L'appel aux prud'hommes  permettra une régularisation plus certaine.

 Macron ou pas il est possible d'avancer.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2022 7 26 /06 /juin /2022 08:07

Le Comité européen des droits sociaux (CEDS), émanation du Conseil de l’Europe (regroupant quarante-six pays, dont les vingt-huit États membres de l’Union européenne), a jugé que la France violait ses engagements internationaux en plafonnant les indemnités de licenciement  à l’automne 2017.  C'est du vent.

En effet  le barème a été définitivement validé en France par la Cour de cassation, le 11 mai dernier. Une décision irrévocable, mettant un terme à l’importante controverse juridique qui s’était développée dans les tribunaux français à partir de la fin 2018 : certains conseils des prud’hommes et plusieurs cours d’appel avaient décidé de ne pas appliquer ce barème, au motif qu’il ne permet pas d’indemniser de manière adéquate dans toutes les situations les salarié·es ayant perdu leur travail.

Avant les ordonnances, une personne salariée dont le licenciement était jugé sans cause réelle et sérieuse par les prud’hommes devait toucher en réparation une somme équivalente à au moins six mois de son salaire, si elle avait passé deux ans minimum dans l’entreprise.

Au nom du combat mené par le gouvernement contre la « peur d’embaucher », ce plancher a été divisé par deux : au moins trois mois de salaire à partir de deux ans d’ancienneté dans l’entreprise, et seulement un mois de salaire entre un an et deux ans d’ancienneté.

Le barème institue aussi un plafond, bien plus bas que ce qui pouvait être attribué par les prud’hommes (qui décidaient des sommes à payer par l’entreprise en fonction de la situation personnelle de la personne salariée) : le maximum autorisé ne dépasse pas l’équivalent de vingt mois de salaire, à partir de vingt-neuf ans d’ancienneté.

.La "dernière manche"  bidon  se jouera sans doute devant le comité des ministres du Conseil de l’Europe. Il peut en théorie demander à la France de changer sa loi. Mais il est généralement admis que les décisions du CEDS n’ont pas de caractère contraignant.

Autrement dit il est des cas où l'Europe n'a aucun pouvoir, lorsqu'il s'agit des droits sociaux.

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 17:31

De temps à autre une avancée semble montrer que la justice fait des progrès.   Mais sur le socle dur de l'exploitation, c'est toujours la loi des patrons qui triomphe.   Le barême macron qui plafonne  les indemnités  obtenues devant les prud'hommes  fait désormais jurisprudence depuis un arrêt de la cour de Cassation.  Le chemin est tracé, c'est la loi qu'il faut changer et les juges seront bien obligés de l'appliquer.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 10:14

Partout en Occident, la grande victoire reaganienne d'un capitalisme de la rente, se délestant des outils pour ne garder que le profit, a été incontestable. Partout désormais , elle est contestée.

Macron  le sait, rien que la façon dont il a été élu le prouve, mais il ne renonce pas.  L'ARPE est "l'autorité des relations sociales   des plateformes d'emploi."  En gros elle est chargée de faire accepter leur sort aux ubérisés.  Mais les ubérisés ne sont plus d'accord.

Bruno Mettling en 2018  et 2019   (il y a donc un siècle au moins puisqu'on l'a "oublié")  avait été coauteur de deux lois "Pour la liberté de choisir son avenir professionnel" et  "loi d'orientation des mobilités", triomphe absolu des patrons, faisant  des  travailleurs  des égaux comme dans le pâté  avec  une alouette  et un  boeuf. 

 C'est cet arbitre qui va  désormais superviser les élections sensées donner le point de vue des ubérisés.  Une grande bataille se prépare, et il n'est pas certain que Mettling en sorte vainqueur !

Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 07:03

Il vient d'être réédité et porte un titre banal  : "l'orientalisme". Son auteur,Edward Saïd, est américano- Palestinien .   Héritier de deux civilisations il était mieux placé que d'autres pour comprendre.

L'orientalisme de Saïd n'est pas celui d'Ingres ou Delacroix.  Il nomme ainsi la vision de l'Islam héritée de plusieurs siècles de colonisation  qui ont succédé aux croisades, victoire économique, militaire et culturelle de l'occident, sur une civilisation brillantissime.

Parfois trop érudit le livre est limpide. L'occident a fabriqué un orient qui l'arrangerait, et c'est cette image qui est dans la tête de bien des Français et Françaises.   L'islam est divers. Certains musulmans sont pratiquants, d'autres non. Certains sont attachés aux traditions , d'autres non. Certains sont athées mais aiment leurs racines, d'autres sont athées et les rejettent. Bien des aspects que nous attribuons à la religion musulmane sont des coutumes, l'islam étant né en Arabie et non en Suède.

L'orientalisme est une opération mentale, que Gramsci aurait comprise.   Alors que n'importe quel occidental comprend spontanément qu'un catholique, un protestant ou un juif peuvent être divers   il ressent l'islam comme un monolithe.  Ce bloc  se résume au foulard, à la misogynie, au ramadan et parfois au terrorisme. Une musulmane qui porte le foulard ne peut pas être progressiste et doit être chassée des listes de gauche.

Tant que nous aurons ces fadaises dans la tête, nous n'avancerons pas.

 Henri Ausseil

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 07:06

Diffusé tard, le magazine de la 2   nous apprend qu'il est plus facile de faire payer 1 euro  à 10 millions de pauvres  que dix millions à un seul riche.    Qu'il s'agisse de marchands de sommeil, de viande de très mauvaise qualité généreusement vendue à l'Europe pour nourrir les pauvres, de l'arnaque à l'emploi, exploiter le pauvre rapporte. Les cas particuliers extrêmes  cachant la forêt du réel.

Et encore le magazine a oublié l'essentiel, le crédit renouvelable à 18 % source de profit pour les banques au dessus de tout soupçon, malgré les défaillances. On parle de "double peine". Le blog préfère dire que la pauvreté rapporte aux riches.

De quoi se poser une question : certaines enquêtes fracassantes , beaucoup plus sociétales que sociales,  sont à 21 H.   Pourquoi 23 H pour celle-ci?

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 10:16

Starbucks Corporation est une chaîne de cafés américaine fondée en 1971. En partie en franchise, il s'agit de la plus grande chaîne de ce genre dans le monde, avec 32 180 établissements implantés dans 78 pays, dont 18 235 sur le continent Américain.

Ce que wikipedia ne dit pas c'est que le syndicalisme y est inexistant  et probablement l'exploitation au maximum avec toutes ses conséquences.

Depuis décembre 2021 une vingtaine de franchises ont voté pour la création d'un syndicat aux Etats-Unis.   Et des dizaines d'autres se préparent à le faire.   Bernie Sanders  ira à Richmond soutenir un des scrutins. Cela touche aussi Apple, Amazon et d'autres qui depuis quarante ans connaissent l'apothéose d'une main d’œuvre malléable à l'infini.   Un tabou tombe. Le syndicat n'est plus le maffieux  profiteur de la mythologie  américaine mais le moyen d'être respecté.  Au vu des chiffres globaux il reste beaucoup de chemin à parcourir.     Mais cela peut aller très vite. C'est une façon de faire de la politique qui a plus d'avenir que le choix entre Trump et Biden qui accouche d'un Biden encore pire que Trump.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2022 1 18 /04 /avril /2022 07:15

1er mai

manifestation

quel que soit le résultat des présidentielles

pour les salaires, l’emploi et la paix

 Montpellier : Peyrou à 10h30

organisée par : CGT, UNSA, Solidaires, FSU, UNEF, VL, MNL, FIDL

Ce qui n'empêche pas les militants politiques d'y participer, ainsi que les associations...

 
Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 09:53

Nous avons rendu compte de l'implantation d'un syndicat à New York. Maintenant la grève touche  depuis plusieurs jours  les huit méga entrepôts français. La mobilisation est sans précédent. Pourtant  3% d'augmentation des salaires     il y a quelques temps auraient été jugés satisfaisants. Mais les bénéfices exponentiels se sont accompagnés  d'un travail  épuisant et comme ont dit le compte n'y est pas, avec l'augmentation des prix.

Les pressions pour briser le mouvement ne manquent pas. Mais le vent tourne. Le 14 avril on va négocier. En pleine campagne électorale.

C'est vrai que les salariés n'attendent rien de la politique. Cela devrait nous interpeler .   Attaquer le capitalisme dans son ventre mou est compatible hélas avec l'abstention ou le vote inutile. Mais la preuve est faite  que ce capitalisme "moderne" a besoin de travailleurs et pas seulement d'ordinateurs.     La lutte est aussi une façon de placer la feuille de paie dans le débat. Quand la gauche dans son ensemble le comprendra-t-elle?

Partager cet article
Repost0
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 08:54

C’est un combat quotidien auquel nous incite la pub d’Ecosystem, un organisme public qui promeut le tri des déchets. Un combat pour l’environnement que mènerait 48 % de la population française en apportant au recyclage ses appareils défectueux, ses piles usagées ou en jetant ses emballages dans le bon conteneur. Ce simple « geste citoyen » qui réduirait les consommations d’énergie et éviterait l’émission de millions de tonnes de CO2... « Trier, c’est donner », insiste Citeo, entreprise créée par le secteur de la grande consommation et de la distribution pour « réduire l’impact environnemental de leurs emballages et papiers ». « Aujourd’hui, 68 % des emballages ménagers et 60,5 % des papiers sont recyclés grâce au geste de tri des Français, devenu premier geste écocitoyen du recyclage », vante Citeo

L'envers du décor

Pour accomplir ce « geste citoyen », Fofana Yoro se positionne à 6h sur la chaîne de triage gérée par l’entreprise Xveo, filiale du groupe Véolia. Au volant de son engin son collègue Ibrahima récupère dans le hall de déchargement les ordures que les camions-bennes ont acheminées  et  les déverse ensuite dans la trémie, un grand conteneur alimentant la ligne de tri d’où les déchets filent sur les tapis, traqués par des lecteurs optiques, par des aimants aspirant les éventuels métaux. Une trommel, sorte d’énorme tambour rotatif troué de machine à laver, les dispatche par type de matière. Le tout termine sa course dans une cabine où une armada de petites mains trie ce que la mécanique n’a pas passé au crible  bouteilles, papier, canettes… les déchets sont ici compactés en masses appelées « balles » et deviennent ainsi de la « matière première secondaire », qui est vendue. Les déchets refusés à cette étape iront à l’incinérateur. En tout, seulement 20 % de nos ordures seraient réellement valorisés.     Au site de traitement des déchets Paprec du Blanc-Mesnil (93), Moustafiha Diabira fixe des yeux l’amont du tapis roulant pour repérer, par exemple, la viande avariée, les couches pleines, les couteaux ou autres « seringues de crackés » défilant à 70km/h, avec des pics à plus de 80km/h.  À pousser, soulever, basculer, et renverser 70 kilogrammes de ferrailles jusqu’à vingt fois par jour, les muscles se raidissent, le dos se tasse et se casse. Le traitement du déchet demeure un métier des plus dangereux, et les accidents y sont fréquents

Des emplois kleenex

 Recycler, « ça sauve peut-être la planète mais pas les travailleurs ».  À Xveo, en dix ans, les recycleurs n’ont pas vu leur rémunération augmenter au même rythme que la masse de détritus traités sur le site. Officiellement, celle-ci a plus que doublé, passant de 30 à 70 tonnes journalières sur la période, bien davantage, selon les trieurs.  Beaucoup des employés du secteur enchaînent des emplois peu qualifiés, précaires, entre CDD, contrats d’insertion ou missions d’intérim. Les directions peuvent s’en séparer facilement. « Les intérimaires sont comme des kleenex ».

 par Ludovic Simbille sur https://basta.media/

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens