Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 07:12

Le débat organisé par Rencontres Marx à Montpellier  sur les   quartiers populaires a tenu toutes ses promesses et représenté dans la sinistrose actuelle une bouffée d'oxygène pour les participants. La salle était bien garnie, , mais cela aurait fait du bien à gauche si elle avait été comble.

La première partie de l'intervention de Bouamama fut délectable. S'appuyant sur des textes d'époque, y compris de Préfets, il a montré que le discours sur   les pauvres qui ne sont pas comme nous et qu'il convient d'exclure  ne date pas d'aujourd'hui.

Les Bretons, les Auvergnats, les Polonais , les Italiens,les juifs  tour à tour ont été stigmatisés par les ancêtres de Zemmour DANS DES TERMES IDENTIQUES.

Mais il y a tout de même une grande différence avec aujourd'hui

Pour Bretons , auvergnats , Italiens juifs et  et Polonais la stigmatisation s'arrêtait à la deuxième générations. Les enfants étaient intégrés. Sauf  pour les juifs qui posent un problème très particulier qui dépasse les quartiers populaires.

 Il convient de se demander pourquoi ce n'est plus le cas avec l'immigration post coloniale.

     *   L'idéologie joue certes un grand rôle et Bouamama évoque Gramsci pour l'expliquer. L'imaginaire colonial (qui ne jouait pas pour les cas précédents)  a joué à plein, une large majorité de Français n'ayant pas encore pris la mesure de ce que fut la colonisation.

     *  Mais Bouamama va bien au delà  et développe les causes profondes.  Si le basculement date des années 80 ce n'est pas par hasard . Il coïncide avec la mondialisation du capitalisme et le triomphe du marché.  La principale conséquence en France c'est le départ des usines et du travail dans les pays à faible salaire.

    *  Démographiquement, la France est un pays qui a besoin d'une immigration. Longtemps, Renault, Peugeot, le bâtiment, les travaux publics ont eu un impérieux besoin de main d'oeuvre.   Ce n'est plus le cas.

La machine à inverser causes et conséquences  plus nécessaire que jamais

Qu'il s'agisse de la laïcité réduite au foulard, du discours sur l'identité, le séparatisme,  l'apparence est la dispersion, mais l'unité est profonde. Il s'agit de persuader que si le Français maghrébin est ce qu'il est c'est parce qu'il est nourri d'une autre civilisation qui n'est pas la nôtre. Et cela masque le fait que le capital n'a plus besoin de lui qu'à la marge. Le ghetto, l'école à deux vitesses , la discrimination disparaissent derrière les brumes civilisatrices. La conséquence : le fils d'immigré  fruit de ses conditions de vie devient une cause. Il est dans le ghetto parce qu'il l'a choisi.

   Bouamama utilise  une image simple et frappante. La France est coupée en deux 70% d'origine européenne, 30% issus de l'immigration post coloniale.

Zemmour comme second couteau, l'intellectuel organique comme  maître d'oeuvre, ont un besoin impérieux   , faire en sorte que les victimes incluses dans les 70% ne convergent pas avec les victimes incluses dans le 30%, largement majoritaires dans un pays où seuls les riches profitent de la croissance.

 Qu'on soit chrétien, athée ou musulman quand on est salarié on se heurte au même patron. Pétain a essayé de nier la lutte des classes , le capitalisme essaie et une trop grande partie de la gauche  est contaminée.

 Pour nos adversaires, ce qui devrait être uni doit être séparé  donc pour nous  il  convient d'unir  ce qui est séparé par l'hégémonie de la pensée conservatrice.

 Comme c'est ce que le blog s'évertue à proposer, imaginez notre ravissement.!

   Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 10:07

Une longue nuit, des années 80 à 2010 a enlevé toute crédibilité au mot, au point que  Bernard Friot (dans un passionnant débat de l'Huma  du 1er octobre) constate une autocensure y compris chez des gens plutôt favorables.

Nous vivons une phase typique de ce que Gramsci appelait une crise organique.  qui succède en peu de temps au fantastique succès des années 80 de  la fin de l'histoire.  Les autorités institutionnelles s'effondrent.   La plupart des pays capitalistes sont ingouvernables avec les anciennes institutions,  l'école, la recherche scientifique,  la justice, sont en crise profonde. L'ordre symbolique se défait, c'est à dire que les citoyens ne se reconnaissent plus dans le monde où ils vivent. C'est l'ère de la défiance.

Friot a le courage de dire et le blog pense la même chose que ce n'est pas une mauvaise chose en soi.  Y a-t-il eu un âge d'or du capitalisme ?

L'entredeux est anxiogène car rien ne vient remplacer ce qui s'effondre. Ou plutôt le futur est présent mais invisible, non relié, c'est ce que nous appelons le communisme. Le poids d'un passé récent l'oblitère, des faux semblants s'efforcent de donner le change.   Mais dans les têtes il existe déja, les sondages sur ce que souhaitent Français et Françaises le prouvent, au dela des étiquettes.

 Le PCF seul ne peut incarner le communisme. Pas plus que les verts ne peuvent incarner l'environnement.   Mais sans un renforcement du PCF qui apprendra  à évoluer sur ce qui le freine,  tout au long du processus de  reconstruction de l'idée communiste  dans  un rassemblement avec d'autres, les illusions et la stagnation perdureront.

 Alors oui, le communisme est une idée neuve.

  HA

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 09:56

Un dogme de plus qui s’effondre.  Il n'y a pas de concurrence pour le gaz et l'électricité  mais une entente entre carnassiers, dès lors que l'Etat abandonne ses prérogatives.

 La vieille revendication des nationalisations retrouve des couleurs, le communisme aussi.   Après l'abandon des critères de Maastricht  que reste t-il des théories de la science économique officielle sinon une redoutable efficacité pour enrichir les riches?

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 09:19

Un excellent article de l'Huma de jeudi 30 septembre pose le problème. S'il ne peut être question de rejoindre un autre blog militaire,  rester dans l'OTAN est impossible si on désire  une rupture avec le capitalisme rentier.    Il n'y a pas d'alliés en son sein , juste des obligés plus ou moins consentants. De nouveaux rapports avec l'Afrique et l'Asie supposent l'indépendance et la neutralité  vis à vis des intérêts purement américains.

   Si PCF et FI sont sur la même longueur d'onde de départ , les verts et le PS restent plus atlantistes encore que la droite macronienne.   Les exemples donnés par Deroubaix (la France a bombardé la Serbie,et est intervenue en Syrie sous des présidences socialistes) le prouvent.

   Nos lecteurs paraissent peu intéressés par l'international. Du point de vue du blog c'est dommageable. D'autant plus que tout ce qu'il craint  se réalise lentement, sans provoquer beaucoup d'émotion. Le PCF doit retrouver son passé et prendre ses distances avec le droit d'ingérence qui est la forme moderne  du colonialisme, camouflé derrière les droits de l'homme à géométrie variable. 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2021 4 30 /09 /septembre /2021 07:43

Les pronostiqueurs de cour sont partagés et  unanimes sur le second tour qui occulte déjà  le premier. Emmanuel Macron  contre Marine Le Pen  ou Macron contre  Éric Zemmour?

L'opération est grossière  mais plus c'est gros... Vous connaissez l'adage.

 En tout cas la bienveillance médiatique  pour Zemmour trouve ici son explication. Deux chevaux plutôt qu'un c'est deux fois plus de possibilités pour que  le duel de second tour Macron-Extrême droite laisse le capitalisme rentier en selle avec la bénédiction des autres partis.. Tout en affaiblissant cette extrême droite par un combat de chefs. Un coup de maître.

   Le blog le craignait lorsque Mélenchon a servi de punchingball  à  Zemmour. Peu importent les arguments ,que tout le monde a oublié.  Depuis on parle beaucoup de Zemmour et peu de Mélenchon , ce qui nous donne raison.  Ce n'est pas le furoncle qu'il faut attaquer mais l'origine du mal.

 Si nous y arrivons  les calculs savants  se révèleront pour ce qu'ils sont : une tentative désespérée de rester au pouvoir contre l'avis de la  majorité du peuple.  C'est très simple: un accord sur un contenu de rupture  basé  sur le soutien populaire ,  un accord sur les législatives .  Que ce soit impossible est un bon sujet de réflexion.

 HA

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 10:47

C'est de loin l'évènement politique  majeur de ce dimanche en Allemagne, qui tranche avec la vacuité des législatives. Le OUI l'emporte à 56 %. Dans une zone où les loyers ont doublé en dix ans, cela n'a rien d'étonnant, me direz vous.

 Mais si le référendum n'avait pas eu lieu on ne le saurait pas.  Au soir des législatives vous a-t-on parlé contenu ? NON, il n'était question  que d'arithmétique et de coalition de ceci ou de cela.

  Comment imaginer à Berlin que ce OUI n'aura pas de conséquences?   Certes l'exécutif de la Cité -Etat devra décider s'il prend le résultat en compte. La bourgmestre  socialiste manque d'enthousiasme. Qu'elle  le fasse ou pas  la prise de conscience politique sera  rapide. Et Die Linke marginalisé par le stupide vote utile retrouvera des couleurs. C'est qu'il ne s'agit plus de promesses qui n'engagent à rien mais d'actes fondateurs.

 Berlin vient d'inventer une autre façon de faire de la politique à partir d'une  revendication positive.  Un magnifique exemple pour nous.

HA

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 07:05

Le bloc note de Jean-Emmanuel Ducoin sur www.humanite.fr

Murmure. Tout l’espace public semble broyé par le paysage médiatico-politique ambiant, et pourtant, quelque chose nous murmure à l’oreille : et si la France qui vient ne ressemblait en rien à ce qu’on nous promet du matin au soir ? Puisqu’il convient d’être de son temps et secrètement à côté, un pied dedans, un pied déjà ailleurs, dans un présent étale et par-delà, tentons pour une fois de déconstruire une idée toute faite qui imprègne jusqu’aux esprits les plus critiques. Ainsi donc, la société française dans son ensemble traverserait une « droitisation » généralisée, pour ne pas dire une « ultradroitisation », en épousant aveuglément ses thématiques essentielles. Ce serait tellement évident et visible que le bloc-noteur lui-même, par dépit de la constatation, a souvent accrédité l’hypothèse. Depuis, cette thèse est relayée comme s’il s’agissait d’une vérité acquise. Exemple, Rachida Dati, qui expliquait la semaine dernière : « La France est majoritairement à droite. Elle est majoritairement à droite dans ses valeurs, dans ses attentes et dans ses préoccupations. » Vous avez bien lu : les « valeurs », les « attentes » et les « préoccupations ». Fermez le ban.

Corpus. Un mythe (une idée plus une croyance) naît parfois de quiproquos. D’autant que le positionnement « politique » ne dépend pas seulement d’un scrutin et/ou des intentions de vote. Se focaliser sur les derniers résultats électoraux, frappés d’une abstention record, singulièrement chez les moins de 35 ans, signifierait que nous négligions mécaniquement plus de la moitié des Français qui, à l’évidence, se remobiliseront pour l’élection présidentielle. Par ailleurs, attention de ne pas confondre le débat médiatique – l’emprise de la petite « musique » dominante – et la réalité du corps social environnant, plus divers qu’il n’y paraît. Même en admettant que le positionnement à droite continue de grimper sur certains aspects, les « valeurs de gauche » progressent régulièrement, elles aussi, et de manière plus structurante et durable chez les jeunes générations. Promesses d’à-venir ? Les fractures béantes existent, mais le socle commun est là, sous nos yeux. Une récente étude d’EVS (European Values Study) confirme ce que nous ne voyons pas forcément.

Contrairement à l’idée de droitisation, ce sondage montre « une hausse des valeurs de tolérance et d’égalité » en France, tandis que notre société « devient plus permissive, moins conservatrice ». Quant à l’attachement à la justice sociale, il reste essentiel pour plus de 70 % de nos concitoyens, sans parler de l’aspiration à la « solidarité », aux « partages des richesses », à « l’intervention de l’État », à « la réduction des inégalités », etc. Ce corpus pèse.

Vraiment à droite, la France qui vient ?

Oligopole Que signifie, dès lors : « La droite est majoritaire » ? Et de quelles droites parle-t-on ? Certes, le climat idéologique se vautre dans l’oligopole. Selon la définition, une condition d’oligopole se rencontre lorsque nous trouvons, « sur un marché, un nombre faible d’offreurs disposant d’un certain pouvoir de marché et un nombre important de demandeurs », traduit autrement par « situation de marché oligopolistique ». Bref, « les » droites et tous leurs relais s’échinent à construire l’agenda de la précampagne (à l’image d’Éric Zemmour), bien aidés par la puissance dogmato-médiacratique. Demeure une vérité : les crises successives se sont accumulées et elles s’additionnent aux valeurs de progrès qui, de leur côté, ne cessent de croître. Inéluctable évolution ? Ou optimisme déplacé ?

Jean Emmanuel Decoin  (tiré de 100 paroles)

Le blog approuve totalement cette appréciation . Il y ajoute une question: pourquoi la gauche dans son ensemble qui devrait incarner ces valeurs était -elle aussi bas?   A vos méninges.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 08:01

Il est très long, nous avons fait des coupes arbitraires et ajouté des sous titres pour en faciliter la lecture. Mais le fond n'a pas été touché. Ces propositions devraient fonder notre  position sur la  politique extérieure trop sous estimée.

 

Une Europe indépendante ?

Il a  été question de la « Défense européenne » et de l’Otan. Mme von der Leyen a alors joué les équilibristes en réaffirmant le besoin de pouvoir compter sur une « Union européenne de la défense » tout en confirmant l’importance du partenariat qui lie l’UE et l’Otan. On peut se demander comment est-il possible d’espérer une « autonomie stratégique » européenne en se maintenant sous la tutelle de Washington dans le cadre d’un « club » tel que l’Otan, qui n’est rien d’autre qu’un supplétif des intérêts stratégiques américains dans le monde. L’absence absolue de concertation des « alliés » lors du récent retrait afghan en est la énième démonstration.

Il n’y a pas de souveraineté européenne possible dans le cadre d’une Europe « pilier de l’Otan », c'est-à-dire subordonnée à l’impérium américain, comme le stipule l'article 42 du Traité de Lisbonne que les Français ont rejeté.

Les USA tout puissants

C’est ce même jour où la présidente de la Commission européenne prononçait son discours qu’était annoncé le partenariat stratégique entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni (« AUKUS »), au détriment d’un faramineux contrat de sous-marins français à propulsion classique conclu avec ­Canberra..  C'est une trahison pour la France, qui s’est ainsi vue doublée par son « allié » américain dans la course au contrat du siècle, et un camouflet pour l’Europe, dont le chef de la diplomatie Borell a avoué n’avoir été ni consulté ni informé de cette nouvelle alliance sécuritaire.

Un pacte a été rompu

Un premier pacte entre membres du Conseil de sécurité a été rompu : la règle consistant à toujours garder pour soi sa technologie nucléaire et ses matériaux fissiles. Ici, les États-Unis s’engagent à fournir à l’Australie des sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire. L’enjeu est important et grave, avec potentiellement de terribles conséquences pour la zone du bassin indo-pacifique

La zone  Indo pacifique est une zone majeure

.La volonté de contenir la Chine  – aujourd’hui un acteur majeur de l’économie mondialisée – impose à l’impérium américain une activité diplomatique (et militaire) accrue dans cette région qui constitue déjà le moteur de la croissance économique mondiale (et notamment l’épicentre du commerce maritime international) avec près de 40 % de la richesse globale créée aujourd’hui et plus de 50 % du PIB mondial d’ici 2040.
 C’est dans ce contexte que la France se bat pour maintenir son rang, s’appuyant sur une réalité géographique qui devrait lui conférer une voix au chapitre : notre pays est présent dans l’espace indopacifique à travers ses départements et régions d’outre-mer (et une population de plus d’1,5 million d’habitants), il y possède une vaste zone économique exclusive, plus de 7000 filiales d’entreprises y sont implantées et plus de 8 000 militaires y sont déployés de façon permanente. La France y a bâti de multiples partenariats et tente d’y promouvoir depuis 2018 « une approche inclusive et stabilisatrice, fondée sur (…) « le refus de toute forme d’hégémonie », « au-delà de toute logique de blocs » en portant l’ambition d’une « troisième voie » (Quai d’Orsay).
 

La France puissance au rabais?

 Face à cette  situation qui rappelle à la France son statut de puissance au rabais et affiche aux yeux du monde tout le mépris que nous voue l’Amérique du nord, nombreuses sont les voix qui réclament un sursaut d’honneur gaullien avec la sortie du commandement intégré de l’Otan. Nous le demandons depuis de nombreuses années : il est temps de cesser cet insupportable suivisme systématique sur la politique étrangère américaine. C’est de l’Otan qu’il faudrait sortir dans le cadre d’une conférence mondiale de désarmement, de sécurité, de paix et de coopération.

 La France doit repenser sa place dans le concert des nations, avec lucidité et laissant de côté les postures au profit d’un rôle qui reste encore à définir mais qui pourrait rejoindre la grande majorité des États qui, face aux grands enjeux de l’humanité, préfèrent certainement une « troisième voie » apaisée, conciliatrice et guidée par le multilatéralisme plutôt qu’une compétition effrénée, d’ordre certes économique mais qui pourrait trop facilement dériver en affrontement de type militaire.

  Un débat public devrait se développer dans notre pays sur la place de la France dans le monde, sur une transformation profonde de l’édifice européen pour lancer un processus de construction d’une union nouvelle des peuples et des nations libres, associées, souveraines et ouvertes sur les autres continents.

 Elle doit sécuriser sa zone économique exclusive de 11 millions de kilomètres carrés et envisager une réorientation stratégique pour une nouvelle coopération avec les pays bordant la Méditerranée, tout en développant les rapports diplomatiques, politiques, culturels, scientifiques, économiques avec la Russie, la Chine et l’Inde. Notre pays ne doit cesser de participer à la négociation du traité de libre-échange avec l’Australie. Ce que nous venons de vivre est d’une capitale importance, il ne faut donc pas le négliger. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 08:46

C'est la question posée par l'Huma des débats de vendredi .  Comme d'habitude,  le résultat est une mosaïque de réponses  mais pas l'ombre d'une proposition synthétique  et pour cause. Cette hyper défiance est pensée comme idéologique.

 Pour le blog elle n'est pas le fruit d'une réflexion construite  sinon elle contiendrait la solution.

 Elle est le résultat de promesses non tenues , d'affirmations contredites, de bouts du tunnel éternels , d'illusions piétinées et surtout d'un constat. Plus ça va bien pour les médias, plus ça empire dans les foyers.

 Mais quelle est la cause ?  Le profit financier à 15 % reste camouflé sous des tonnes de causes qui n'en sont pas. Tant qu'il n'émergera pas massivement, les débats se juxtaposeront longtemps pour pas grand chose.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 08:36

En 2015 Macron  passant sous Hollande  du  Secrétariat  général adjoint de l’Élysée à celui de ministre de l’Économie, apôtre du libéralisme, s'engagea fortement pour que Général Electic rachète à vil prix les activités nucléaires d'Alstom. C'était avant….Et ça a rapporté gros à l'intéressé en crédit politique.

En réalité General Electric   en difficulté procédait à une opération financière  qui a échoué. La branche énergie d'Alstom est en vente depuis trois ans.

La Tribune,  journal financier bien informé comme on dit  affirme  que "l’opération de rachat de GE Steam Power lancée par EDF serait imminente. Et ajoute  "Emmanuel Macron compte donc bien profiter de cette reprise de GE Steam Power par EDF pour redéfinir son image publique dans le domaine".

Vous avez bien lu : un journal économique avec l'autorisation de Macron, vient de reconnaître deux choses:

  •  Les électeurs  potentiels de droite  et du centre droit ne se reconnaissent plus dans le capitalisme rentier triomphant et conçoivent  cette opération de Macron comme une erreur stratégique  qui devient un caillou dans sa chaussure pour les Présidentielles. 
  • Cette opération boursière une parmi des milliers que représente l'activité boursière annuelle est  contraire aux intérêts des Français et Françaises C'est reconnaître sans le dire que le capitalisme financier n'est bon que pour les capitalistes de la finance.

Rappelons que les turbines Alstom équipent les sous-marins lanceurs d’engins de la Marine nationale, ainsi que l’intégralité des centrales nucléaires françaises, avec les modèles Arabelle.

Pour le blog Macron reste un libéral.  Mais le peuple par ses votes et son absence de vote est un danger à terme pour le maintien au pouvoir du libéralisme de Macron et de ses clones. Il lâche donc un peu de lest.

 Imaginons ce qu'il serait obligé de faire  si ce même peuple pouvait s'appuyer sur une gauche  de rassemblement mettant l'emploi industriel en avant  ! Si ça ne se produit pas, n'attendons pas des miracles de Macron pompier-pyromane

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens