Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 09:45

Il a annoncé quelques bonnes nouvelles: le train de nuit Nice-Paris est rétabli, la ligne TGV Montpellier -Perpignan sera construite , le maillage d'autoroutes continuera.

 Reste à connaitre le financement. Si c'est avec un financement d'Eiffage et consorts assorti d'une rente de 25 ans, ce ne sera pas du new deal mais du capitalisme rentier qui continue.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 09:18

Pour combler les pertes (plus de 5 milliards d’euros de pertes déjà actés avant le reconfinement et une prévision de « moins 10 milliards d’euros sur deux ans »)  de la SNCF , le ministère de l’Économie attend de l’entreprise qu’elle cède une partie de ses actifs. Geodis, filiale de transport routier, est au centre du viseur. Le 12 novembre, dans un entretien à la revue spécialisée Ville Rail & Transports, Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT des cheminots, affirmait que le groupe public était en passe de se séparer de 49 % de sa filiale de transports et logistique Geodis. Quatre jours plus tard, le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, réagissait dans les colonnes du Figaro, assurant que « Geodis fait partie des actifs stratégiques de la SNCF » et que « vendre cette pépite en réponse de court terme à la crise n’aurait pas de sens ».

Une lettre du gouvernement à Farandou dit tout le contraire

Elle est signée de la main de quatre ministres : Bruno Le Maire (Économie), Olivier Dussopt (Comptes publics), Barbara Pompili (Transition écologique) et Jean-Baptiste Djebbari (Transports)  et mentionne les fameuses « contreparties » exigées de la SNCF. Ainsi, écrivent les ministres, « ce financement (…) sera complété par une partie du produit des cessions des filiales les moins stratégiques pour le groupe SNCF (…), dont les premières devront intervenir rapidement ». 600 millions d’euros – au moins – sont attendus de ces cessions « rapides ». Enfin, les ministres signalent à Jean-Pierre Farandou que « l’État souhaite que le groupe SNCF soit à la hauteur de ses ambitions réformatrices », un groupe « qui doit être rendu plus agile et plus compétitif en vue de l’ouverture à la concurrence, à travers le respect du plan de productivité décidé lors de la réforme ferroviaire ». Des gains de productivité fixés, d’ici à 2028, à 4,2 milliards d’euros, ce qui dans le langage courant signifie des suppressions d'emplois (moins de monde pour faire plus).

Les autres issues sont volontairement fermées

La SNCF dispose  pourtant théoriquement de trois leviers.

  • un ré endettement – mais la réforme de 2018 lui impose une règle d’or qui vise à limiter les déficits
  • une recapitalisation par l’État – mais ce dernier s’y refuse alors même que la France est le pays d’Europe qui subventionne le moins ses transports publics.
  • , la cession d’une partie de ses filiales. C’est donc en faveur de cette dernière option que Bercy a tranché et l’opération serait d’ailleurs déjà bien engagée…

L'article que nous avons utilisé est très long et accessible dans 100 paroles nos articles.

 Ici nous nous bornerons à un constat. Avec des déclarations lénifiantes qui marquent une inflexion pour le jour d'après,  c'est EXACTEMENT la même politique que le jour d'avant qui est suivie. Le libéralisme est inamendable, il doit être surmonté. Ce qui implique un large rassemblement et une compréhension des enjeux

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2020 6 25 /07 /juillet /2020 07:51

Rappelons que  les 720 salariés mosellans de  France Rail industrie (FRI) produisent  des rails pour  SNCF réseau  et qu' Ascoval  (270 employés) fabrique  dans le nord l'acier nécessaire  au   laminoir mosellan merveille technologique. Le repreneur a   accepté l'offre groupée ce qui est une chance pour ce qui reste de la sidérurgie française dans un secteur stratégique.

 C'est désormais  à la SNCF et aux collectivités   de prendre le relais, dans l'intérêt du service public et de la France.

Partager cet article
Repost0
25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 11:24

La fabrication est de 1978, l'inauguration du 22 septembre 1981, avec Mitterrand usager,  un ministre communiste des transports et des cheminots enthousiastes.

Historiquement, la SNCF est l'inventeur de la ligne grande vitesse (250 km/H  en exploitation)  alors que ce qu'on appelle les milieux économiques manquaient d'enthousiasme. Trop cher, inutile , on connaît la chanson.

 La rame a parcouru 14 millions de km et fait triompher la traction électrique. Depuis le TGV a servi à détruire les autres trains. Ce n'est pas la technique qui est responsable mais la religion du dollar et de l'Euro.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2020 3 22 /01 /janvier /2020 08:25
Une maquette pour le moment

Une maquette pour le moment

Les jeux d'hiver seront l'occasion pour la Chine d'utiliser ce TGV sans pilote à la vitesse commerciale de 350 Km/heure.   Pour la deuxième fois (après la 5G)  la Chine applique  AVANT l'occident des procédés pourtant connus chez nous.  Ceux qui la rêvent encore comme une sous industrie de copie ... ont un train de retard. . Et pendant ce temps chez nous Alstom agonise et la ligne TGV Montpellier-Perpignan est impossible à construire.

  Il est temps que le grand rassemblement de la multitude  remette notre monde sur la tête sans se tromper de combat.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 13:05

Le blog (vous pouvez vérifier) a TOUJOURS été  favorable à la ligne TGV de contournement. A certains moments il était bien seul à gauche et c'est bien dommage, surtout à Nîmes où le PCF a perdu de sa crédibilité dans l'affaire.

 Lorsque nous lisons dans la Marseillaise (longtemps organe des anti)  "La gare TGV de Montpellier tournait au ralenti faute de connexion"  nous préférons cela  à  l'affirmation  ancienne  "la gare TGV est vide, preuve qu'elle ne sert à rien".

 La gauche n'a rien à gagner à tourner le dos aux nécessités économiques, au nom d'une fausse conception de l'écologie  qui est une peur de ce qui change.  Elle n'en sera que mieux armée pour exiger que l'écologie, la vraie, soit respectée lors des grands travaux et que le financement    ne soit pas tout à l'avantage du  privé. Et ce ne sera pas du luxe !

   HA

  

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 07:39

 L'absence d'investissement sur le réseau ferré entraîne des absurdités : passages à niveau très fréquentés  sources d'accidents  qui ne sont pas aménagés, réduction à un seul  de la conduite d'un train. The navigators de Ken Loach   est toujours d'actualité pour ce fruit amer du libéralisme et de la privatisation.

  Les cheminots n'entendent pas sacrifier leur vie pour que des actionnaires touchent de gros dividendes et le font savoir.  Macron appelle à les sanctionner. Et ensuite ?   L'absence de solution crève les yeux.

  Le capitalisme en tant que  forme qui a fait avancer un temps  l'humanité  agonise , comme avant lui la société des nobles.     Nous en  avons ici un exemple éclairant. Tout le problème c'est de le remplacer.

 La société nobiliaire a prélevé d'énormes sommes sur les travailleurs. Mais c'est l'époque des moulins à eau à la place des bras, de la faux à la place de la faucille, de l'assolement qui diminue la jachère.  Puis vient le moment ou le prélèvement bloque tout et interdit le progrès social.

   La société capitaliste a construit un réseau ferré  efficace, des usines performantes, avec quelques retombées pour les vrais producteurs de richesse. Il n'en est plus capable.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 12:52

Un  Boeing 787-9  Dreamliner parti vendredi soir de l'aéroport JF Kennedy de New York avec seulement 49 personnes à bord , des employés de Qantas, société australienne  a atterri sans escale à Sidney au bout de 19 H.  C'est une première dont on se demande l'utilité. Le poids en cabine était réduit, ce qui a permis d'embarquer une quantité suffisante de carburant pour les 16.000 kilomètres du trajet.

 Question d'arithmétique : quel a été le prix de revient  de la place pour gagner quelques heures  et une escale?

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 08:20
la mini électrique voit le jour

Une firme japonaise va lancer ce véhicule urbain électrique à large autonomie. Si au lieu de soigner leurs actionnaires Peugeot et Renault avaient investi dans ce secteur, c'est la France qui serait en avance

Partager cet article
Repost0
7 février 2019 4 07 /02 /février /2019 10:17

 Les salariés ont déjà vécu la fusion avec l'américain  General Electric, promettant la création de 1000 emplois, et  qui s'est avérée catastrophique. Siemens remet le couvert  pour le ferroviaire qui avait été préservé , plus intéressé par le carnet de commandes que par la survie des usines françaises.

  La décision de L'Europe de refuser la fusion, quelle que soient ses motivations, est un soulagement, mais pas une solution.  On ne lutte pas contre " les Chinois " (c'est à dire la puissance de l'industrie chinoise à laquelle les firmes occidentales ont beaucoup participé par la recherche du profit),  par la financiarisation  mais par une ambition  industrielle, à l’échelle nationale et européenne comprenant des coopérations (y compris avec Siemens)  pour élaborer les trains du futur, plus écologiques, plus économes, plus collectifs.

   Que la question puisse enfin se poser concrètement, après 30 ans de dogme hégémonique du libéralisme financier, prouve que nous avançons. Et les Gilets Jaunes y sont pour beaucoup.  Mais cela ne se fera pas sans un large rassemblement.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens