Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 10:24

"Il nous faut préparer les entreprises à redémarrer, cultiver notre autonomie alimentaire et travailler à un plan de relocalisation de certaines industries en Occitanie, notamment dans le domaine dee la santé ou de l'énergie...  depuis des années la mondialisation tourne dans le vide, enrichissant quelques uns mais appauvrissant de plus en plus de territoires et donc de populations... retrouver un état stratège, avec les Régions à ses côtés , tout le contraire de la recentralisation  en cours...On a imposé(aux régions) un contrat financier que j'ai refusé de signer à l'époque. Il a sauté voilà 20 jours. Si cette crise pouvait permettre à certains  de voir des visages au lieu de statistiques, je crois  que ce serait salutaire  pour notre pays...C'st aussi contraindre le secteur des banques  ou des assurances  à prendre leurs responsabilités."

   Ces propos tenus par Carole Delga prouvent  qu'en Occitanie les communistes sont intégrés à la gouvernance, puisque  nous y retrouvons  nos orientations. L'unité sans hégémonie  peut bien fonctionner, la preuve.

   Il faut maintenant traduire ces intentions en actes.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 09:54

A l'Assemblée Nationale les marcheurs se répandent en autocritiques et exigence de changement. Mais la partie obscure de leur cerveau a du mal  à faire en sorte   que les actes suivent.

 Le PLFR est en débat. Ce sigle obscur masque le projet de rectification du budget qui lorsqu'il a été voté n'intégrait pas et pour cause le coronavirus.

   Depuis bien des interrogations ont émergé. Quelle meilleure occasion de remise en cause? Le PLFR contient des  avancées, la défiscalisation des primes, un desserrement du carcan  maastrichien du déficit, la garantie d'emprunts à la Nouvelle Calédonie, la baisse du taux de TVA pour les masques  par exemple. Elles ont fait l'unanimité.

  Mais pas question de toucher au fond. La taxe de 75 % sur les dividendes, le rétablissement de l'ISF pour les possesseurs d'actions ont été repoussés avec une discipline parfaite par les marcheurs au garde à vous. C'est qu'on touche au coeur du système : le profit financier.

  C'est l'illustration du stade où nous en sommes. Macron doit lâcher du lest  , et on aurait tort de le sous - estimer, mais pas question de toucher à l'essentiel si un rassemblement inédit ne l'y oblige pas.

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 07:20

Un appel  au rassemblement circule dans l'Hérault. Ses constats et ses propositions nous conviennent parfaitement. S'il avait été écrit en décembre 2019 il correspondrait à la situation.

   Mais en avril 2020 un appel qui ne dit mot du révélateur qu'est le  coronavirus, qui a bouleversé l'arrogance des libéraux et ouvert de nouvelles possibilités, rendu possibles de nouvelles alliances , cela  nous parait surréaliste, autant le dire franchement.

   Le  rassemblement se fera avec les gens , à partir de la situation qu'ils vivent, et non à partir de l' analyse lucide  pertinente  et théorique d'une poignée de militants.  Avant de  diffuser l'appel nous demandons qu'il soit remanié, avec moins de constats largement partagés et plus de propositions novatrices ancrées dans la réalité. Et cela pour qu'il réussisse.

   Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 09:00

Monsieur le Président de la République,

L’entreprise Luxfer à Gerzat a derrière elle une longue histoire d’innovations qui lui a permis de passer de la production d’armement à la fabrication de réservoirs haute pression en fibre de carbone. Avec la perspective de mobilité décarbonée, de nouveaux marchés s’ouvraient, en complément de nos productions actuelles à destination des appareils respiratoires destinés aux usages médicaux et à la protection civile.

Parce que la profitabilité a été jugée insuffisante, parce que la réduction des capacités de production, sans considération des impacts sociaux et des impacts médicaux de cette décision, a paru le moyen le plus direct d’accroître les profits et satisfaire les attentes des fonds de pension, le groupe Luxfer a pris la décision de fermer notre site, détruire les capacités de production et licencier la totalité du personnel.

Depuis, les salariés n’ont eu de cesse de chercher des alternatives à cette fermeture. Plusieurs pistes se sont esquissées, plusieurs ont donné lieu à des travaux lourds, pour définir les modalités techniques de remise en marche du site, d’introduction d’activités nouvelles et les plans de financement associés, avec divers repreneurs et dans le cadre d’une reprise par les salariés.

Le groupe Luxfer est resté sourd à toutes ses demandes, fort du soutien inconditionnel de votre gouvernement, tant par son inaction que par ses actions. Ainsi, alors que le motif économique n’avait pas été reconnu par l’inspection du travail, votre ministre, madame Pénicaud autorisait le licenciement des délégués le 13 février 2020.

Si l’un de ces projets avait abouti, le site de Gerzat serait aujourd’hui en situation de produire quotidiennement près de 1.000 bouteilles d’oxygène par jour pour les mettre à disposition des services de santé et participer à la lutte contre la pandémie en France et dans le monde.

Pour nos clients, faute de bouteilles neuves, les travailleurs de l’industrie des gaz médicaux n’ont d’autre choix que d’approvisionner d’urgence l’ensemble du corps médical avec des bouteilles issues du stock tournant (ré-éprouvé) et ce, en flux tendu.

Les dérogations aux contrôles périodiques, accordées à la demande de L’AFGC et de L’EIGA en date du 19 mars 2020 par votre ministre la Transition écologique et solidaire en vue de « maximiser la quantité », est à même de présenter des risques lors du conditionnement. Cela ayant nécessairement des impacts sur la sécurité des personnels de conditionnement, des soignants et des malades. D’autant que la qualité de l’oxygène pourrait être altérée.

Nous vous rappelons que cela engage pleinement votre responsabilité.

Dans votre discours en date du 12 mars 2020, vous indiquiez que « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond à d’autres, est une folie ». Sur la foi de ces propos, nous avons mobilisé, une fois encore, tous nos interlocuteurs et mis toute notre énergie à construire le plan de redémarrage d’urgence de l’activité.

Celui-ci, que nous avons finalisé dès le 23 mars 2020, permettait d’envisager la mise à disposition des premiers lots de bouteilles d’oxygène à compter de la 3e semaine de mai. Le 31 mars 2020, depuis votre visite dans une usine de masques, vous avez renouvelé vos propos et affirmé votre engagement à rebâtir l’indépendance de la France, notamment sur les produits de première nécessité pour faire face à cette crise.

Pourtant, à ce jour, et alors que la crise s’aggrave, rien n’a encore bougé dans notre usine. Tout reste à l’arrêt parce que vos services n’ont pas engagé la part du travail qui leur revient : mettre cet outil à disposition du bien commun, en passant par une nationalisation, la possibilité de recourir à cet outil ayant été évoquée par votre ministre de l’Économie à plusieurs reprises dans le cadre de cette crise.

Monsieur le président, votre élection vous a, pour la durée de votre mandat, mis en responsabilité de faire primer l’intérêt général sur l’intérêt privé. Plus encore dans la situation de crise sanitaire que connaît la France et le monde dans son ensemble, la préservation de la vie doit passer avant celle de leurs profits. Nous sommes prêts. Il ne reste qu’à traduire en actes concrets, vos engagements récents.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 08:11
CGT-Santé nationale  vient de  déposer plainte contre X pour violences et homicides involontaires.
Il semblerait qu'il y ait de plus en plus de telles plaintes qui soient déposés, ce qui embête (ou inquiète ?) le gouvernement.
            Bernard
Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 09:58
L'hôpital Saint Antoine résume le problème

JAMAIS cela n'avait été énoncé aussi clairement hors du champ de la politique. Et il y en a encore parmi nous  qui croient que la pandémie n'ébranle pas sérieusement Macron et le libéralisme !

Partager cet article
Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 10:46

Amir Peretz, chef du parti travailliste l'a juré, promis, jamais au grand jamais il n'y aurait d'accord avec Netanyahou. Pour preuve il s'est rasé la moustache, ce qui n'est la preuve de rien. Avec Gantz il a bel et bien signé cet accord qui implique l'application du plan Trump, c'est à dire la guerre éternelle, menace terrible pour l'existence même d'Israël.

 Du temps où Peretz avait une moustache beaucoup d'israéliens ont cru que concilier la chèvre, le choux   et éventuellement le loup était préférable à la voie préconisée par le Parti Communiste israélien en lien avec les arabes israéliens. Un vote "utile" devait permettre de régler le problème.

   Le PS en France sous ses  diverses formes fait partie de l'équation à résoudre. Mais donner à lui seul la position "d'arbitre" lorsque des choix fondamentaux  se profilent, ce qui est notre cas, l'échec est assuré.  Si tout le monde pouvait en avoir conscience, un grand danger serait écarté.

  HA

  

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 11:08

Guillaume Ballas pour Génération.s livre dans l' Huma son opinion sur le jour d'après.  Nous adhérons à l'essentiel des propositions  mais le diable est dans les détails. Il conclut que  cela doit s'accompagner d'une rupture avec le productivisme.

  Le même jour, et sous d'autres rubriques , nous apprenons la possibilité d'une pénurie de médicaments, les laboratoires (mot chic pour dire industries chimiques ) n'étant pas en mesure de répondre à la demande, nous apprenons que si le gouvernement a annoncé que pour tout un chacun le masque ne s'imposait pas c'est parce qu'il n'y avait pas moyen d'en  faire fabriquer pour tout le monde.

    La question se pose donc : que faut-il entendre par productivisme ?  Quelle différence avec production ? 

Admirateur du génie politique de Robespierre lors de la terrible période 1793-94,  l'auteur de ces lignes est plus réservé et même critique sur le culte de l'être suprême  et de la raison , c'est à dire  l'outrecuidance qu'il y a à vouloir imposer par la puissance de l’état  les croyances de quelques uns se pensant éclairés à toute une population.

   Nous posons donc clairement la question : si  le productivisme produit de l'inutile,  QUI décidera de ce qui est utile et inutile ?  Savonarole et bien d'autres, notamment les planificateurs soviétiques (qui ont rejeté la génétique et l'informatique)  s'y sont risqués et ils ont échoué avec une constance qui devrait faire réfléchir.  L'actualité palavasienne du coronavirus nous donne du grain à moudre. Pour les gendarmes, acheter des moules et des pizzas  (des PV   en ont résulté)  n'est pas de première nécessité et ne justifie pas de rompre le confinement. Casuistes sans le savoir ils ont interprété  "de première nécessité" à leur façon. Quand le pouvoir d'état vous donne cette possibilité, il y a de quoi avoir peur.

   Quant au côté écologique rappelons ce que nous avons écrit il y a quelques années. Il y avait deux façons de s'y prendre pour ramener les lamproies dans les firths écossais : supprimer l'industrie polluante (ce qui s'est fait pour d'autres raisons que la lamproie) ou obliger le pollueur à dépolluer, ce qui est beaucoup plus ardu évidemment mais aurait évité bien des souffrances.

   Nous attendons votre volée de bois vert argumentée avec impatience.

  HA

Partager cet article
Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 06:41

L'Huma , avec pertinence ouvre le débat sur la "fin de partie de la domination capitaliste", c'est à dire le dépassement. La valeur des propositions faites  est indéniable et d'une grande utilité mais un grand trou inexploré demeure entre le présent et leur réalisation . Nous prendrons l'exemple de Bernard Friot pour illustrer  notre frustration, notamment parce que nos adhérons pleinement à sa visée.

 Un  des interviewés  du 3 avril il rappelle la visée  qui sera l'aboutissement du dépassement :  la propriété de tout outil économique par les travailleurs  (et non plus seulement l’État) et le salaire lié à la personne (sa contribution majeure à la réflexion) supposent une forte socialisation du PIB.  La moitié l'est déjà, de différentes manières, mais il faut aller plus loin. 
  La valeur ajoutée produite par les entreprises doit être affectée non plus  à des rémunérations directes  et au profit  (notamment des actionnaires), mais à la cotisation à des caisses gérées par les travailleurs, comme l'a été le régime général de 1947 à 1967  (c'est à dire avant que Giscard ministre de Pompidou ne fasse basculer  la France du même côté que Reagan et Thatcher, avec même un peu d'avance).  Elles verseront les salaires et les prestations sociales et subventionneront l'investissement , y compris par la création monétaire. 

   Lecteur et lectrice comprendront que cela suppose la fin de la main mise des rentiers sur le profit, la fin du PDG patron de droit divin, la fin de l'interdiction de battre monnaie,  pour tout dire une révolution.

   Entre cette visée et l'après coronavirus il est clair mais cette fois c'est le blog qui le dit , qu' il faudra des étapes : la fin des délocalisations, un financement accru des services  publics qui mette fin aux cadeaux insensés au patronat et à la rente, l'annulation de la pseudo réforme des retraites   et bien d'autres avancées  Donc s'appuyer sur le provisoire retour au new deal qui sauve le capitalisme  pour aller plus loin.  En  faisant des propositions concrètes, tout le monde comprenant que cela ne pourra se faire sans un appui fantastique de la population, ce que l'expérience du coronavirus rend possible.

   Il faut une visée, savoir vers où on veut aller.  mais si on perd de vue les étapes à franchir  en se contentant de désirs lointains que la population jugera utopiques nous rendrons un grand service à Macron et nous n'irons pas bien loin. C'est d'ailleurs ce que nous faisons depuis  trop longtemps.

  Henri Ausseil

   

Partager cet article
Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 10:09

Mélenchon avec la lucidité que nous lui connaissons depuis qu'il s'est converti  au  populisme de gauche  prévoit après le coronavirus "un nouveau choc néolibéral." Qui exige un capitaine de gauche  pour sauver le navire.

C'est vrai qu'on peut s' attendre à ce scénario  pessimiste  si nous restons divisés.  Mais le peuple français, lui , est en avance sur les augures pessimistes. 68 % des Français et Françaises  (sondage Viavoice) ont compris que les industries stratégiques au sens large doivent rester  en France. Un nombre indéterminé  mais non négligeable a pu mesurer "l'efficacité" du libéralisme face à l'épidémie, l'importance de l'hôpital public, l'intérêt du chômage partiel,  et l'inconsistance de l'Europe. il va devenir difficile de convaincre le bon peuple  que les critères de Lisbonne sont la fin de l'histoire lorsqu'il faut financer les retraites  alors qu'ils ont été piétinés allègrement pour sauver la Bourse.

    Si nous ne savons pas nous en saisir nous ne serons pas à la hauteur des responsabilités devant lesquelles l'histoire nous a placés. Le PCF dans sa conférence de presse l'a clairement dit, mettant ses idées sur la table : il faudra  des embauches massives dans les hôpitaux et les services publics ,  un plan de relance,   l'austérité n'est pas le remède mais la cause de la crise que nous connaissons, non la cause du virus bien entendu  mais la cause des retards à réagir.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens