Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 06:54

le budget 2021 , pour peu qu'on l'examine est un révélateur aussi terrible que le virus. Alors que la pandémie cause des souffrances et des pertes  considérables, la lutte se mènera à moyens constants puisque ce qui sera accordé pour  le covid sera pris dans les autres secteurs de la santé (diminution de  800 000 euros).

 Les variables d'ajustement seront les personnels un instant chéris et applaudis mais à qui on sucre congés et heures sup, les sacrifices étant toujours pour les mêmes ...   et les patients forcément.

 Là aussi une limite est atteinte. La gauche est placée devant ses responsabilités.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 09:06

Nous l'avons connue moins inspirée lorsqu'elle ne voyait de salut que dans la France insoumise. Mais c'est une grande femme d’État (osons le néologisme) de ceux et celles qui savent surmonter les idées reçues et tenir compte des enseignements du présent.

 Son livre   "A gauche en sortant de l'hypermarché"    a un titre qui sort des sentiers battus mais extraordinairement illustratif.

  Elle nomme "Nouveau Tout"   ce que nous appelons multitude avec Négri. Peu importe, la chose est encore mal nommée et le mouvement historique lui trouvera le nom définitif.

   " Les alliances nouvelles doivent se fonder sur un diagnostic partagé de ce qui n'a pas fonctionné lorsque la gauche était au gouvernement et sur les conséquences à en tirer pour demain. Oui, lil faudra rassembler le plus largement possible, dans lae pays et pas seulement dans les partis pour changer les choses une fois au pouvoir."

   Qu'ajouter de plus puisque c'est ce que défend le blog ? Comme toujours le vrai problème sera de mettre ces paroles en musique, c'est à dire de les appliquer. Le passé a prouvé que les bonnes intentions  fondent au contact du pouvoir comme la cire des ailes d'Icare approchant le soleil. C'est pourquoi   rassembler dans le pays nous paraît le plus décisif..

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 07:39

Nous ne saurions trop recommander la lecture des pages 10 et 11 de l'Humanité du 13 octobre. Résumer est impossible dans le format du  blog. Nous nous contenterons de l'enjeu.

    La pensée consensuelle,  grossière propagande, veut nous faire croire que le capitalisme au stade actuel souhaite  l'affaiblissement de l’État.  S i on entend par là l'état redistributeur que l'on nomme état-providence, c'est exact.

   La portée révolutionnaire de l'article est de prouver que sans l'utilisation de l’État, le pouvoir des multinationales perdrait de son arrogance. En fait elles sont sous perfusion. Sans un pouvoir étatique qui baisse leur impôt, une règlementation toute à leur avantage, un personnel politique pantouflard à double casquette qui  le permet,  la bulle financière se dégonflerait  rapidement, faute de carburant. Casser la pompe à fric ,c'est casser le système.

   La conquête de l’État, possible par la politique, et l'utilisation de L’État à d'autres fins, notion marxiste,  y trouve sa justification et ses conditions.  Le conquérir pour faire pareil ne présente aucun intérêt.

    A vos méninges

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 12:58

La totalité de l'article du poing est visible sur 100 parles fil actualité.

Le débat fait suite  à une entrevue d'une délégation comprenant  Michaël Delafosse PS  maire de Montpellier, Jean-Pierre Grand, sénateur LR, Muriel Ressiguier, députée LFI, Jean-François Eliaou, Coralie Dubost, Nicolas Démoulin, Patricia Miralles et Patrick Vignal, député·es En Marche   avec Darmanin.  Son  résultat : trente CRS patrouillant pendant 15 jours ou plus si affinités.

 Tel quel ce résultat est évidemment inadmissible, et soluble dans le macronisme.. Ce n'est pas de CRS  parachutés que Montpellier  a besoin, nous en sommes d'accord avec le poing. Et La députée insoumise qui  précise qu’elle souhaitait bel et bien trente policiers supplémentaires, mais que c’est  Patrick Vignal qui a pris l’initiative pour que ce soit des CRS  ce qui n’était pas son vœu, n'est qu'un des multiples cas de compromissions qui font perdre à la gauche sa légitimité .  d'autant plus  qu'il semble que les policiers municipaux pourront   désormais fermer les établissements « qui nuisent à la tranquillité » et avoir accès au système d’immatriculation des véhicules, au système national des permis de conduire, et au fichier des objets et véhicules signalés.  Ce qui est une prérogative d'état. Imaginons ce que Ménard pourra tirer de ces pouvoirs nouveaux.

Mais le poing va bien au delà assimilant tous les policiers à l'extrême droite  et refusant la police de proximité inefficace, nous ignorons en fonction de quels critères puisqu'elle n'existe pas, détruite par Sarkozy.

 Tous les citoyens ont besoin de tranquillité , où qu'ils habitent.  C'est une revendication des quartiers oubliés de tous et en particulier de l'état. Nous entendons par police de proximité une police stable dans le quartier, qui en connaît les réalités et qui est  apte à désamorcer les conflits mineurs à l'origine des bavures. C'est une police d'état , elle n'est pas au service du maire et agit dans la légalité.

 Il est  simplificateur de mettre tous les policiers dans le même sac. Tous souffrent de la démagogie d'un système  qui les empêche en réalité de faire leur travail puisqu'on leur demande de faire ce qu'ils n'ont pas les moyens de faire. Certains prennent alors des postures fascistes et racistes  mais pas tous. L'exercice du métier tend au contraire à relativiser et  à se faciliter la vie sans jouer au cow boy. Nous n'avons pas à aider par l'abstention  les  bandes organisées à commercialiser  la drogue.

Henri Ausseil

 

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 09:57

Les  violences conjugales, par leurs effets collatéraux, coûtent 3,6 milliard à la nation. C'est le haut conseil de l'égalité qui le dit. 

 Les supprimer serait bénéfique à tous, y compris ceux qui ne sont pas violents.  Or les comptes de la nation faits par des comptables du capitalisme ne prennent pas en compte les économies que l'on pourrait faire par la prévention. Une autre façon de calculer fait partie de la bataille idéologique.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 09:34

Le compte d'exploitation 2019  validé par un commissaire aux comptes , l'Huma étant sous haute surveillance, est positif pour la première fois depuis bien longtemps.

 La péril n'est pas écarté , qui concerne toute la presse  et particulièrement prestalis et la distribution. Mais l'Huma a des atouts.   Ses lecteurs, sous des formes diverses ont apporté 4 millions d'euros.    Aucun autre journal ne connaît un tel attachement.  Les dépenses ont drastiquement diminué, parfois dans la douleur. Le Tribunal de commerce l' a compris.

  En 2020 avec des difficultés accrues le nombre d'abonnés augmente  et les recettes aussi.  Il a été vendu pour 600 000 euros de bon de soutien à la fête pourtant virtuelle et encaissé 800 000 euros  grâce au hors série.

 Pour le blog, ce constat rejoint d'autres constats. Le temps  de la fin de l'histoire autoproclamée est fini, la résistance retrouve des couleurs, particulièrement dans le secteur stratégique de la bataille d'idées.  Le marxisme redevient un outil de lecture du temps présent. C'est un péril mortel pour l'intellectuel organique  du capitalisme financier.     Si tous ceux qui aspirent au changement en prenaient conscience au lieu de se lamenter sur les mauvais coups , ce serait un grand pas en avant.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 07:40

Corinne Masiéro ne s'exprime pas que dans l'Huma ou sur les écrans grands et petits. Elle conquiert des pages dans Télé 7 jours, qui insuffle dans des millions de foyers l'idéologie dominante à longueur de semaines, l'air de rien.

  A soi seul c'est un évènement  hautement significatif  d'une résurgence de  la lutte des classes dans l'imaginaire collectif, que le journal ne peut ignorer.

Bien sûr Télé 7 jours le prend par le petit bout , la vie privée.  Elle répond.

 j'ai d'abord choisi ce métier pour m'éclater, échanger avec des gens, créer des choses, m'amuser... La notoriété m'est tombée dessus du jour au lendemain, après la première diffusion de Capitaine Marleau, il y a cinq ans." Et Corinne Masiero de continuer à constater "qu'elle a alors vu changer le comportement des gens, dehors". Elle se sent agressée et pourtant il s'agit de déclarations d'amitié...Il m'est en effet arrivé d'être poursuivie par des gens jusqu'aux chiottes."

 Corinne découvre une constante   que Bernard Vasseur  résume dans le mythe d'Icare.  Ce héros a voulu voler. S'approchant trop du soleil la cire qui collait ses ailes a fondu et il a fait une chute mortelle. On peut donc parler d'échec. Et pourtant l'homme a inventé l'avion, Icare  le précurseur avait donc raison. Mais durant la période où le rêve ne triomphe pas, le précurseur  n'est pas forcément à la fête.   Il a du mal à être reconnu, et pas toujours pour de bonnes raisons. Mais  sans lui rien ne serait possible. La dialectique aussi est bien vivante.

 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 07:25

"Une menace  pèse sur la sécurité sanitaire de notre pays" : en déplacement à Toulouse,le  9 octobre, Jean Castex a tenu à mettre en garde les Français, dans un contexte de remontée de l'épidémie de Covid-19.  Ce communiqué martial est destiné à prouver que le gouvernement prend ses responsabilités dans le combat.

  Cafés , restaurants et autres paieront la note, l'économie française aussi. Mais Prudhomme l'a dit : ces mesures sont destinées à masquer le manque de lits d’hôpital disponibles.

les cas de Covid-19 continuent d’affluer dans les services de réanimation du pays, avec  103 patients de plus dans les dernières vingt-quatre heures. Le  dispositif  "plan blanc" permet de procéder à des réorganisations en cas d’augmentation de 20 % des passages aux urgences pendant trois jours consécutifs ou de hausse de 10 % du nombre de malades quotidiens sans solution d’hospitalisation pendant plus de huit heures. Les personnels peuvent ainsi être rappelés, des renforts sollicités, des lits ouverts et les opérations non urgentes, déprogrammées. Mais ,un peu partout, sa mise en œuvre a rajouté de la tension sur des soignants déjà rincés par la pandémie.Les « mesures exceptionnelles » contenues dans le plan blanc laissent  perplexes les personnels . " La réanimation Covid est déjà pleine à Lyon, contrairement à la première vague, il n’y a plus d’équipes dédiées Covid ou non-Covid en réanimation, ce qui augmente le risque de contaminations croisées pour des patients qui sont déjà fragilisés. La brigade de bio nettoyage qui avait été activée en mars ne l’est plus aujourd’hui. On demande aux soignants testés positifs au Covid, mais asymptomatiques de venir travailler."

À l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), la direction a tranché dans le vif pour pallier cette pénurie de personnel. Elle a annoncé, samedi, envisager l’annulation des congés à compter d’octobre. Au CHU de Grenoble (Isère), 132 lits manquent à l’appel depuis mars.

La disparition chronique de lits met  à mal la communication de crise du gouvernement. Les 3 400 suppressions en 2019, dévoilées par la Direction statistique des ministères sociaux la semaine passée, ont suscité l’indignation. Mais cette tendance – 100 000 lits perdus en vingt-cinq ans – se poursuit. Remise sur la table lors du Ségur de la santé, la question d’un moratoire sur ces fermetures n’a jamais vu le jour.

  Rien ne change donc, sinon en pire. Les mesures prises NE COUTENT RIEN A L'ETAT, et tout aux Français et Françaises qui subissent la double peine.   Le double langage achève de déconsidérer la politique.  Sans une vague rassembleuse il n'y a pas d'issue.

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 09:07

L'IFOP a le mérite de mesurer ce que le blog pressent. Au moment où une crise terrible frappe, où des changements profonds sont le plus nécessaires, où de nombreux indices montrent que le vieux bourrage de mou ne fait plus recette,  la gauche ne fait pas recette aux présidentielles .

 C'est le désespoir, c'est à dire Le Pen qui fait la course en tête et Mélenchon à 10 % qui résiste le mieux, mais comme faire valoir dans une course où il n'a aucune chance. Et encore sous condition de regrouper à gauche au sommet.

  Bien, entendu ce sondage est aussi falsificateur : il ne mesure pas l'abstention, il n'est pas question des législatives, il n'est question que de partis. Soit un terrain favorisant Macron.

    L'affrontement des personnalités , ça ne paye pas, ça désespère. Ne pas se mettre d'accord d'abord sur un contenu qui réponde aux besoins, ne pas profiter de l'immense réservoir du mouvement associatif et sociétal, ne pas s'entendre  pour les législatifs, c'est conforter Le Pen que l'on prétend combattre, et c'est perpétuer Macron par défaut.

   Tout le monde est prévenu. Aller dans le mur du chacun pour soi   désormais a une nouvelle signification : la recherche d'une opposition confortable et la peur du changement. Qu'on se le dise.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 06:55

Vu les circonstances la salle était pleine, mais  l'initiative de  rencontres Marx le 5 octobre aurait mérité bien plus.

   la première partie de sa longue et passionnante intervention a concerné le présent. Il a dynamité le discours officiel en apportant les preuves.

      1-  Toutes les mesures prises , dont l'efficacité est douteuse et même dangereuse sont destinées à masquer une horrible réalité. La recrudescence actuelle si on la mesure à l'essentiel, le nombre de lits  de réanimations occupés passe de 150 à 400.  Mais l'hôpital d'un des pays les plusq riches et les plus avancés du monde n'est plus capable de les accueillir.  Non par l'impossibilité de le faire mais parce que Macron et ses prédécesseurs ont fermé 100 000 lits d'urgences en 20 ans, 3500 postes ont été supprimés.

     2  Examinons les chiffres .  Les dépenses de santé représentent 12 % du PIB. Mais  la médecine est un secteur où les équipements dont il faut se doter  ont une très haute valeur ajoutée. L'industrie de santé  qui fabrique ces instruments génère 13 % du PIB.  Dire que  la santé est une charge est donc un mensonge. Une piste plus prometteuse d'explication est le refus de prendre en charge les dépenses sociales qui ne génèrent pas de profit.

    2- Si les 12 000 lits demandés étaient créés  moins de 10 % des lits disponibles seraient occupés par les malades du COVID , aucune alerte rouge ne serait nécessaire Les EHPAD ne seraient pas des mouroirs,  les malades d'autres pathologies ne seraient pas laissés à l'abandon, avec les risques générés. L'alerte rouge est le fruit d'une politique.

    3 Le problème des urgences n'est pas  la tricherie des pauvres mais l'absence de situation alternative pour ceux qui y ont recours

  L'énorme mérite de la deuxième partie est de faire des propositions. Le livre que Prud'homme a postfacé REFONDER L’HÔPITAL PUBLIC (le Temps des Cerises 22 euros)   les énumère.

 Disons ici  que tout citoyen et toute citoyenne doivent être à moins de 30 minutes d'un centre de soin, qu'il habite des zones dépeuplées ou la ville surpeuplée abandonnée par la médecine

 Cela implique que le privé perdrait ses niches rémunératrices, que le CHU serait réservé aux cas graves  , que le territoire serait maillé par des centres  de soin, que le numérus clausus disparaîtrait, que le nombre de médecins salariés augmenterait fortement.   Les "centres de soins" seraient très différents selon les lieux et les besoins mais auraient une constante  : un équipement de base évitant les doublons (analyses et  utilisation du matériel redoublées sans raison par le manque de coordination)  , un personnel aux compétences multiples, travaillant en équipe, partageant son travail entre les visites du généraliste et  l’hôpital de zone , ce qui pallierait au désintérêt des jeunes médecins pour le travail de terrain de dépistage.

   En même temps à la formation  médicale serait ajoutés obligatoirement un volet social rendant apte à comprendre les contrastes de la France d'aujourd'hui, les angoisses nouvelles, pour un intérêt commun.

 C'est  possible dès aujourd’hui puisque me département de Saône et Loire  (de droite) l'a fait et que ça marche. Las de la désertification médicale mettant certains à 100 km d'un centre de soins équipé, las des fausse solutions qui ont TOUTES échoué (médecins étrangers, primes à l'installation etc) le Département a créé un centre avec 50 médecins salariés de spécialités  diverses, des équipements de qualité, un personnel de soins  lui aussi varié (infirmières, kinés, psycho etc), ce centre fonctionne à la satisfaction de tous. Alors que les mercenaires recrutés à grands frais fuyaient dès qu'ils le pouvaient, les médecins sont ancrés dans la zone visée et s'y plaisent parce que leur travail est gratifiant.

 Oui des parcelles de "communisme"  (peu importe comment on nomme ces parcelles d'avenir dans le monde capitaliste )   annoncent le futur, rendant l'espoir dans la faisabilité.  Bien sûr d'autres sujets ont été abordés.

 Mais pour le blog l'irruption de l'espoir dans la terrible créalité que nous vivons , le refus du terrain balisé que nous tendent les médias, fait de cette soirée une soirée inoubliable.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens