Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2019 4 31 /10 /octobre /2019 07:53

Le conseil municipal de New York a adopté mercredi un texte interdisant la commercialisation du foie gras à partir de 2022, une décision qui devrait toucher la France mais encore plus  les producteurs américains. L'intégrisme alimentaire vient de frapper.  Et des nourritures bien plus malsains restent autorisées , Macdo et pauvreté obligent.

    Ce genre de mesure qu'il faut bien appeler idiote décide à la place des gens ce qui est bon pour eux et ne protégera en rien les volatiles  si elle est appliquée puisqu'elle aboutira alors  à la disparition  massive des oies qui ne naîtront plus.

   Et toute prohibition a un effet bien connu : la création d'un commerce clandestin illicite et non contrôlé.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 11:46
Une manif révolutionnaire

Lecteur et lectrice sourient peut -être. Qu'a de révolutionnaire un défilé de plus ?

 Il y a peu, des présidents de cour de cassation ont battu le pavé. Du jamais vu.

Ici professeurs  et chefs de service , dont on peut penser qu'ils n,'ont pas souvent manifesté, côtoient les infirmières, urgentistes et paramédicaux dont on s'attend davantage à les trouver dans la rue.

 Ce qui est révolutionnaire c'est cette unité qui transcende tous les égoïsmes de classe. Lorsqu'on ne peut plus exercer dignement son métier on se bat du haut en bas de la hiérarchie.  Les députés en marche arrière qui vont voter la destruction de notre système de santé ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas. 

 Le voilà le grand rassemblement : nous l'avons sous les yeux et pourtant nous ne le voyons pas. Sinon nous serions autre chose qu'un soutien moral.

   HA

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 07:51

Quelques mesures « gilets jaunes » ont été  lâchées début décembre 2018 par Emmanuel Macron, pour calmer l'effervescence Presque un an après,  le budget de la Sécu est voté aujourd’hui à l’assemblée, on découvre que c’est la Sécu qui va payer 3 milliards de ces mesures ! Autrement dit, Macron se sert dans nos salaires pour payer ses mesures d’urgence...

L'importance d'une expression politique du mouvement social  apparaît clairement. Tant qu'une majorité de droite ou de centre droit sera aux manettes, il en sera ainsi. Combien de temps encore faudra-t-il pour le comprendre?

 Il n'est pas inutile de rappeler que désormais les cadeaux au patronat (les exemptions de charges) ne seront plus compensées par l'Etat et que la Sécu devra trouver les économies pour faire face, pendant que le crocodile  Macron verse des larmes sur l'état des Urgences.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 07:56

Spécialisée dans la technologie de la métallurgie des poudres, Sintertech usine des pièces métalliques – à 80 % destinées à l’industrie automobile – au moyen d’un processus qu’elle est la seule à maîtriser et sur trois sites de production, à Pont-de-Claix et Veurey en Isère, et à Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques. « On utilise la compression de poudres métalliques pour fabriquer des pièces, comme des pignons de boîtes de vitesses », détaille Jean-Bernard Etchemendy. Le procédé permet de sortir des composants moteurs légers mais solides et « sans aucune perte de matière lors de la production », précise le délégué syndical CGT. Pourtant indispensable à l’industrie automobile, le sous-traitant a été mis en liquidation judiciaire le 16 octobre, au terme d’un an de tractations infructueuses pour trouver un repreneur et après plus d’un quart de siècle d’activité, passée de main en main, de rachats en cessions à partir de 1990.

La " restructuration" de 2015 se solde par la destruction d’une soixantaine de postes qui s’ajoute à l’érosion des effectifs (départ en retraite non remplacés, licenciements…), passés de 430 salariés en 2013 à seulement 280 aujourd’hui.

 « On allait dans le mur et on a décidé de réagir, d’élaborer un plan solide de relance industrielle, bâti avec les ingénieurs de l’entreprise et épaulé par des experts du cabinet Secafi », note le syndicaliste.

.Pour Renault, l’un des principaux donneurs d’ordres, c’est l’électrochoc. Le constructeur comprend très vite que, sans son fournisseur, ce sont ses propres chaînes de montage qui risquent l’arrêt total. Au lendemain de la mise en liquidation, la marque au losange se manifeste auprès du tribunal de commerce.

De la négociation avec Renault, la CGT ressort la tête haute : 5 000 euros brut mensuels pour tous les salariés, entrée aux comptes d’exploitation de l’entreprise et financement du plan de relance, le donneur d’ordres passe à la caisse. Le 23 octobre, la justice valide l’accord. « Pour nous, la démonstration est faite, se félicite le syndicaliste, le sérieux et le travail des salariés a payé. » Le rapport de forces aussi.

 Rien n'est gagné bien sûr.  Mais Sintertech liquidé est toujours vivant ! Et un large soutien effectif  politique à gauche ne ferait pas de mal !

D'après Marion d’Allard l'Humanité

 
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 18:58

Quelques jugements touchant aux libertés politiques prouvent que les juges sont ébranlés.

 Mais lorsque le coeur du capitalisme, c'est à dire les entreprises  capitalistes est en jeu, elle reste une justice de classe. 

* l'amiante demeure  un sujet tabou et les patrons qui ont empoisonné leurs salariés sont  impunis.

 * Laura Pfeiffer inspectrice du travail qui a osé s'attaquer à Téfal est condamnée pour avoir fait son travail à 3500 euros d'amende avec sursis  successivement par les tribunaux d'Annecy et de Chambery puis la cour d'appel de Lyon.

* Garino ouvrant un péage a été condamné et sommé de fournir son  ADN.

Alors que les lanceurs d'alerte sont officiellement acceptés en général , ils ne le sont pas en particulier dès qu'ils touchent au profit. La peine peut paraître légère , elle est un symbole fort d'une porte  à ne pas ouvrir.

C'est que le droit divin des patrons reste dans trop de têtes  une chose indiscutable. Comme l'était le sang bleu des nobles.  Ce combat est au centre du  dépassement.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 06:52

En décembre dernier Macron,  faisant semblant  de donner des gages aux Gilets Jaunes, a demandé aux banques françaises de  plafonner les frais d’incidents bancaires à 25 euros mensuels. Ce type de frais, correspondent  évidemment aux clients les plus pauvres.

​60 millions de consommateurs et l’Union des associations familiales (UNAF) ont enquêté entre juin et juillet   sur huit réseaux bancaires (BNP-Baribas, la Banque Postale, la Société Générale, LCL, la Banque populaire, la Caisse d’Épargne, le Crédit Mutuel et le Crédit Agricole). Et selon les deux associations, le résultat est sans appel: les banques sont loin de jouer totalement le jeu. "Le plafonnement n’est pas mis en place pour l’immense majorité des clients en difficulté, noyés sous les frais pour incidents".

La Fédération bancaire française dément évidemment  les accusations des deux associations et assure que les engagements sont tenus. D’après l’organisation bancaire, un million de clients ont «déjà bénéficié du plafonnement». Les personnes en situation de fragilité financière sont estimées à 3,4 millions dans l’Hexagone. «On a regardé 535 dossiers, avec des échantillonnages, en prenant des clients qui avaient l’année d’avant des frais excessifs. Résultat, dans 90% des cas, le plafond avait été appliqué», a indiqué Frédéric Visnovsky, médiateur du crédit et secrétaire général adjoint de l’ACPR,

Mais cette affirmation est aussitôt  démentie. La fédération reconnaît  que pour un   petit  10%  les «systèmes» ne sont pas prêts".  Au vu de la différence entre 1 million satisfaits  et 3 millions  d'usagers en difficulté au total , ce petit 10 % ressemble beaucoup à un gros 60 %. Donc les engagements sont tenus sauf qu'ils ne le sont pas, à cause de ténébreux systèmes non explicités.

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État à l’Économie  manie le sabre de bois: "il y aura des suites si ce n’est pas respecté".  

60 millions de consommateurs et de l’UNAF,   que les propos de la ministre laissent froids , demandent une loi qui aurait beaucoup plus de fiabilité que la parole de Macron, l'homme des banques.

«Compte tenu des 6,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires générés par ces frais d’incidents, il faut cesser de compter sur la bonne volonté des banques et enfin passer par une disposition législative contraignante pour que la promesse faite en pleine crise des Gilets jaunes soit effectivement tenue.»  Vous avez bien lu, les banques font des milliards de profit sur les plus pauvres.

 Une autre morale peut être tirée de  l'affaire. Lorsque le mouvement populaire s'affaiblit, les promesses ont tendance à ne pas être tenues.

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 07:39

 L'absence d'investissement sur le réseau ferré entraîne des absurdités : passages à niveau très fréquentés  sources d'accidents  qui ne sont pas aménagés, réduction à un seul  de la conduite d'un train. The navigators de Ken Loach   est toujours d'actualité pour ce fruit amer du libéralisme et de la privatisation.

  Les cheminots n'entendent pas sacrifier leur vie pour que des actionnaires touchent de gros dividendes et le font savoir.  Macron appelle à les sanctionner. Et ensuite ?   L'absence de solution crève les yeux.

  Le capitalisme en tant que  forme qui a fait avancer un temps  l'humanité  agonise , comme avant lui la société des nobles.     Nous en  avons ici un exemple éclairant. Tout le problème c'est de le remplacer.

 La société nobiliaire a prélevé d'énormes sommes sur les travailleurs. Mais c'est l'époque des moulins à eau à la place des bras, de la faux à la place de la faucille, de l'assolement qui diminue la jachère.  Puis vient le moment ou le prélèvement bloque tout et interdit le progrès social.

   La société capitaliste a construit un réseau ferré  efficace, des usines performantes, avec quelques retombées pour les vrais producteurs de richesse. Il n'en est plus capable.

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 07:22

 La trajectoire ressemble tellement à celle de Ford Blanquefort ou Goodyear que cela en devient désespérant. Malgré un début d'intervention de la population de Belfort, consensuel et  sans lendemain le combat est resté pour l'essentiel syndical.  La direction de  General Electric qui n'est pas tombée de la  dernière pluie joue la division entre la CGT et les syndicats dits "de négociation" qui vont arracher quelques concessions dérisoires  au prix de sacrifices pour les salariés provisoirement  conservés. En attendant l'inéluctable. Négocier sans rapport de forces c'est perdre.

  L'avenir est sombre pour une usine stratégique dans un pays développé. Et la gauche par son retard idéologique et stratégique  sur les réalités du monde contemporain porte une lourde responsabilité. Ce n'est pas des actionnaires de GE  ou d'un repreneur que viendra le salut, ni de Macron s'il n'y est pas contraint par un grand mouvement  inédit.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 06:41

Certains  ,  parmi les lecteurs du blog, considèrent qu'il donne trop de place à la politique extérieure. Dans un monde ou tout est relié, c'est selon nous une  erreur de le penser.

   La guerre Boeing-Airbus relayée par Trump peut impacter Toulouse. Les taxes sur les vins français peuvent impacter les vins du Languedoc. Une intervention militaire coloniale non budgétisée prend encore plus d'argent à l'école et à la santé. L'arrivée massive d'immigrés fuyant les guerres civiles que nous provoquons  crée les conditions de terribles retours en arrière.

 C'est ainsi et il va bien falloir en tenir compte.

  

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 09:06

Les grands laboratoires (Servier n'est qu'un cas particulier) sont de redoutables puissances.

 * Ils peuplent les agences du médicament de  leurs créatures , font tester  l'efficacité   par des domestiques et obtiennent tant bien que mal  toutes les autorisations.

 * Leur argent paye de bons avocats, fait fermer la bouche aux victimes, achète  la complicité de professionnels de la santé

 Après douze ans de combat  d'Irène Frachon sur un cas particulier, le médiator, plus rien ne sera comme avant.  Sans préjuger du résultat du procès on peut dire qu'à l'avenir les experts aux petits oignons et arrangements entre amis se feront plus difficiles et plus onéreux  (pour l'impossibilité ne rêvons pas).

   Pas à pas le futur émerge sous nos yeux. Sachons le comprendre pour avancer.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens