Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2019 6 31 /08 /août /2019 10:07

Samedi 7 septembre , avec tout le matériel nécessaire, ils feront signer à la Comédie-Polygone pour que les aéroports de Paris restent service public. Alors que la FI de Muriel Ressiguier, fidèle de Mélenchon,  souhaite faire bande à part aux municipales, ils engagent aussi le débat avec la population. Et souhaitent rassembler bien au delà des étiquettes. Aux dernières nouvelles ils ne seront pas seuls.

  Comme à tant d'autres moments clés  de notre histoire on peut compter sur les communistes pour rassembler.

Partager cet article
Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 09:45

A vrai dire ce titre  de l'Humanité nous paraît incongru.  Il témoigne nous le craignons , d'une mauvaise analyse de la situation. Heureusement le contenu de l'article est plus dialectique.

 L'Italie,comme la France, l'Allemagne, l'Espagne ou le Portugal a vécu  une alternance  droite - socio-libéraux  (avec d'ailleurs des alliances entre les deux)  qui ont imperturbablement suivi la même ligne en faveur de la finance, remettant en cause les acquis sociaux.

   La véritable gauche, avec un aveuglement qui interroge, a poursuivi une ligne d'alliance "à gauche" avec les socio-libéraux, ce qui l'a invalidée aux yeux de ceux qui souffrent. Faute d'un mouvement social, son efficacité a été nulle.  Nulle part elle ne profite de l'affaissement de la droite et du social libéralisme.

  Des mouvements dits populistes mais surtout invertébrés ont pris le relais et aussi des partis xénophobes et racistes.

   L'union des socio-libéraux et des populistes 5 étoiles (alliés aux mussoliniens il y a peu)   est-elle une chance ?   Nous refusons de le laisser croire aux lecteurs et lectrices.

    Il va bien falloir innover, créer un rassemblement sur des objectifs non englués dans ce qui a failli.  L'Italie en est loin mais la France aussi.

HA

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2019 6 27 /07 /juillet /2019 09:12
Etre pacifiste aujourd'hui

Les capacités militaires de la France, renforcées depuis la fin des années 2000, contrastent avec  à la détérioration de ses performances économiques.

Les dépenses militaires  de la France sont  par rapport au PNB  1,5 fois plus élevées qu'en Allemagne. . Le budget de la défense de la France est nettement plus orienté vers la production d'armes que vers les dépenses de personnel, il permet à l' industrie française d'armement de disposer d'une base bien plus large que celle de l'Allemagne avec des milliers d'emplois. Ainsi, en 2017, les groupes français qui figurent dans le classement des 100 premières entreprises mondiales d'armement réalisé par le SIPRI, ont réalisé un chiffre d'affaires défense  3 fois plus élevé que  les groupes allemands".  Alors que la France traîne la patte sur l'investissement productif contrairement à l'Allemagne, dans le secteur des armes la France consacre aux nouvelles armes de destruction 3 fois plus d'argent que l'Allemagne.

 Le Maroc, l'Egypte et Moyen-Orient figurent parmi les «valeurs sûres  de l'industrie française'''. Les ventes d'armes reflètent ainsi des choix géopolitiques . La France n'a pas attendu les attentats de2015 et les injonctions de Trump pour augmenter ses dépenses militaires. L'augmentation des dépenses de szécurité (+39,4%) et de défense ((+ 31,5 % est le double de l'augmentation des dépenses d'enseignement (+16,1 %),  et les dépenses pour le logement, la santé et les équipements collectifs ont baissé en valeur absolue.

Un second indice est l'intensification des interventions militaires  de la France, principalement en Afrique. Libye, Mali, (depuis janvier 2013) R centrafricaine (décembre 2013), en Irak (janvier 2014), en Syrie (septembre 2015).  Quand on vend des armes il faut les essayer et prouver leur "efficacité".

 Donc le pacifisme en 2019 doit prendre en considération tous ces faits , sous peine d'être creux.  Relancer l'industrie doit être envisagé en même temps  que supprimer les usines de mort , ainsi qu'un infléchissement important de la politique extérieure de la France vers le neutralisme et l'arbitrage, non une intégration à l'OTAN.

 Les considérations moralisatrices, sur ce sujet comme sur tous les autres nous mèneraient à l'impuissance de Briand  dans les années  20.

 

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 07:05

ADP est ce qu’on appelle un actif stratégique : 100 millions de passagers par an, des rentrées d’argent pour la collectivité (173 millions d’euros l’an dernier), des moyens technologiques appréciés, une activité commerciale importante, des terrains et une réserve foncière… Un marché captif procurant une rente aux Vinci et autres. Le mensuel Le Monde diplomatique montre comment sont à la manœuvre divers réseaux, ceux de la Caisse des dépôts (proches de Macron), ceux de la République en marche (inféodés à Macron), le fonds Ardian (ami de Macron) … Il y a comme un fumet de conflit d’intérêt…

 

Au-delà de la question des aéroports de Paris,  ce sont toutes les grandes infrastructures publiques, telles les routes nationales, les barrages ... qui sont visées par la politique violente du gouvernement. Atteindre l'objectif des 4,7M de voix, est un acte fort qui marquera symboliquement la capacité des citoyens à défendre le patrimoine national.

Le référendum doit faire obstacle à cette braderie. La bataille est lancée.

Nous souhaitons donc investir au moins deux lieux importants de passage la samedi 7 septembre de 10h à 18h pour récolter massivement des signatures : la place de la Comédie ainsi que la place de la Préfecture. Si nous sommes suffisamment nombreux nous pourrions également investir un troisième point de passage stratégique à décider ensemble.

Si vous êtes convaincus comme nous que l’union fait la force et que nous nous devons d’être unis sur de tels sujets, nous vous invitons à remplir le doodle suivant pour vous inscrire à une réunion commune de préparation de cette action fin août (signatures via CERFA, signatures via ordinateurs/tablettes/téléphones, conférence de presse …) :

https://doodle.com/poll/5hncb6ncp924wmi9

 la Section PCF de Montpellier

Partager cet article
Repost0
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 07:19

En une semaine il a reçu   400 visites.  Les 3/4 ne sont pas directes : Google , Facebook et bien d'autres sites sont le point de départ. C'est la preuve  que le nombre de lecteurs  est bien plus important et que beaucoup d'entre vous l'ont relayé.

 La politique extérieure intéresse peu. Pourtant là aussi se joue l'avenir de la planète. En somme le réchauffement climatique fait plus peur que les fusées à charge nucléaire ce qui est tout de même surprenant.

 Plus de 90 % des articles lus concernent de près ou de loin l'appel Autain-Faucillon et le référendum sur ADP. 1/4 correspondent à  l'appel lui même.

 Un article sur le Dirham marocain devenu convertible   continue son petit bonhomme de chemin. Ecrit en janvier 2018 il  en est à près de 400   lecteurs et lectrices cumulés et de plus en plus nombreux (par exemple 55 en mars 2019) . Il faut bien qu'il ait correspondu à une réalité pour une communauté qui envoie de l'argent au pays et est informée de ce qui s'y passe.

 Ce qu'un blog de section  PCF somme toute minuscule peut faire, en un temps où on nous rabâche la mort du PCF, apporte la preuve majuscule  que ceux qui comprendront leur époque, ne pleureront pas avec le PS (et Macron)   sur les progrès de l'extrême droite et œuvreront  pour le rassemblement libérateur ont un boulevard devant eux. Et le blog bien entendu ne pense pas qu'aux communistes.  Internet peut être la pire des choses mais aussi la meilleure. Tout dépend de vous.

HA

Partager cet article
Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 06:51

Le blog a extrait de sa longue interview dans l'Huma dimanche  les aspects  nouveaux , choix forcément sujet à débat.  La piste du rassemblement dans la lutte, dépassant  les accords électoraux, est clairement énoncée.  Si nous y parvenons avec d'autres  un formidable espoir  naîtra.

Comment interprétez-vous le score décevant du PCF ?

Le principal enseignement, c’est que, lorsque les Français sont en colère, ils utilisent le bulletin RN et non celui de la gauche ou du Parti communiste. Nous devons faire l’analyse de cette situation. Comment construire les conditions pour recréer l’espoir pour que, demain, nous, la gauche, soyons la solution. Une gauche anticapitaliste, une gauche qui s’attaque au modèle économique. Une gauche qui remet en cause les logiques économiques actuelles.

Pourquoi est-ce dans les catégories sociales les moins aisées que nous faisons le moins de voix ? Nous devons comprendre pourquoi et résoudre ce problème. Nous devons aller parler aux abstentionnistes et à ceux qui utilisent un autre bulletin que le nôtre, pour leur dire que c’est le système qu’il faut changer en profondeur et que le Parti communiste apporte des réponses. Il faut que l’on redevienne une force politique qui parle prioritairement au monde du travail, aux classes populaires, aux salariés, aux employés et plus globalement à tous les exploités, qu’ils en aient conscience ou pas. Le plaisir fut grand de mener cette campagne. Nous avons été fiers d’utiliser le vote communiste pour exprimer ces idées, d’aller convaincre. Maintenant, allons plus loin.

En 2017, la France Insoumise ne faisait plus référence à la gauche. En 2019, les Verts ne font plus référence à la gauche et ils arrivent en tête. La notion de gauche a-t-elle fait son temps selon vous ?

Je ne crois pas qu’il s’agisse pour nous de faire pareil. La gauche, si elle est disqualifiée dans les urnes, existe toujours dans les têtes. Comme la droite, qui a bien compris que Macron pouvait devenir son nouveau poulain. Cela dit, ces élections posent un certain nombre de questions et il va falloir prendre le temps de la réflexion. Je veux prendre le temps de me poser, d’écouter, d’étudier, de parler avec les militants. Je vais entamer une tournée des entreprises pour aller à la rencontre de ces salariés du public et du privé, échanger avec eux. Pour entendre leurs mots, ce qu’ils vivent dans leurs entreprises.

Allez-vous rencontrer les autres forces de gauche prochainement ?

Oui, mais ça ne réglera pas tout. C’est facile de se retrouver avec des forces de gauche autour d’un café pour se mettre d’accord ou se dire qu’on n’est pas d’accord. C’est autrement plus difficile d’aller convaincre 10 millions d’électeurs qu’il est possible de changer la société ensemble. Je l’ai dit à Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure, je suis disponible pour discuter avec tout le monde sans préalable et sans dire qu’on a une réponse toute faite.

Mais la gauche, ça ne peut pas être que des alliances électorales. Comment fait-on pour empêcher la privatisation d’ADP ? Comment fait-on pour gagner un moratoire sur toutes les fermetures de services dans les hôpitaux publics ? Pour que la ligne Perpignan-Rungis, le train des primeurs, ne ferme pas ? Pour empêcher les fermetures d’usines ? C’est concret, c’est maintenant et ça change la vie des gens. On peut mener ces batailles ensemble, gagner ensemble dans le respect des identités de chaque force. « C’est dans l’action que la gauche se reconstruira. »

Je pense que, aujourd’hui, il y a besoin surtout de rassembler celles et ceux qui veulent transformer radicalement la société. Il faut aller plus loin que la « gôche » avec un accent circonflexe. Produisons les idées qui vont nous permettre de sortir du capitalisme, une rupture heureuse avec la société actuelle vers une nouvelle société. Des gens qui veulent le faire, il y en a chez les insoumis, chez les Verts, chez les socialistes et chez les communistes bien sûr, mais il y en a beaucoup plus en dehors de nos partis !

Il s’agit moins d’additionner des forces politiques que d’additionner les idées, les gens et produire des actes. Quand les gilets jaunes disent que les politiques, « c’est de la merde », et qu’il y a trop de députés. Quand j’entends des responsables syndicaux qui disent : « La politique, ça ne m’intéresse pas, j’en fais pas. » C’est ça qui doit nous préoccuper. Il faut les convaincre qu’il faut qu’ils s’intéressent à la politique. Parce que d’autres le font et construisent leur avenir à leur place. Ce sera long mais c’est incontournable pour changer le rapport de forces dans notre pays. Oui, c’est maintenant que tout peut commencer.

Entretien réalisé par Stéphane Sahuc et Cédric Clérin

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2019 3 29 /05 /mai /2019 09:20

565 717 électeurs et électrices ont voté Ian Brossat. Ce résultat est évidemment décevant et en-deçà de nos attentes, mais nous pouvons être fiers de notre mobilisation durant des mois, aux côtés de nos candidates et candidats.

Avec eux, avec Ian Brossat qui a superbement incarné le visage que nous voulons donner à notre projet, avec Marie-Hélène Bourlard et nos député·e·s européen·ne·s sortant·e·s, nous avons semé des idées et des propositions qui font leur chemin. Nous avons porté les valeurs d'une gauche de combat, celles qui doivent redonner des couleurs à toute la gauche, et nous avons permis à notre parti de renouer ou conforter des liens avec les Français·e·s.

Au-delà des rangs du Parti, des syndicalistes, des artistes, des responsables associatifs, des élu·e·s locaux, des militant·e·s de gauche… se sont engagé·e·s publiquement pour notre liste, confirmant que nos propositions et notre démarche de rassemblement rencontrent un écho positif dans toute la gauche et dans le monde du travail.

Ce travail doit être poursuivi car, d'une part notre projet communiste est encore insuffisamment identifié et d'autre part, nous ne sommes pas parvenus à convaincre suffisamment les ouvrier·e·s et employé·e·s.

Nous devons cette belle campagne à nos candidates et candidats, qui ont incarné avec enthousiasme ce retour de notre parti dans un scrutin national, et à vous toutes et vous tous. Gardons en tête ces superbes meetings, toutes ces initiatives réussies !

Avec humilité mais aussi lucidité, nous allons désormais prendre le temps d’analyser tous les résultats, et en tirer les enseignements tous ensemble.

La situation politique en Europe et en France est lourde de dangers immédiats, avec le score très élevé de l’extrême-droite, avec la recomposition politique orchestrée par le Président de la République pour empêcher l’émergence de toute alternative de transformation sociale à ses politiques ultralibérales, et avec la faiblesse globale de la gauche et les obstacles à la construction de son unité.

Tout ce qui a été semé durant cette campagne doit être cultivé dès maintenant. Il est temps d'entrer dans le temps de la reconquête à gauche. Les bras ouverts, continuons à tendre la main à toutes celles et à tous ceux qui n'en peuvent plus de cette France des riches, à toutes celles et à tous ceux qui veulent construire un espoir à gauche, une alternative au capitalisme.

Fabien Roussel     Secrétaire national

Partager cet article
Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 19:12

Le PCF serait à moins de 3 %  ( 2 % à Palavas) et la France insoumise découvre les fruits amers de la division. Ce n'est pas par  hasard  que  c'est en Seine St Denis qu'on a le moins voté. Mais la belle campagne de Ian brossat n'aura pas été inutile , des conversations d'après vote nous l'ont montré, même si cela ne s'est pas traduit positivement.

L'appel lancé par notre direction au soir du scrutin semble superficiellement   renouveler la stratégie d'union de la gauche qui nous a conduite à la situation actuelle par la conversion du PS au libéralisme quand il parle des "forces de gauche". Mais  Il ne s'adresse pas aux directions , il s'adresse  aux citoyens et citoyennes car c'est d'eux que tout dépend. "Libération" dans son commentaire est instructif : il ironise sur l'échec de Hamon et Brossat qu'il accuse du mauvais score du PS et qui en ont été punis. Cette voie n'est pas la bonne. Le FN est un symptôme grave  de décomposition politique  mais pas la cause du mal. Ce n'est pas lui le plus dangereux mais Macron qui l'instrumentalise et fait la politique des riches et construit  la société à deux vitesses. Et des  socialistes sont dans le gouvernement  Philippe

Le rassemblement n'est pas une union au sommet mais une  construction avec des forces dépassant les partis et d'accord sur les objectifs. Plus tôt nous nous y mettrons , mieux cela sera.

Ceci est bien sûr un commentaire qui appelle débat.

 Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
25 mai 2019 6 25 /05 /mai /2019 08:44

Trois distributions sur le marché dominical, plus de trente personnes à la réunion publique de JL Bou, une excellente discussion dans le sens du début de dynamique que l'on observe partout,  la gauche de l'unité  pour changer vraiment reprend des couleurs à Mauguio et c'est une bonne nouvelle.

 Bruno Cosme

Partager cet article
Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 09:27

"Le communisme français, un mort qui bouge encore, hélas".  Si lui le dit pour le regretter , alors que tant des nôtres l'ignorent encore et désespèrent   , il y a tout lieu d'être optimiste pour l'avenir.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens