Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 07:32

Une interview à la Pravda organe des communistes russes est  l'occasion  de dire ce que veulent les communistes français.

Politique intérieure

  • Nous avons besoin d’un parti plus fort, plus influent, plus organisé, avec un militantisme mieux formé, prêt à mener la lutte idéologique dans notre pays et à convaincre les Français de la nécessité d’abandonner le capitalisme pour construire un nouveau modèle social et écologique de société. Dans notre pays, à gauche, il y a une discussion entre ceux qui croient que le système capitaliste peut être corrigé, amélioré, et ceux qui croient, comme nous, qu’il faut rompre avec lui. Aujourd’hui, nous parlons beaucoup de climat et d’écologie, et nous sommes le seul parti à dire que pour une véritable révolution écologique et sociale, il faut abandonner le capitalisme. Vous ne pouvez pas peindre le capitalisme en vert. C’est une illusion. Quand j’entends quelqu’un de gauche parler du capitalisme écologique, le problème n’est pas l’écologie, mais le capitalisme. Nous devons abandonner le capitalisme. C’est une vieille discussion entre sociaux-démocrates (sociaux-libéraux) et révolutionnaires. C’est la suite du débat qui a eu lieu il y a cent ans au congrès de Tours du Parti socialiste, qui a jeté les bases de notre organisation.
  • Dans le cadre du Front de gauche, nous avons soutenu la candidature  de Mélenchon aux élections présidentielles de 2012. Lors des dernières élections présidentielles de 2017, le Front de gauche a effectivement cessé d’exister, Par conséquent, nous avons confirmé le fait que le moment est venu pour le PCF de restaurer l’autonomie, afin de mener directement un dialogue avec les travailleurs, avec les fonctionnaires, afin de défendre notre modèle social – le communisme, pour prouver sa pertinence.
  • Les présidentielles ne sont pas une élection locale. Il s’agit d’une élection nationale, et une approche différente s’impose ici, car ces élections ouvrent une discussion dans laquelle chaque force politique peut présenter son projet de société, et selon les résultats de laquelle les Français peuvent voter pour les idées les plus proches de nous. Par conséquent, nous voulons bien préparer ces élection  et  donner aux citoyens l’occasion de ressentir à nouveau le goût de la politique,
  • Notre peuple est diversifié dans sa composition, ses idées, ses valeurs et son histoire – et ces idées doivent être présentées dans leur intégralité. Nous sommes pour l’élimination des élections présidentielles sous leur forme actuelle et pour l’établissement d’une république parlementaire. À court terme, nous exigeons un changement de la procédure de vote lors de la prochaine élection présidentielle. Nous sommes contre le second tour des élections en France, qui comprend les deux candidats vainqueurs du premier tour. Nous proposons d’ouvrir le second tour aux candidats qui ont obtenu, disons, plus de 10% des voix. Cela permettra un débat et ne sera pas enfermé dans la logique arithmétique. Le système existant pousse les forces politiques à s’unir au détriment du contenu, au détriment du programme.
  • Marine Le Pen existe grâce aux libéraux, ce sont eux qui l’ont inventée, qui lui ont donné tant d’influence dans le pays avec leur décision politique. Mme Le Pen est le meilleur adversaire que les libéraux puissent imaginer. Ils sont convaincus qu’elle retire les votes de l’électorat protestataire: la colère populaire lui assure l’accès au second tour, dans lequel elle perd toujours. C’est une impasse politique.
  • tout au long de l’année, on a vu que les revendications des «gilets jaunes» étaient très proches de celles du Parti communiste français: la lutte contre l’évasion fiscale, les revendications d’une hausse des impôts pour les riches, des retraites plus élevées, des salaires plus élevés pour les travailleurs Ils ont pu empêcher une taxe sur les émissions de dioxyde de carbone, grâce à leur pression, ils ont réduit la taxe sur les retraites des retraités pauvres. Mais surtout, les «gilets jaunes» ont largement contribué à un grand débat public.
  •  nous proposons une fiscalité plus juste. La richesse que nous créons doit être partagée de manière plus équitable. Nous devons restaurer le pouvoir d’achat des travailleurs, répartir la richesse de manière plus équitable, et il est donc important de taxer les riches multinationales, de taxer les bénéfices, de dividendes et de donner plus d’argent à ceux qui créent cette richesse par leurs propres mains. Mais nous ne pouvons pas nous arrêter à cela – nous aspirons à une révolution dans la production. Il ne suffit pas de taxer les riches. Il faut changer la nature de la production, le rendement des voitures, des trains, des turbines … Il faut mettre la production au service des hommes – en tenant compte de la situation environnementale. Nous proposons de réduire les heures de travail, d’abaisser l’âge de la retraite à 60 ans et d’augmenter les cotisations salariales afin d’avoir une meilleure protection sociale. Et cela signifie changer complètement la nature de la production.  Les employés devraient avoir le droit d’opposer leur veto aux décisions de la direction de l’entreprise. Prenons ce qui se passe à l’usine de pneus Bridgestone à Béthune où l’on voit que le problème ne réside pas dans le coût des emplois, mais dans les attentes du capital. Le capital fixe des objectifs de rentabilité irréalisables et fait pression sur les travailleurs pour qu’ils atteignent le niveau de rentabilité souhaité. Les sacrifices exigés des ouvriers sont énormes. Et à l’usine Bridgestone, les travailleurs sont désormais obligés de sacrifier des emplois. Le capital impose sa volonté. Ainsi, lorsque nous sommes confrontés au choix entre le capital et le travail productif, nous déclarons: les emplois doivent d’abord être sauvés. Nous sommes pour le droit fondamental au travail.

Politique extérieure

  • Le Parti communiste français a toujours affirmé, et pendant longtemps nous étions les seuls, qu’il était impossible de changer le modèle économique en France, en jouant selon les règles de l’Union européenne. Le problème avec les traités européens est qu’ils sont fondamentalement libéraux, ils protègent le capital et mettent les travailleurs en concurrence les uns avec les autres. Et donc nous essayons de faire renoncer la France aux traités européens, nous voulons nous retirer – non pas de l’Union européenne, mais des traités européens. Nous recherchons un cadre de coopération différent entre les pays basé sur l’assistance mutuelle et nous voulons l’abolition des règles qui incitent les pays et les peuples à se concurrencer.
  • Nous avons une histoire douloureuse associée à nombre de ces pays, principalement aux états d’Afrique du Nord: Algérie, Maroc, Tunisie. Premièrement, le Parti communiste français cherche à déclassifier les archives militaires, dont l’accès est restreint depuis plus de 60 ans. Pourquoi y a-t-il encore autant de fichiers «top secret» – des documents montrant ce que la France a fait dans ces pays? L’année dernière, la France a finalement déclassifié le cas de Maurice Audin, un communiste français qui a été torturé à mort en Algérie par l’armée française. Il est important de parler de ce qui s’est passé: c’est important pour la mémoire des peuples algérien, marocain et tunisien, c’est aussi important pour les Français – la transparence est nécessaire.
  • Un autre problème est la relation entre la France et les pays africains aujourd’hui: les chefs de certains Etats, provoquant des protestations de leur propre population, sont soutenus par la France. Les peuples d’Afrique ne comprennent pas l’attitude de la France à leur égard: les Français continuent à se comporter comme si ces pays restaient leurs colonies. Parfois, la politique française vise à exploiter la richesse – je parle principalement du Mali et du Niger, où la France extrait de l’uranium et où les enjeux sont très importants. Le soutien de facto de la France aux chefs d’État tyran est inacceptable. C’est pourquoi nous tissons des liens d’amitié et de coopération avec les peuples et communautés progressistes de ces pays, et lorsqu’un contingent militaire français y est présent, comme c’est le cas au Mali, nous essayons de réaliser pour que cette présence militaire fasse l’objet d’un débat public en France, qui n’existe pas pour le moment. Le fait que le peuple malien considère aujourd’hui la France comme une force d’occupation est un fait très inquiétant pour nous. Nous devons aider, pas occuper. Nous défendons l’amitié avec les peuples africains, sans force militaire. C’est évident quand on regarde ce que la France a fait en Libye. C’est la France qui porte l’entière responsabilité du chaos qui règne dans ce pays aujourd’hui. Cela ne doit plus jamais se reproduire.
  • Nous pensons que les peuples de notre grand continent eurasien doivent coopérer pacifiquement les uns avec les autres: la proximité géographique qui nous unit et nous permet de travailler ensemble est incontestable. Le Parti communiste français a fermement condamné les sanctions contre la Russie en 2016, et aujourd’hui nous continuons d’appeler à leur levée, car nous ne voulons pas être un pays subordonné aux États-Unis dans la confrontation de deux blocs militaires. C’est la logique du passé. Nous rejetons la politique des blocs et des guerres économiques, surtout aujourd’hui, quand, dans le contexte d’une pandémie mondiale, nous devons mettre fin aux «confrontations» économiques, qui peuvent dégénérer en une véritable guerre «chaude». Nous appelons à la fin des sanctions économiques et à une relation saine qui permette la coopération. Le Parti communiste français est aujourd’hui le parti de la paix, de la fraternité et de l’amitié des peuples.C’est pourquoi nous exigeons le retrait de la France de l’OTAN.
   

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens