Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 06:58

Paris 2020  .   un jeune   est attendu par un copain qui doit l’emmener au « DEMIE », le Dispositif d’évaluation des mineurs isolés étrangers, chargé de l’évaluation et de l’accueil des Mineurs non accompagnés à Paris. Il passe les entretiens, et par chance, il est reconnu mineur. Comme la loi l’autorise, afin de mieux répartir les mineurs sur l’ensemble du territoire, il est envoyé dans un autre département. Là-bas, il subit une seconde évaluation, qui conclut cette fois à sa majorité. Une toute jeune éducatrice vient le voir : « Tes papiers sont à la gendarmerie, va-t-en, sinon tu vas finir au centre de rétention. » Il erre sans but dans cette petite ville de province, parle avec les uns et les autres, parvient à se faire héberger par un homme qui n’est jamais chez lui mais qui lui fait confiance. Il passe ainsi quelques mois sans trop savoir que faire, puis un beau jour il s’en va, et disparaît. Un an plus tard, il laisse ces quelques mots sur un réseau social : « Celui qui ne renonce pas à son rêve finit par le vivre. » Il vient d’« être pris » dans un autre département. Il a désormais 17 ans.

 Cet exemple parmi une multitude est tiré d'un article publié par 100 paroles  (Nos articles)   d' Olivier Favier (site bastamag.net).

   Il fait froid dans le dos tout en étant réconfortant.

   1-La France officielle  des droits de l'homme  ne l'est plus. Elle devient un état où c'st la police qui fait la loi, sans un réel équilibre entre les pouvoirs. Que cela s'exerce contre les mineurs qu'une lente évolution du droit avait tendance à protéger est hautement significatif d'une régression.   Dans tous les domaines la tentation de la force brutale existe.

  2-   Cela place les gens au contact des jeunes sans papier dans une situation   inextricable, comme cette jeune éducatrice ou cet homme qui  l'héberge provisoirement sans le connaître. La détention (et l'expulsion)  ou la rue. Mais le fait qu'ils refusent d'être des monstres mous est porteur d'espoir.  Et la résistance du jeune en fait un symbole  de ce que l'humanité fait de mieux. Il ne renonce pas à son rêve.

  Éternelle dialectique des sociétés en résistance.  Tant que le basculement ne se réalise pas leur combat est fait d'amères demi  victoires    Mais il prépare le basculement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens