Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 08:22

La bataille d'amendements face aux lois scélérates est nécessaire.  il faut pouvoir identifier qui est pour , qui est contre et qui fait semblant d'être contre. Mais à 6  contre 500 l'issue du combat ne fait pas de doute et il faudrait beaucoup d'illusions dans les têtes pour s'imaginer pouvoir contraindre le parti de l'argent.

Accompagner les luttes sur le terrain comme l'a fait Ruffin avec les  aides soignantes du Jura est une autre nécessité.

 S'en tenir à cela ne suffira pas. Nos députés doivent  élaborer une loi ou un amendement, sur un sujet majeur, faire le tour des organisations, associations, syndicats, assemblées citoyennes  pour confronter les avis et enrichir le texte. Mais la Cinquième république limite le pouvoir de proposer des lois à  l'exécutif et à la majorité. Il faut donc en même temps que ce travail s'accompagne d'une mobilisation , de manifestations, d'un effort de conviction auprès de la population. C'est d'ailleurs ainsi qu'agissait le vieux PCF vilipendé : contre l'armée européenne et la guerre froide  il a été capable de  lancer la bataille du pacte de Stockholm  (avec les gaullistes) qui a fait échouer un projet pourtant majoritaire à l'Assemblée.

    Dans les conditions de 2017 aucun parti n'est en mesure de lancer seul ces combats.

Le député doit donc (avec d'autres) rassembler, rassembler et encore rassembler. S'il passe plus de temps sur le terrain qu'à l'Assemblée, ce n'est pas nous qui le lui reprocherons. Et c'est vrai pour TOUS nos élus quel que soit le niveau, qui refuseront de participer aux gestions libérales.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 09:04

Peu importe le nom du flacon, c'est l'intérieur qui compte. Une coalition dirige l'agglomération sous le nom de "Compromis". Le mot évoque pour nous des capitulations et des magouilles , appliqué au monde politique.

 Rien de tel ici, et d'énormes différences  avec la situation française :

  1- le point de départ est le même qu'en France. Le discrédit du parti de l'argent était total, la corruption avérée.

  2- la suite diffère totalement des pratiques de notre gauche. La coalition hétéroclite qui s'est créée (son nom est évocateur)  ne l'a pas fait sur la signature ou non d'une charte et des connivences idéologiques. Il s'agissait de répondre aux besoins prosaïques de  la population en matière d'eau, de santé, de protection de l'enfance. Au rebours du culte du chef qui dit si un accord doit se faire ou pas , les accords réalisés sur tel ou tel point étaient soumis  à des "audits" permanents de la population et améliorés par consultation des citoyens. Podemos joue certes un grand rôle mais pas hégémonique. La coalition a remporté les élections locales il y a deux ans.

  3- les mesures concrètes , adaptées au réel, ont suivi. Deux ans après, loin de raser les murs après être passée sous les fourches caudines du capital, la coalition fête ses deux ans d'existence au coeur de la ville. L'espoir renaît. Le parti de l'argent bien sûr ne renonce pas. Rien n'est acquis d'autant plus que beaucoup dépend de la politique nationale.

  Mais c'est une grande leçon pour nous. C'est de cette façon que le rassemblement  triomphera, sur des objectifs REALISES et non fantasmés, avec la population et notamment les plus démunis.

Arriba Valencia !

  

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 09:04

Il y a un an , le Père Hamel y était assassiné par deux islamistes . Cela aurait pu donner du grain à moudre au front National. Dans d'autres contrées certains élèvent des murs pour se séparer des immigrés.

 Ici un maire communiste, Hubert Wulfranc (député depuis) a refusé la haine, dépassé l'anticléricalisme  clivant,  et conduit une communauté à panser ses plaies sans naïveté. La cérémonie qui a accompagné la pose d'une plaque a quelque chose de surréaliste. Ont pris le parole successivement le nouveau maire communiste, le député communiste , l'évêque (pour dire  que notre société sait qu'elle ne peut vivre bien quand d'autres vivent mal) et Macron président , avec son premier ministre,  pour soigner son image mais  rendant  un bel hommage à la vertu comme on dit. La communauté d'origine maghrébine état présente et nombreuse , le piège n'a pas fonctionné.

   Et pour ceux parmi nous qui resteraient attachés à de vieilles conceptions sur le rassemblement et la laïcité, Saint Etienne de Vouvray donne un démenti cinglant. Non, le PCF ne s'est pas dissous dans un magma destructeur. Par ses actes il a contribué à souder une communauté qui l'a choisi comme intercesseur aux législatives.

  Une belle leçon pour nous tous.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 10:28

Ce terme, signe des temps, ne nous vient pas des USA mais de Russie, inventé par  Viacheslav Surkov. Forgé  au départ pour la politique extérieure, il est  la réponse russe au désir d'hégémonie  des USA. Mais le concept mérite d'être examiné de près, quelles que soient les tentations pour l'instrumentaliser. la France est – elle une démocratie souveraine? Poser la question peut paraître saugrenu tant cela paraît aller de soi à propos de la cinquième puissance mondiale

    Pour l'espace géographique français métropolitain  et d'outremer  la réponse apparaît largement positive. Même "revenue" à l'OTAN  (qu'elle n'avait jamais quitté) depuis Sarkozy et Hollande  la France n'a sur son sol aucune armée étrangère stationnant  contre son gré. Elle participe au système radar de l'Otan, laisse des avions militaires traverser son ciel, des flottes armées  toucher ses ports  mais l'héritage gaulliste sur ce point a été moins atteint qu'on ne pourrait le penser. Son autorisation est toujours nécessaire. Ce n'est pas le cas de la plupart des pays européens ou du Japon et de la Turquie qui ont sur leur sol des bases américaines. De Gaulle avait quitté l'Otan parce que dans ses bases cette organisation  sous commandement américain n'avait  besoin d'aucune autorisation  pour faire décoller ou atterrir des avions porteurs de l'arme nucléaire, décider  de leurs destinations   et utilisation  La France pouvait donc être entraînée dans une guerre qu'elle n'avait pas décidée.  La force de dissuasion résulte du même souci  d'indépendance nationale.

. Des archéologues d'état compétents reconstituent une histoire dont nul ne peut être propriétaire. Le démon du libéralisme cherche à introduire la concurrence et le privé mais pour le moment les résultats restent jugés par leur qualité plutôt que par leur coût. Un grand prêtre du libéralisme et de l'euro sévissant   au bureau de la concurrence du ministère des finances avait imaginé que lors des appels d'offre   correspondant aux fouilles préventives, les archéologues ayant constaté les premières potentialités devaient être exclus de l'appel d'offres  puisque avantagés, au nom d'une concurrence non faussée. Les réactions ont remis pour le moment au placard cette vision mercantile de notre passé. Les fouilles de sauvegarde s'imposent aux appétits immobiliers et aux féodalités locales. A l'international, des restitutions  sont exigées par la Turquie, l'Egypte, l'Italie, la Grèce, victimes dans le passé du pillage par des états et des particuliers. L'histoire appartient à la Nation souveraine.

L'économie offre des perspectives beaucoup moins réjouissantes. Dans aucun des pays du capitalisme rentier, et pas plus aux Etats-Unis qu'ailleurs,  la puissance publique issue d'élections démocratiques n'a en main les clés de son développement. Non qu'elle soit démunie, mais parce que les outils sont de plus en plus aux mains de la finance mondialisée qui n'obéit pas aux Etats. Et là où existait un capitalisme d'état il est détruit par ce qu'on appelle les privatisations. Trump qui veut rapatrier les usines le découvrira vite. " Le plus puissant chef d'Etat" n'a pas la capacité d'agir efficacement, sinon au niveau fantasmatique, contre la désindustrialisation de son pays.

Il est inutile de prouver par une multitude d'exemples l'incapacité des gouvernements successifs à gouverner l'économie. Jospin à Barcelone l'avait avoué. Comme Fillon il l'a payé cher.

La BNP a accepté de payer  aux Etats Unis une amende de 4 milliards décrétée par un tribunal américain pour avoir financé en dollars des investissements en Iran frappé unilatéralement de blocus par la puissance impériale. Le blocus a cessé depuis mais l'amende n'a pas été remboursée. Les toutous gouvernementaux français n'y ont rien trouvé à redire. Même chose avec Cuba. Les TAFTA et autres traités imposant à tous les normes de l'hégémonie sont des atteintes à la démocratie souveraine, le dollar monnaie mondiale aussi puisqu'il est un instrument de domination. 

 Depuis 1975 et  Giscard ministre de Pompidou la France n'a plus la capacité de frapper  monnaie. Il est impossible aujourd'hui d'agir sur les décisions de la Banque centrale Européenne  quelle que soit leur nocivité. Son budget est corseté par des accords européens qui donnent à des commissaires non élus  le pouvoir de s'opposer au vote des députés d'un pays qui outrageraient le culte du dieu euro. Roosevelt revenu de nos jours aurait les mains liées et ne pourrait mettre en place le New Deal. Et cela avec le consentement de la droite et du PS qui ont bafoué la volonté populaire en 2005.

Mais  le capitalisme rentier a son talon d'Achille. Il est attaché à l'Etat comme l'huître au rocher. Il a besoin d'un système politique qui éloigne les citoyens des décisions qui vont contre leur intérêt. Il a besoin d'une fiscalité aux petits oignons, de paradis fiscaux, de hauts fonctionnaires pantouflards, de députés, de ministres et d'un président aux ordres. Il lui faut quelques syndicats complaisants, une police et une armée qui acceptent de se salir les mains, une justice de classe qui fasse traîner les procès sur l'amiante, un système éducatif et de santé  répondant à ses besoins. Tous ces éléments sont à notre  portée  . Même les paradis fiscaux contrairement à une croyance persistante  qui les situe aux îles Caïmans. Ils sont tout près, à Jersey, en Andorre, au Luxembourg, à Monaco, au Liechtenstein, à Man,  donc pas du tout hors d'atteinte. A condition de le vouloir.

   Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 07:31

Bonjour à tous,

Comme il vous a déjà été dit dans le message de dimanche dernier, lors de la rencontre du samedi 1° juillet, il a été décidé par l'Assemblée Citoyenne de réaliser et diffuser un tract et une affiche dans le cadre de la campagne nationale du refus des ordonnances Macron qui massacrent le Code du Travail.

C'est donc maintenant fait (voir les fichiers joints) : tract et affiche seront disponibles à partir de demain, vendredi 7. Le tract appelle à participer à la journée de grève et de manifestations du mardi 12 septembre organisée par les syndicats.

Dés maintenant, sans attendre la rentrée, il faudrait assurer la diffusion du tract et le collage en fonction des disponibilités de chacun afin d'avertir nos concitoyens sur le danger des projets de Macron.

Ceux qui veulent participer à la diffusion peuvent prendre contact avec nous et nous verrons ensemble comment nous organiser.

Concernant les ordonnances Macron, vous pouvez trouver des arguments et explication sur le site qui réunit à peu près toute la (vraie) gauche : http://s688668789.onlinehome.fr/appel.

Et vous pouvez signer l'appel : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfBYl6aMevrx-1IVUhen4i_Ra8Xm_u6Dm8u-VgwAVUhqtPYKg/viewform

En attendant vos réponses pour la diffusion du tract,

                   L'équipe de coordination 

Les réponses sont déjà nombreuses  (note du blog)

 

 
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 10:48

Le vote de confiance qui vient d'avoir lieu tranche définitivement la question. Alors que sont annoncés des cadeaux au capital et la rigueur pour les producteurs de richesse, l'abandon du TGV Montpellier-Perpignan, la coupe dans le service public , les députés PS n'ont pas voté  contre, comme beaucoup d'élus de droite. Hamon lui même après beaucoup de tergiversations en a tiré la leçon. Il est donc plus que temps d'abandonner toute stratégie "d'union de la gauche" à l'ancienne et de considérer que la gauche se détermine par ses objectifs et non en fonction d'étiquettes auto-proclamées. Face à l'immense rassemblement  politique du fric d'abord  qui inclut le social libéralisme  il est temps de construire  le rassemblement de l'humain d'abord qui aurait été bien utile aux législatives de 2017, dans toute sa diversité.

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 16:46

Bonjour à toutes et tous,

Lors de notre rencontre "champêtre" à Lavérune ce samedi 1er juillet, nous avons accueilli cinq membres de l'association des cabaniers des Aresquiers venus nous présenter leur combat contre Voies Navigable de France et les services de l'Etat qui menacent de les expulser de leurs maisons. Pour mieux appréhender leur situation nous vous invitons à consulter leur site à l'adresse suivante : http://arca.over-blog.com/, et à signer la pétition en ligne sur : https://www.change.org/p/jamais-inond%C3%A9s-premiers-expuls%C3%A9s.

Notre assemblée a décidé de soutenir leur combat notamment en appelant à la mobilisation le 12 juillet à l'hôtel de ville de Frontignan pour exiger du conseil municipal, qui se réunit ce jour là (nous vous préciserons l'heure dès que possible), qu'il apporte un soutien officiel et fort aux cabaniers.

Lors de cette rencontre nous avons également fait un premier bilan de l'épisode électoral que nous venons de vivre. Constat a été fait que malgré nos efforts nous ne sommes pas parvenus à obtenir des candidatures unitaires sur nos deux circonscriptions. Cela est d'autant plus regrettable qu'au regard des résultats du premier tour des élections législatives il semble qu'il était possible de parvenir au second tour si nous avions eu des candidature unitaires. Autre constat partout où il y a eu des candidatures unitaires les résultats des élections législatives sont supérieurs aux résultat de Jean Luc Mélenchon à  l'élection présidentielle.

Partant de ces différents constats décision a été prise de continuer l'Assemblée Citoyenne sur nos deux circonscription autour de l'axe essentiel de l'unité sans laquelle aucune victoire ne sera possible tant sur le plan social que politique.

Dans un premier temps décision a été prise  de réaliser un tract dénonçant les mauvais coups que préparent Macron et Philippe, à diffuser tout au long de l'été (en fonction des disponibilités des uns et des autres) et appelant à participer aux initiatives syndicales notamment la journée de grève et de manifestation du 12 septembre. Un prochain message vous informera dès que le tract sera disponible.

Autre information importante : l'ensemble des frais engagés par notre Assemblée Citoyenne pour la campagne de soutien à la candidature de Jean Luc Mélenchon on fait l'objet d'une prise en charge par le compte de campagne de Jean Luc Mélenchon et nous ont donc été remboursés.

Encore un grand merci à l'ami qui nous a accueilli dans ce magnifique cadre à Lavérune.

Bon dimanche à toutes et tous et bonnes vacances.

Amitiés.

L'équipe de coordination.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:20
"C’est donc désormais, contrairement aux règles constitutionnelles, le Président qui fixe la politique de la Nation ! Il agit comme si les parlementaires devaient rendre des comptes au Président et non au peuple qui les a élus. Après l’annonce de la casse du droit du travail par ordonnances, l’abstention phénoménale des élections législatives, ceci s’apparente à un coup de force institutionnel contre la représentation nationale et donc contre le peuple souverain. Il y urgence à stopper cette dérive. Les parlementaires communistes, insoumis, de la gauche de transformation doivent unir leurs forces pour réaffirmer la nature démocratique, chèrement conquise, de nos institutions."
    Patrick Le Hyaric
Et nous ajouterons  le peuple de gauche dans son ensemble , qui doit obliger tous les états majors à abandonner les combats de nains et refuser de choisir centre les nains.  Nous avons affaire à une situation qui s'apparente par bien des aspects aux pleins pouvoirs à Pétain en 1940  c'est à dire la remise en cause des fondements de notre république.  Les syndicats ne tarderont pas à s'en rendre compte ! Nous pensions ici  que le danger principal réel était  Macron. La réalité nous donne raison.
 
 
Partager cet article
Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 07:00

La réunion nationale de notre appel s’est tenue à Gennevilliers toute la journée du samedi 24 juin. Malgré la fatigue d’une séquence électorale particulièrement longue, près de 80 personnes y ont participé. En outre, des dizaines d’autres ont exprimé leur volonté d’être tenu au courant de notre travail, et certains y ont même contribué en nous faisant part de leurs réflexions. Tout cela nous paraît manifester l’importance accordée par beaucoup des signataires de notre appel au fait que nous ne mettions pas la clef sous la porte, mais que, sous des formes adaptées à la nouvelle situation, nous poursuivions notre effort pour qu’un « Front commun » rassemble toutes les forces de transformation sociale, démocratique et écologique, constituent une force politique majoritaire et finisse par l’emporter.

Nous avons commencé par nous interroger sur le bilan de nos efforts. Ils ont paru à la plupart d’entre nous utiles. Cela a été évidemment le cas pour le soutien commun à la candidature de JL. Mélenchon, et cela a pesé, certes sans résultats probants, dans les discussions entre la France insoumise, le PCF et Ensemble ! pour les candidatures aux législatives. Mais au delà, nous avons contribué à faire entendre l’exigence du rassemblement et avons constitué un point de repère et l’espoir que ce combat puisse se poursuivre.

Cette volonté de continuer a d’ailleurs été l’une des constantes de la plupart des interventions entendues lors de cette journée. Mais il a paru évident à tou-te-s que cela ne pouvait se faire au nom de l’appel que nous avons lancé voici presque un an. Il avait un objectif précis : rassembler toutes les forces disponibles autour de la candidatures de JL. Mélenchon à la présidentielle et de candidatures communes aux législatives. Notre objectif doit être désormais d’une autre nature, qu’il nous appartient d’ailleurs de décider ensemble. Mais cela ne saurait engager que celles et ceux qui le décident.

Dans les faits, nous allons donc lancer un nouvel appel, et notre travail s’engagera avec celles et ceux qui voudront le signer. Un certain nombre d’intervenants ont donc donné leur avis sur le « nom » que devait prendre ce nouvel appel. Plusieurs considèrent que l’expression « Front commun » a acquis une certaine visibilité, au moins dans les milieux militants, et pensent qu’en changer brouillerait un peu les pistes. D’autres ont fait des propositions diverses : « Force commune », « Espace commun », Ambition commune »… Il faudra décider.

Un texte va être élaboré durant les semaines à venir. Il sera porté à votre connaissance aussitôt que possible afin d’être rendu public début septembre. Vous pouvez naturellement manifester dès maintenant votre intérêt pour cette nouvelle étape, et nous adresser des analyses et suggestions qui pourront contribuer à notre travail.

Sur le fond, de très nombreux intervenants ont insisté sur la nouveauté de la situation, caractérisée par le rejet du système politique existant et l’effondrement des forces qui en faisaient partie. Du côté des forces de transformation sociale, la France insoumise occupe désormais une place incontournable. Plusieurs participants ont insisté sur le fait qu’il vaudrait mieux agir au sein de cette force nouvelle et peser sur ce qu’elle décidera de devenir. D’autres ont considéré que sa forme, en l’état de ce que l’on sait, est trop verticale et centrée sur un homme, à l’opposé des nécessités d’horizontalité, de réel pouvoir citoyen, de pluralisme et de démocratie internes. D’autres encore ont souligné que personne ne savait pour le moment en quoi cette force, qui n’a eu jusqu’à présent qu’un rôle de soutien à un candidat à la présidentielle, puis de présentation de candidat-e-s aux législatives, allait vouloir se transformer, si elle engagerait ou non un processus constituant, etc. De même s’est-on interrogé sur la façon de pérenniser une dynamique électorale due en partie significative à l’effondrement du PS.

Au total, la question de savoir si « nous » (celles et ceux qui voudront continuer Front commun) devrions les uns ou les autres « entrer » dans la France insoumise a paru ne pas devoir constituer une difficulté réelle entre nous. Certains le feront, d’autres non. Le plus important paraît être, quels que soient nos choix respectifs, de créer un cadre collectif pour réfléchir et travailler ensemble à ce qui est notre but commun : que toutes les forces de transformation sociale, démocratique et écologique, convergent pour constituer ensemble une force politique rassemblant et respectant toutes les sensibilités.

Le plus important donc, pour ce qui « nous » concerne, doit être la nature de ce cadre collectif. L’idée qui a prévalu est de ne pas brûler les étapes. Il faut engager pour cela une discussion approfondie à laquelle devrait participer le plus grand nombre possible de signataires de notre appel, et très au delà. A partir du texte de questionnement que nous vous avons adressé en prévision de la réunion du 24 juin, nous nous proposons donc, comme indiqué précédemment, de lancer un appel très large à un travail commun dans ce sens. Il devrait être accompagné du plus grand nombre possible d’échanges par tous les moyens possibles.

C’est pourquoi a-t-il paru utile que, localement, se tiennent des réunions à l’initiative de signataires de ce nouvel appel, ou avec leur participation partout où ces idées peuvent être utilement exposées. Parallèlement, nous pourrions mettre en place une plateforme numérique participative donnant une visibilité nationale à notre démarche, et visant à étendre ces échanges sous d’autres formes : forums, expressions personnelles écrites ou vidéos, constitution d’un centre de ressources, etc.

Nous pourrions donc faire au fur et à mesure le point de nos efforts et éventuellement les réorienter en fonction de l’expérience, des résultats de notre nouvel appel et des réactions et discussions qu’il suscitera dans une situation que tout le monde a jugé très « mobile », pour ne pas dire instable de très nombreux points de vue.

Nous souhaitons que le plus grand nombre d’entre vous nous donne leur avis sur ces réflexions et propositions. Nous travaillerons de notre côté à vous tenir informés de l’ensemble cette cogitation collective.

Bien cordialement.

L'équipe d'animation de l'appel Front commun

Partager cet article
Repost0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 09:11

Le 27 juin 2017 à la bourse du travail de Paris a eu lieu un évènement de première importance. Contre la loi travail, soit un objectif précis, en un lieu symbolique  (la maison des syndicats) Clémentine Autain, André Chassaigne, Eric Coquerel, François Ruffin, à l'initiative du SNJ-CGT et du journal Fakir  ont affirmé que la rue et les urnes doivent marcher ensemble.

Ce rassemblement  est seul en mesure de briser les étroitesses  , les calculs de boutique et les heurts d'égos , et de rendre espoir au peuple de gauche, et bien au delà. Les partis organisés (dans lesquels nous plaçons FI) , les rassemblements comme Ensemble, les syndicats de lutte, le mouvement citoyen, tout le monde a sa place contre la loi travail et, nous l'espérons, dans  tous les combats émancipateurs s'en prenant à la finance mondialisée et à la politique de rigueur.

  L'espoir renait , c'est une très bonne nouvelle

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens