Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 08:34

Fréderic Lordon (siteblog.mondediplo.net) lance un débat remue-méninges.  Il rappelle ce que vous avons tendance à oublier, le but  de la politique est de vivre bien, du moins pour nous.. Il rappelle aussi que  L'hégémonie du capitalisme rentier   a donné un accompagnement  à l'idée communiste : appartements collectifs, alimentation patates et saucisson, voitures grises, moulins à café gris, vêtements gris, murs gris, villes grises. Il a suffi d'isoler une partie  de la réalité de l'URSS   et d'en faire la totalité.  Avec souvent notre complicité involontaire car nous n'avons pas fait notre deuil de ce communisme-là, en gros la répartition la plus égalitaire possible de la pénurie.

Le blog est totalement en accord  avec lui lorsqu'il dit  " Le communisme perdra la bataille de l'imaginaire, et puis la bataille politique, s’il s’enferme dans l’austérité des intellectuels critiques et leur désintérêt ostentatoire, quand ça n’est pas leur mépris, pour les objets, pour la vie sensible, à commencer par la vie domestique. « Pensons surtout à développer nos intellects », « soyons de purs esprits », « les objets nous sont indifférents », « nous sommes bien au-dessus des contingences matérielles », « ces choses n’ont aucune importance ».

Le capitalisme de  la séduction  avec beaucoup d'intelligence a fait main basse sur la couleur, la lumière, l'épanouissement. Les berlinois de l'est se précipitant devant les vitrines de l'ouest en sont le symbole parfait. Le danger qu'il dénonce n'est donc pas imaginaire et la reconquête est  nécessaire.

Là où le blog ne suit plus  c'est sur le désir de marchandise qui serait la réponse du capitalisme  qu'il qualifie d'escroquerie.  Dans la France de 2020 si c'est d'elle que nous parlons et non d'une France à la veille de l'avènement du communisme, les couches populaires ne souffrent pas ou peu  du désir de marchandise exacerbé par le capitalisme mais  de l'impossibilité d'accéder à une consommation digne de ce nom: la consommation  n'est pas choisie mais subie, tout un marché parallèle de puces et de marchés sauvages y pourvoit difficilement. Pour certains c'est  la délinquance. On a du mal  à intégrer  cette réalité dans les propositions de Lordon.

  Encore plus grave de notre point de vue , si les produits proposés sont moins nombreux, si l'agriculture produit  du meilleur et en moindre qualité on se rapprochera du modèle d''austérité que Lordon critique par ailleurs. C'est actuellement le problème de Cuba.. Quelles sont en effet ses propositions ?

  • les individus veulent faire des choses,  peindre, grapher, écrire,  construire,  créer, mais cette fois pour de vrai, c’est-à-dire hors de la valeur d’échange, hors des commandements du capital.. ils désirent le   faire bien , y compris dans le système capitaliste (hormis l'enrôlement violent)., Pour certaines choses, les faire bien, c’est ipso facto les faire belles. Voilà le commencement du luxe.
  • Le nombre des objets dont nous vivrons entourés, leurs taux de renouvellement, baisseront , on les gardera plus longtemps. La proposition privée est d’une importance cruciale. Les producteurs associés souverains donneront leur meilleur : parce qu’ils feront ce qu’ils aiment faire. Sous cette forme communiste, l’initiative privée nous proposera des bons produits alimentaires, des beaux meubles, des beaux parfums, des beaux vêtements, bref des beaux objets, c’est-à-dire des choses qui font la vie esthétique. Le design ne sera plus la captation par le capitalisme de l’esthétique, comme il l’est aujourd’hui .
  • Les paysans produiront mieux  et moins mais leur nombre augmentera parce que le métier attirera.

Le prix des choses n'est pas abordé dans l'article. C'est le salaire à vie de Bernard Friot  qui pourvoiera à tout. Comme nous sommes de fervents partisans de cette notion la façon dont on le financera nous paraît la question fondamentale. Baisser les prix d'objets de grande qualité par des subventions d'état ? Tous les systèmes basés sur ce principe sont d'une grande fragilité. Ou construire une économie de haut niveau technologique  qui met des objets de qualité à portée de tous sans vendre au dessous du prix de revient?

Et le "communisme"  de Cuba est gai, coloré, musical, tout le monde le reconnaît.  En France cela ne le rend pas plus attractif.

Il va donc  falloir débattre en intégrant les propositions vivifiantes  de Lordon  mais en demandant l'avis de tous, y compris les actuels invisibles, les deux pieds dans la réalité.

Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 09:28

 L'Huma consacre un grand article à l'eau potable. La question commence à se poser.

 Le journaliste évoque les priorités et donc l'acceptation de la pénurie. Le blog, autant le dire,  est en désaccord avec cette vision.  Trouver les ressources nécessaires nous paraît faire partie de l'équation.

 Longtemps les communes du Montpelliérain ont utilisé les sources et la nappe fossile astienne.  Avec la pénurie assurée au bout  , puisque la population a quadruplé.  BRL  fournit l'eau du Rhône à une gigantesque station d'épuration  à Fabrègues , ce qui a supprimé tout risque de pénurie dans le secteur.

   L'agglomération parisienne serait en pénurie depuis longtemps sans les énormes retenues d'amont (avec barrages)  qui sont aussi des lieux d'agrément et de préservation de la faune et de la flore.

   Décider à la place des gens  quel usage est vertueux et quel usage ne l'est pas, au contraire , c'est la cherté assurée, avec toujours les mêmes victimes qui ne seront pas dans les beaux quartiers. Un débat  s'impose, et une certaine façon  d'apparence "verte" de poser les problèmes nous paraît  une impasse si nous voulons réellement améliorer la vie des couches populaires. Ce qui ne signifie pas gaspiller ou dégrader.    Il est urgent d'en débattre en allant jusqu'au bout des conséquences.

   Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 17:15

Un article publié sur le site de Capital semble préparer une offensive idéologique. Sous le titre « Budget de la Sécurité sociale : un effort pourrait être demandé aux retraités » Cyrille Isaac-Sibille, rapporteur de la partie assurance vieillesse du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021, imagine que certaines prestations comme les pensions pourraient être sous-revalorisées.

 Par le plus grand des hasards,au même moment  dans le Figaro  Hakim El Karoui, "essayiste et conseiller en stratégie", dont la fonction est de protéger les rentiers du capital   écrit  « Les retraités doivent contribuer à l’effort de guerre sanitaire  le gouvernement  doit « baisser temporairement le niveau des pensions des retraités, au nom de la solidarité entre les générations ... La génération du baby-boom, qui a fait peu d’enfants, aurait dû épargner pour le financement de ses retraites, sachant que le nombre d’actifs par retraités allait s’effondrer. Non seulement elle ne l’a pas fait, mais elle a endetté l’État sans mesure. Les baby-boomers ont inventé la solidarité à l’envers: des pauvres endettés (les jeunes) vers les riches qui vivent à crédit (les baby-boomers)."

 N'attendez pas ici que nous refutions   ces insanités.  lecteurs et lectrices ont tout loisir de le faire, ce n'est pas bien compliqué.  Ce ne sont pas les Français qui ont inventé la dette dans les années 75 mais Giscard ministre de Pompidou.

  Par contre le blog en tire une information précieuse. Alors que depuis quarante ans la pompe à fric de la dette enrichit les ultra riches et appauvrit les autres, Macron ,Covid ou pas, n'a pas renoncé  à ce que cela  continue éternellement. Les effets de la crise seraient toujours payés par les victimes. Et  les cireurs de pompes du capital  de service remplissent cet office.ou essaient. 

 Nous n'avons rien à attendre du pouvoir en place et tout  de nous mêmes. Si nous nous divisons ou nous perdons dans des combats dispersés, c'est le peuple qui payera, d'abord les retraités puis tous les autres. C'est comme çà et pas autrement.

   Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 09:18

Cette notion, fait rarissime , est née en Russie. La souveraineté , réelle, a du mal à s'y marier avec la démocratie. Mais la France un peu plus démocratique n'est pas souveraine,  elle n'a pas de monnaie propre, elle n'a pas d'armée propre , son gouvernement est subordonné à la commission européenne.

 Nous allons prendre l'exemple de l'application Stop covid pour en saisir les enjeux. Elle est censée empêcher la propagation du virus en avertissant les populations lorsqu'un proche est infecté. Mais la toile est privée. Google et apple ont refusé d'autoriser l'utilisation systématique de blue tooth qui leur appartient pour le téléphone. Et l'application perd son intérêt  et est un échec, pas assez utilisée pour être efficace. La souveraineté a des limites.

 A contrario, si elle avait  réussi, la France était le seul pays européen  (avec la Hongrie qui n'est pas une référence)   à centraliser les données.  Il est vrai que la souveraineté implique la centralisation, mais pour en faire quoi ?   Des statistiques pour big pharma? un état policier ?       Le contrôle est toute la question, c'est à dire la démocratie.

  Il va falloir inventer!

    Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 10:15

Lors de mes lointaines études de géographie j'ai appris  la particularité de la forêt amazonienne.  Elle fonctionne en circuit fermé, sur un sol très pauvre, la forêt humide induit les nuages qui nourrissent la forêt.

 Ouvrez une brèche elle est comblée en un mois, le système est indestructible, c'est ce qu'on m'apprenait et que je croyais.  En faire flamber un morceau pour cultiver du manioc exigeait des efforts inouïs.

  Mais tout est affaire d'échelle, comme pour tout phénomène géographique. Mettez 1/2 litre d'eau à 100° et 1/2 litre d'eau  à 0° dans une bouteille,  en agitant vous obtenez  une eau à 50°. Mettez une masse d'eau à 14° et une masse d'eau à 2 ° en contact, elles ne se mélangent pas et forment un front.

 Si au lieu  d'ouvrir une route  ou de créer une ferme sur quelques centaines d'hectares vous détruisez des centaines de milliers d'hectares de forêt, vous détruisez l'équilibre quasi géologique. Sans forêt pas de nuage et sans nuage pas d'eau: la forêt brûle.

   Le problème écologique majeur  est posé , la rupture des équilibres millénaires . Et c'est une question d'échelle.

  HA

Partager cet article
Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 09:49

Un conte de fée (Carabosse)  moderne agite les bourses depuis 10 ans.

  Elisabeth Holmes "s'est faite elle même", n'est l'héritière de personne.  A 20 ans elle fonde une société qui réalise ou plutôt annonce qu'elle va réaliser  des analyses de sang par téléphone. Les investisseurs salivent devant les perspectives. Perspectives est le mot puisqu’aucun résultat concret n'apparaît entre 2003 et 2013 , ce qui fait tout de même beaucoup pour des recherches. Qu'à cela ne tienne elle annonce la commercialisation du "mini-lab" en 2013. Theranos, sa boite, pèse alors la bagatelle de 9 milliards. Pour une société qui ne fabrique rien, il y a de quoi être interloqué.   Mais dans un système où l'argent fabrique  de l'argent tout est possible.

Un journaliste en 2014 découvre le pot aux roses: il a été impossible de mettre au point mini-lab. Mais son patron, Murdoch a placé 125 millions dans le projet. Allez savoir pourquoi il a du mal à publier ses articles. En 2018 l'argent reprend le dessus, quand il n'y en a pas il n'y en a pas, et le plus sot doit le constater. Tout s'effondre. L'ex milliardaire risque  20 ans de prison, mais avec de bons avocats elle les fera à 90 ans. Et un film à succès risque de la renflouer.

  Nos successeurs de 3020 se demanderont probablement si les adeptes du dieu dollar des  débuts du XXI° siècle  étaient d'une stupidité incommensurable de placer leur argent avec tant de légèreté. Et ils auront bien raison.  Mais ce sont ceux   là qui nous gouvernent.

  HA

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 09:35

La 5G fait l'objet de trois pages de l'Humanité, toutes à charge. L'arme de destruction écologique massive  est découverte.

 L'espionnage chinois est absent, heureusement , mais il faut reconnaître que sur le reste notre position rejoint celle des multinationales  américaines de la 4G, ce qui donne à réfléchir.

1- "la  5G se superpose à la 4G"  et est donc inutile. Mais la 2G s'est superposée à la 1G, la 3G à la 2G et la 4G à la 3G sans que personne y trouve à redire, puisqu'il y avait amélioration.

2- Les améliorations de la 5G, incomparablement plus rapide , seraient sans intérêt.  je me souviens du temps où jeune communiste je vantais l'URSS sans automobile. Ce n'était pas l'avis des soviétiques mais le résultat d'une pénurie. Nous choisissions pour les principaux intéressés.

3-Cette  position rejoint l'opposition  des communistes à la traversée du gaz dans les PO, et aux gares TGV de Montpellier et Nîmes. Il va falloir réfléchir et ne pas abandonner notre vocation, qui est l'amélioration de la vie des gens. Le débat est ouvert. Quant à juger du danger des ondes, avant de trancher, mieux vaut attendre l'accord très majoritaire  des scientifiques.

 HA

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 07:44

Sur France Culture  qui s'intéresse à Marx (10 heures d'édition quand même)  Christine Lecerf a donné un point de vue  qui sort des sentiers battus du conformisme social et rejoint nos propres réflexions notamment dans Rencontres Marx

Elle se demande  si Marx, au-delà de ses analyses économiques du capitalisme, n’était pas lié à notre époque d’abord pour sa façon de s’interroger, pour sa représentation du monde, sa vie d’exilé… Un voile, un écran, une épaisseur lui  rendaient ce Karl Marx inconnu. Le retour récurrent de son fantôme à partir de la crise du coronavirus  est susceptible de malentendus. On ne saurait réduire son œuvre à une sorte de manuel de compréhension du capitalisme en état de crise. C’est une pensée qui va beaucoup plus loin, et qui mérite d’être explorée dans tous les contextes, pas seulement en temps de crise.

Marx a été en quelque sorte "fossilisé" par certains de ses adeptes passés et cette représentation pèse encore

Engels est  aussi fascinant que Marx. Il avait une façon époustouflante de gérer ses contradictions. Il a été gérant de l’usine de son père, à Manchester, il a fini sa vie millionnaire, et en même temps, il a fait passer l’équivalent de plusieurs centaines de milliers d’euros à son ami, pour lui permettre d’écrire ce qui s’apparente à une véritable bombe contre le système.Mais Engels n'est pas Marx. L’un des biographes de Marx, Gareth Stedman Jones, raconte comment Engels, au cours de l’édition du livre 2 du Capital, a substitué le terme d’« effondrement » du capitalisme à celui d’« ébranlement », qu’utilisait Marx. Cela introduit une sacrée distorsion. Marx passe pour un penseur de la fin du capitalisme, alors qu’en réalité, il était devenu de plus en plus prudent sur cette question avec le temps. Son œuvre reste inachevée, fondamentalement ouverte. Tout le contraire d’un dogmatisme. C’est un système de pensée ouvert, mais s’adressant en effet à ceux qui subissent l’exploitation capitaliste. Évidemment, un néolibéral peut lire Marx et y apprendre des choses sur sa propre pratique. Mais avec les syndicalistes anglais et français que je fais intervenir dans l’émission, j’ai voulu montrer que celui qui est sur la chaîne de montage et qui lit Marx acquiert une énergie et des outils pour interroger sa condition.

 (Entretien réalisé par Laurent Etre, l'article complet dans 100 paroles, Fil actualité)

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 07:44

C'est avec un peu d'amertume que le blog a pris connaissance dans l'humanité d'un excellent article sur la Grèce de 2020. Le gouvernement de droite brade la propriété nationale, casse et privatise, ce qui ne devrait surprendre personne.

  L'amertume vient de ce que ce constat  est désormais opposé à la politique précédente de gauche.

 Mais qui diable la représentait ? Tzipras trahissait  dans nos colonnes ses promesses et Varoufakis le farceur jouissait de toutes les faveurs. Des manifestations   contre Tzipras étaient approuvées comme une avancée.

 Nous apprenons enfin que tout n'était pas négatif et que la défaite de Tzipras coûtera cher aux Grecs. Un peu de dialectique lorsqu'un gouvernement de gauche se heurte  de front au capitalisme rentier  avec un rapport de forces défavorable  le fragilisant ne nous aurait pas fait de mal. Tzipras a été le PREMIER à obtenir l'annulation d'une partis de la dette grecque, au prix de graves concessions , avec de notre côté une incompréhension navrante de l'importance de la chose.   C'est une erreur significative de notre retard théorique.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 08:15

100 paroles dans la rubrique "Nos articles" met à  notre disposition un article dont nous vous recommandons grandement  la lecture.

 Un technocrate du FMI dans un entretien avec  un journaliste de l'AFP nous livre ce que nous espérons être  le point de vue de son organisme.

 Vitor Gaspar, directeur du département des finances publiques du Fonds monétaire international ce qui n'est pas rien, avoue qu'il fut  un zélateur de la bonne pensée économique.   Avant la pandémie, il exhortait inlassablement les gouvernements à dépenser moins, un des dogmes du capitalisme rentier.

 Mais il fait ses comptes. Au total, les gouvernements ont dépensé quelque 11.000 milliards en aides aux ménages et entreprises durement touchés par la paralysie économique résultant du confinement, décrété pour contenir le nouveau coronavirus. Le montant des mesures budgétaires prises en quelques mois à travers le monde est plus élevé que toutes les mesures prises en 2008, 2009 et 2010 pendant la crise financière.   Le niveau de la dette publique mondiale atteindra cette année le niveau le plus élevé de l'histoire pour représenter 101,5% du PIB mondial, plus qu'à l'issue de la Seconde Guerre mondiale.   Trop c'est trop.

"Le risque d'un retrait prématuré du soutien budgétaire est le risque dominant", qui pourrait faire dérailler la reprise bien plus que l'augmentation du niveau de la dette", dit-il Ce retour par la force des choses au marxisme (sans en avoir conscience)  est stupéfiant.  Ce grand commis comprend qu'accumuler le capital en pressurant les Etats, une constante depuis les années 80   met en danger les économies.

"Et  réduire a minima l'évasion fiscale sera à l'avenir un des outils majeurs à disposition des États pour trouver des sources de revenus supplémentaires et diminuer leur dette publique.."  Vous avez bien lu , il faut faire payer les riches et les entreprises, comme Maupéou en 1788  voulait faire payer les nobles pour rembourser les dépenses de la guerre maritime.   Une tâche difficile.

 Son argumentation prouve qu'il est bien difficile de s'extraire de son monde. Pour lui la dette  c'est à dire l'abandon de la création monétaire remplacée par les emprunts aux banques privées reste un des piliers de la foi.

  Mais il abandonne la destruction des services publics, et comprend que l'abandon de  l'aide aux gens en difficulté est dangereuse.  En somme il garde le poison de la dette  qui tue  mais cherche des antidotes.  Avec ses limites évidentes cette déclaration est un formidable espoir pour nous. Le système doute de lui même, il est donc condamné.

  Henri Ausseil

 

 

 

 

 

L

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens