Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2020 1 12 /10 /octobre /2020 07:21
La croissance expliquée aux  peuples

En 1900  les 1% les plus riches en Grande Bretagne et en France, les grandes puissances de l'époque ,  possédaient  plus de 50 % de la richesse nationale . Et 10%  possédaient 90%

   Aux USA  en 2020 247 000 adultes (le fameux 0,1%) possèdent 10%  avoués du revenu national.  Et les 10% possédent 72 %.    50% des Américains poss'dent 2% de cette richesse.

   Les conditions ont changé en 120 ans , pas une constante  : les profondes inégalités  et l'accumulation du capital. Et Marx est plus vivant que jamais.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 09:51
La nouvelle pyramide qui symbolise le pouvoir

La nouvelle pyramide qui symbolise le pouvoir

Le capitalisme est un. Il s'agit pour le capitaliste d'accumuler des capitaux sans aucune mesure avec les périodes précédentes, grâce à un taux de profit inégalé.

 Mais comme ce taux de profit subit la loi d'airain découverte par Marx (il baisse inexorablement avec le gonflement du  capital mort généré par le progrès technique) il a bien fallu muter. Avec le new deal il a utilisé l'état. A partir des années 1980 ils est passé au  capitalisme rentier financier que nous subissons.

 Ce que fait la famille Mulliez aide à ne pas commettre l'erreur  de considérer qu'il y a de bons capitalismes, les capitalismes familiaux et de mauvais, les fonds de pension, comme se l'imagine la CFDT.

L'Empire Mulliez est familial, partagé entre des frères, des oncles des neveux et des cousins, comme jadis Michelin, Peugeot ou Schneider. La pyramide des filiales montre qu'il se porte très bien.  500 000 salariés dans le monde ce n'est pas rien. Même en ne gardant que le visible,  les fortunes sont plus que grosses (28 milliards avoués , paradis fiscal belge non compris).

 Cet empire bienveillant ne l'est pas. La loi d'airain le touche, les solutions qu'il choisit ne diffèrent pas de celles des requins des fonds de pension. L'Huma les passe en revue.

    Un excellent rappel : sans une analyse correcte , nous n'atteindrons pas notre but.

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 07:04

Rencontres Marx a eu la bonne idée d'inviter le philosophe à débattre de "l'après".  L'assistance aussi fournie qu'elle peut l'être en ces temps de coronavirus, et comportant de nombreux jeunes, a eu de quoi se poser des questions. Le blog, comme d'habitude , ne va  pas rendre compte in extenso mais cibler ce qui en 2020 peut nous être d'un grand secours.

  La première chose que nous avons apprise ( peu de gens lisent aujourd'hui Marx dans le texte) c'est que le XX ème siècle a été un siècle communiste sans Marx, et qu'il ne faudrait pas que le XXI ème soit le siècle de Marx sans les communistes. 

    Le Marxisme léninisme  n'est pas le marxisme pour plusieurs raisons. Il a exacerbé l'état alors que Marx voyait son dépérissement.  Il a gaspillé les richesses dans un productivisme inefficace alors que Marx souhaitait  donner à nos successeurs une planète en meilleur état que nous l'avions reçue, il a exacerbé le collectif par rapport à l'individu alors que Marx a écrit : le communisme est une société supérieure dont le but est le développement de chacun par le développement de tous.  Il a créé une étape , le socialisme qui n'a pas été envisagée par Marx dans ses écrits , et qu'il n'a acceptée que pour ne pas rompre avec la puissante social démocratie allemande de l'époque.

  A l'inverse le "socialisme" des sociaux démocrates    n'a pas non plus été fidèle au marxisme , sinon parfois dans les mots, et aucune avancée n'en a résulté.

   Et c'est là que nous entrons de plein pied dans le XXIème siècle.

 Pour Marx, que nous serions bien avisés de suivre, le communisme n'est pas une société idéale, que nous serions bien en peine de concevoir (au rebours des socialismes concurrents, Fourier ou Proudhon) mais un combat  et un mouvement  à l'intérieur du capitalisme qui à terme le remplacera sans que toutes les  contradictions disparaissent par enchantement.

 Et Vasseur nous dit : des fragments de communisme existent dans le capitalisme que nous vivons , la sécurité sociale, les congés payés, la retraite, et il est normal que le capitalisme les combatte.

 Lorsque les soignants , au plus fort de la pandémie ,  découvrent que pendant une courte période C'EST EUX QUI DÉCIDENT  et non le froid calcul égoïste du libéralisme et des comptables à son service, ils découvrent le communisme.

 Cette conception étrangement émerge dans la société , de manière peu visible. Après 40 ans de fin de l'histoire dont la vanité saute désormais aux yeux , Marx réapparaît aux vitrines des libraires et dans les salles de cinéma.

 Le risque s'est déplacé : les communistes d'aujourd'hui ( le mot ne se limite pas aux adhérents du PCF )  le comprendront-ils et seront-ils à la hauteur?

Cesseront-ils d'être défensifs contre les mauvais coups  et proposeront-ils des solutions?

A chacun et chacune de digérer à sa façon cette magistrale leçon.

  Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 10:56

Voici le commentaire que nous avait inspiré  l'intervention de Jadot dans un débat de l'Humanité en 2010

Dans un débat dans l’Humanité  (18 décembre 2010) sur l’énergie électrique le député européen vert  Yannick Jadot condamne la France championne du chauffage électrique. La lecture de sa contribution est éclairante. Après ce préambule fracassant, on imaginerait que les solutions alternatives sont passées en revue. Il est question d’isoler comme il faut (qui est contre,  mais cela ne dispense pas de se chauffer), de frigos et des machines à laver économes mais on ne se chauffe pas avec un frigo. On ne se chauffe pas  plus avec des économies d’énergie qu’avec des transports en commun plus sobres.

Nous aurions aimé savoir quelles solutions adoptent les pays qu’il vante comme ayant fait d’autres choix. Rien de tout ça. Faut-il en conclure que nous ne chaufferons pas ? Sa conclusion : « l’énergie la moins chère reste celle qu’on ne produit pas »  retrouve sans le savoir  le "raisonnement" de Fourier qui quadruple les revenus par des économies  dans "Le nouveau monde industriel et sociétal" :

"Fixons d'abord l'attention sur le résultat le plus saillant du régime sociétaire, le quadruple produit. Une grande réunion n'emploierait dans diverses fonctions que le centième des agents et des machines qu'exige la complication de nos petits ménages. Au lieu de trois cents feux de cuisine et trois cents ménagères, on n'aurait que quatre ou cinq grands feux préparant des services de divers degrés, assortis à quatre ou cinq classes de fortune, car l'état sociétaire n'admet point d'égalité. Il suffirait d'une dizaine de personnes expertes, pour remplacer les trois cents femmes qu'emploie le régime civilisé dépourvu des nombreuses mécaniques dont on ferait usage dans une cuisine préparant pour dix-huit cents personnes (c'est le nombre le plus convenable. Le peuple, dans ce cas, dépenserait bien moins pour faire bonne chère, qu'aujourd'hui pour vivre pitoyablement. L'épargne de combustible serait immense, et assurerait la restauration des forêts et climatures, bien mieux que ne feront cent codes forestiers inexécutables." La similitude dans la démarche est frappante, le décalage avec la réalité aussi.

 

Ces réflexions inabouties préparent des lendemains douloureux. En 2010 en France environ 3,5 millions de personnes  sont des « précaires énergétiques », euphémisme qui signifie qu’ils ont du mal à payer leur facture d’électricité. Des milliers de foyers sont victimes de coupures inhumaines.  Entre  2000 et 2010  la part consacrée par les plus pauvres  à cette dépense est passée de 7 à 15%.  Imaginons une électricité rationnée. Qui sera le plus frappé ?  Le droit à l’énergie  est à conquérir.  Ce n’est pas l’option verte.

10 ans après  le problème reste le même, en pire, ambitions présidentielles aidant.

  Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 06:55

L'un des effets les plus spectaculaires du triomphe du libéralisme dans les années 80  aura été d'assimiler Lénine aux crimes de Staline, en faisant le créateur du goulag.

Zlavoj Zisek  philosophe slovène  dans la "Révolution aux portes , sur Lénine" ne s'attelle pas à le réhabiliter. Qui cherche à réhabiliter Napoléon ou Charlemagne ?   Ni à dire qu'il avait raison sur tout, ce qui serait faux, la suite l'a prouvé.

  Mais on peut constater  en 2020 en France et en Europe une situation prérévolutionnaire avec une crise profonde, un affaissement de l'hégémonie, une montée des remises en cause sans que le libéralisme  en soit le moins du monde ébranlé. Se pencher comme Zizek sur l'année 1917  devient donc riche d'enseignements.   Deux mois avant février 1917 , en Suisse Lénine espérait une révolution pour dans trente ans. Mais lorsque les circonstances   et notamment les tueries de la guerre en ont décidé autrement il a su saisir l'occasion jusqu'à la révolution d'octobre.

Zizek le qualifie d'opportuniste à principes.   Des principes il en faut , et des solides , pour que la pensée ne vacille pas. Mais il faut aussi de l'opportunisme au bon sens du terme. Non aller dans le sens du vent  mais comprendre dans le moment présent  forcément brouillé (février 1917 était une révolution bourgeoise) comment aller plus loin en inventant, chose la plus difficile en politique. 

 Pour le blog un Lénine désormais collectif  tiendrait compte d'une réalité complexe pour unir ce qui ne l'est pas encore mais qui pourrait l'être, s'attaquer à l'essentiel en franchissant des étapes, en s'appuyant autant sur le mouvement social  que sur la politique , dont les élections. L'article dans l'Huma sur le livre de Zizek développe  ce que nous ne faisons qu'amorcer.

 La  paix de Brest Litovsk n'a pas été longuement préparée dans un congrès. Ce sont les pieds des fantassins refusant la tuerie  qui l'ont imposée. De cet évènement qui aurait pu renforcer une république bourgeoise plus intelligente il a fait l'outil préparant octobre. C'est ce Lénine qui nous interesse  et pas le théoricien des syndicats courroie de transmission. Et c'est de 2020 qu'il est question , pas d'une commémoration.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 09:01

 L'enjeu n'est pas de gagner quelques points de PIB ¬comme le laisse à penser l'utilisation du mot «crise » qui suggère qu'il s'agirait d'un moment à surmonter pour repartir comme avant - mais d'opérer une très vaste mutation de l'économie française au cœur de laquelle se trouvent des activités productives négligées depuis plus d'une trentaine d'années, en particulier l'industrie et l'agriculture. Cette industrie doit impérativement renaître. D'abord pour répondre aux besoins fondamentaux, ce qui implique de réduire notre dépendance aux importations. La crise sanitaire a montré le prix, en l'occurrence en vies humaines de la défaillance industrielle alors que nous  n'avions ni masques, ni gel hydroalcoolique, ni réactif pour les tests... L'autre élément indispensable et inséparable de la réponse aux besoins est d'assurer la transition écologique. Ce double objectif est essentiel et le commissariat au Plan devrait être le lieu d'élaboration de cette stratégie de développement, et non pas de croissance économique.

 

 La question clé est celle des engagements pris par les entreprises en contrepartie des financements qui leur seront attribués. Une politique publique doit s'évaluer et cela suppose des objectifs, un calendrier, l'affectation de moyens au fur et à mesure que des objectifs sont atteints. C'est tout le contraire d'un chèque en blanc.

 

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR JULIA HAMLAOUI pour l'HUMA

Blog   Le plan de  relance qui accorde 35 milliards de cadeaux fiscaux aux multinationales sans contrepartie ne va pas dans ce sens.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 07:33

Le grand silence des médias masque une réalité. Le dernier coup d'état militaire  au Soudan n'est pas un coup d'état comme les autres. Il a marqué dans la douleur l'improbable alliance des militaires et du parti communiste clandestin mais puissant. Le Soudan est donc le seul pays africain  où une solution se profile et non le remplacement d'un clan par un autre pour faire la même chose.

   Les communistes soudanais l'ont dit. Il n'y a pas de solution militaire à la guerre civile. Et ils semblent avoir convaincu les militaires.   De profonds bouleversements sont visibles.

    Le plus remarquable est l'accord de paix au Darfour qui met fin à 17 ans de guerre civile et d'interventions extérieures. Il a fallu négocier sur le pétrole et les chefs de guerre et il est probable qu'on n'est pas loin d'un "édit de Nantes" complexe.

   L'Ethiopie veut barrer le Nil Blanc, volant l'eau au Soudan et à l'Egypte. Le Soudan  a manifesté son opposition mais en négociant l'eau et l'électricité, pas par la guerre.

  Tout aussi remarquable  est  l'attitude vis à vis de l'occident.  Loin de le rejeter, le Soudan négocie, mais pas en se mettant à genou devant le FMI.  Des pourparlers avec Israël existent même s'ils sont niés. En politique , quand on est plus faible, il faut savoir en tenir compte mais pour avancer.

 Avouons notre anxiété. C'est le retour de Patrice Lumumba. Si ce dernier avait gagné une grande partie de  l'Afrique ne serait pas ce qu'elle est, un champ de ruines.  Mais la violence impérialiste alors hégémonique  l'a abattu.  Souhaitons longue vie au gouvernement soudanais.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 07:11

Après avoir inspecté les ruines de commerces brûlés, Donald Trump a assimilé le 1er septembre à du «terrorisme intérieur» les manifestations violentes qui ont secoué Kenosha, sans nommer Jacob Blake, l'Afro-Américain grièvement blessé par la police. (internet)

A deux mois des présidentielles  deux Amériques s'affrontent.

     * la violence de certains manifestants  qui brûlent les magasins est un signe de désespoir.  Alors que l'issue est plus proche que jamais ils ne conçoivent que l'acte de vengeance individuel.  Mais il s'agit d'une violence répondant à la violence institutionnelle. Ils aident beaucoup Trump involontairement (provocations mises à part).

     *   Jusqu'à 2020 les noirs en votant massivement pour Obama  et Clinton  croyaient possible de réconcilier les deux Amériques dans le consensus.  De nombreux signes prouvent qu'une majorité ne le croient plus et rejoint  les fondateurs du début du XX° siècle    qui traitaient d'"oncle Tom"  les noirs croyant au consensus sans lutte.

      *  La violence d'Etat continue à être revendiquée par Trump. Il n'envisage que la soumission, non la recherche des causes. 

  Quelle que soit la médiocrité de Biden , pour la première fois, c'est un choix de société qui se profile et non l'alternance molle d'un bipartisme sans contenu. Ces élections sont donc un seuil dialectique, avec plusieurs solutions, positives ou négatives.

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 06:36

L'économiste   sera présent pour un débat , invité par plusieurs associations progressistes  dont Rencontres Marx et les CEMEA.

  Ses propositions novatrices sur le financement du dépassement   abordent un sujet brûlant et peu exploré. Nous vous informerons des modalités de cette  soirée exceptionnelle. Le COVID imposera malheureusement des contraintes de nombre mais une grande salle a été demandée.

Partager cet article
Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 06:37

Le blog  transmet toutes les informations à sa disposition sur Che paulette et la lutte admirable qui  y est menée.  Mais l'état de la gauche est tel que les initiatives  restent parallèles et que les coopérations planifiées tardent à venir.  Les partis constitués font un travail précieux mais trop souvent en vase clos. Dans notre secteur 100 paroles est un vecteur d'informations brutes incomparable.  Le blog quant à lui trace son  sillon dans l'information "digérée" localement sans parvenir encore à lancer le débat.  Il a beaucoup de lecteurs mais trop  peu de réactions. Tout cela se complète et ne s'oppose pas.  l'intellectuel de la multitude se construit lentement. L'absence d'espoir  fruit de la division est un frein puissant.

 Donc dans l'état, ceux qui veulent contacter Che Paulette  doivent le faire directement et chacun fait comme il peut.

  Lecteur et lectrice  découvrent peut être l'état réel de notre organisation. Comme du temps de la Résistance à ses débuts,  des énergies individuelles ou locales  cloisonnées  sont nées. Pour la France entière c'est encore plus patent.  La richesse du débat est inouïe  sans la  synthèse dans l'action qui devrait en découler.  Chacun rêve de rassembler autour de sa chapelle sans assimiler l'importance essentielle des différences à accepter si on veut rassembler avec succès.

 Nul doute que la question finira par se régler lorsqu'on s’attellera au comment faire en dépassant le constat souvent larmoyant  (que Macron est méchant , comme s'il pouvait être gentil dès qu'on marche sur les pieds du capital)  et  en appliquant les résultats de   la réflexion . Il faut pour cela  qu'un Jean Moulin collectif  (ce qui est le plus difficile !)   fasse la synthèse dans l'action.  C'est d'ailleurs l'essence du marxisme qui n'est la propriété de personne.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens