Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 08:17

La Librairie Diderot à Nîmes est la seule Librairie proche du PCF qui subsiste dans la région. De rudes coups nous ont été portés lorsque nous avons été identifiés au Goulag, pour le plus grand profit des multinationales.  Or la bataille des Idées est stratégique. La faire vivre, c'est prouver qu'on l'a compris.

Elle vend par correspondance et le lien ci dessous vous donne accès au catalogue. Bonnes lectures.


https://160015.fr.mp-link.ch/view/?s=DFWLhuOCBfnKJWYJZSGyTZP0kId0rnq%2fSS2Ol7DbbKzsGE7WvFlYumxsHX1tnjaMBiVA8s6k%2fAHhQZB%2f2l19dG75rhRblRV171%2f59eapCz4bUa17QoxJjS3IlkrRd5Q5pnc5w81uy4oZV1FxH1dtL%2fr%2foFfoIu%2ftVDmKlz0UitrWIT%2bzSVrxoPcxKe2iA6dvIkEy7QOIEmj13vKUSkt7tquP8fVEt9Eo0Q1eBoxwu4s%3d&e=eJVh%2bQhxXd1tAFUeGg5D9RmhVMAYUG1lRTNWQitQXHk%3d

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 09:39

Le constat est accablant.  Le Venezuela est un des principaux  vendeurs de pétrole et l'essence y est rare et payable en dollars. C'est le fruit d'un "développement"  basé sur la rente du pétrole qui représente  80 % du PIB et presque autant pour les rentrées fiscales .

   C'est en cela que réside la terrible leçon. Ceux qui chez nous à gauche  rêvent d'une France débarrassée de l'industrie , une France vierge de toute pollution  qui en même temps  pourra satisfaire les besoins sociaux  grâce au fond aux revenus financiers découvrent dans le miroir Vénézuélien à quoi aboutit cette stratégie.

 La rente pétrolière ne produit pas plus de richesse que la rente financière puisqu'elle ne fabrique rien. Les Venezueliens   sans industrie n'ont plus le choix qu'entre des magasins vides , les produits  à la portée du peuple ne pouvant plus être subventionnés par l'état  avec la crise pétrolière, et des magasins pleins mais inaccessibles aux bourses plates. Ce choix qui n'en est pas un mène aux votes désespérés et surtout à l'abstention des couches populaires.

  On ne redistribue qu'une richesse qu'on a créée, et toute autre options mène droit dans le mur.

 HA

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 11:32

Cette tribune libre parue le 7 décembre affronte   un débat qui n'est pas réglé à gauche, le déclin de l'occident  et le jugement que nous devons porter sur la Chine. Le déclin est certes relatif : en 2050 la France n'aura pas un PIB inférieur à celui d'aujourd'hui, il continuera de croître. Mais elle rétrogradera   à la 12ème place, pendant que 7 pays émergents représenteront 50 % du PIB mondial.

   Le G7 qui s'imagine  à Davos être les maîtres du monde deviendra un nain  totalisant 17 % seulement de ce PIB mondial.  Que le travail des usines du monde produise plus de valeur que les milliards de dollars accumulés est prouvé par ces études. Le postulat de Marx se vérifie.

  Comme toujours les projections supposent que ce qui est continuera. Rien ne dit que l'Allemagne ou la France seront entraînées dans le gouffre du capitalisme rentier. Notre peuple (ou d'autres)  peut trouver les solutions que  les études actuelles  ne peuvent prendre en compte. Mais si sous des formes multiples l'actuel perdure, c'est ce qui arrivera.  Et c'est encore plus dangereux que le changement climatique seul  envisagé par trop de gens de gauche comme le danger prioritaire.

    Faites votre miel de cette tribune libre,  "Vers un bouleversement des grandes puissances " très relayée sur internet. Son auteur, signe des temps , a reçu un nombre important de messages élogieux.

Dans les têtes aussi, ça bouge. Rappelons que Robert Kissous est président de Rencontres Marx Languedoc.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 07:39

André Bourgeot, anthropologue social, étudie dans Recherches Internationales  un groupe parmi d'autres au Mali , le Djihad  armé d'Amadou Koufa. Il a deux sources précieuses : 12 cassettes du prédicateur et de nombreux témoignages, dont celui du traducteur.

 Nos sources habituelles sont les barbouzes dont le regard est extérieur et faussé, celui du bien examinant le mal.  Bourgeot ne cherche pas à combattre mais à comprendre , ce qui est beaucoup plus efficace.

   Le résultat  mérite notre attention. Ne cherchez pas ici la partie repoussante  du discours de Koufa, sa vision répugnante des femmes, la mort  comme horizon. Lecteurs et lectrices n'ont pas besoin de ces informations, c'est la partie la plus connue et probablement la seule, de l'islamisme radical.

    C'est l'explication de son succès qui devrait attirer notre attention.

Le recrutement ne se fait pas à partir de l'Islam

Une expression nous a frappé. Ce n'est pas le Coran qui attire mais l'ignorance de ses fondements et les adhésions idéologiques sont extrêmement rares. La misère et le besoin de reconnaissance sociale (que la kalachnikov parait donner),  la recherche d'un soutien pour éviter à la famille de voir ses biens détruits, des problèmes de parcours des nomades, des rancœurs familiales, des injustices et exactions subies de la part du gouvernement ou de Barkhane, l'appât du gain des trafics de drogue  sont les véritables motifs, extraordinairement variés.

Le discours de Koufa prouve qu'il l'a parfaitement compris

Les précieuses cassettes contiennent un discours anti impérialiste (contre la France, la Minusma et le gouvernement à leur solde, la prise en compte des revendications des nomades peuls et touaregs, un refus de l'usure et du capitalisme,  très efficace auprès des jeunes.

Barkhane se révèle une aide  fantastique  pour Koufa

L'usage de la force, la protection des corrompus, les bavures inévitables, le pillage du pays  par les multinationales  sont de formidables atouts pour le recrutement. Une fois recruté le jeune intègre par une "formation intense" l'Islam de Koufa qui n'est pas celui des marabouts, mais au départ  c'est de toute autre chose qu'il était question.

La stratégie de combat est parfaitement assimilée

La moto est plus utile que le char d'assaut et les armes très lourdes que "l'armée"  de Koufa ne possède pas. La mobilité et la fluidité (les groupes ne restent jamais au même endroit et leur composition fluctue)  rend inefficace la délation.

Bourgeot ne tire aucune conclusion politique , ce n'est pas l'objet d'une étude du CNRS.  Mais il nous arme pour le faire.  L'antique stratégie de la françafrique revient comme un boomerang. Elle est devenu l'outil du rejet de la France. Nous français bien sûr n'y sommes pour rien , du moins ceux qui ne votent pas pour les donneurs d'ordre.   Fabriquant des martyrs  elle coupe une tête et en fait pousser dix.

   Il n'y a qu'un chemin pour éradiquer le djihadisme, le développement économique des pays africains sortis du néo colonialisme.  S'imaginer une minute que Macron peut l'accepter , c'est ne rien comprendre à notre monde.

 

     

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 07:26

Le belge Serge Feld a étudié les migrations et non l'immigration (Editions l'Harmattan). Nous avons tendance à oublier qu'un immigré est aussi un émigré.

L'instrumentalisation  de l'immigration des pauvres dévoilée

Il met à mal  l'image véhiculée par les politiques et les médias. De 2000 à 2010 et selon des sources rigoureuses, dans l'OCDE  les migrants hautement qualifiés sont en très forte augmentation,  dépassant largement "l'immigration de la misère"  médiatisée. Et l'immigration "choisie" n'en est pas la cause, elle réside dans les pays "source".

Les pays "source"  sont consentants

 L'auteur étudie plus particulièrement  le personnel médical.    Les pays source surinvestissent dans des filières qui ne profiteront pas au pays qui  paie les frais.  Les étudiants choisissent en priorité des disciplines recherchées dans les pays développés comme la gériatrie et la chirurgie esthétique, et non l'épidémiologie ou la pédiatrie  qui seraient  nécessaires  ( Il est vrai que le COVID brouille provisoirement  les cartes). Mais ils n'ont pas l'intention de pratiquer dans leur pays.  L'OMS dénonce une grave pénurie dans 57 Pays dits en voie de développement.  Mais l'informatique et d'autres secteurs sont tout autant concernés.

L'explication est à chercher dans les flux de capitaux

 Les envois de fonds vers les familles restées au pays représente 582 milliards à l'échelle mondiale, soit plus que "l'aide occidentale" au développement.

Les migrations ne visent pas que les pays développés

20 pays développées concentrent les arrivées , mais cette immigration (des couches aisées  majoritairement  mais aussi des pauvres) ne représente que la moitié des migrations. Plus de 40% des flux sont en direction de ce qu'on appelle le sud, d'autres pays peu développés.

 Ne cherchez pas de solutions dans ce livre à part les faukon et les yaka , puisqu'il n'aborde pas le fond, c'est à dire l'existence du capitalisme mondialisé. Ni ce qui est en train de changer, avec l'irruption de la Chine.   Mais le constat nous  suffit pour la bataille des idées.  L'immigration est très profitable aux pays développés. Le capitalisme se nourrit de la pauvreté, même quand il la rejette.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 08:24

Une note d'une effrayante lucidité, effrayante dans la mesure où aucune proposition n'est formulée , découvre la lune, c'est à dire  le gouffre gigantesque entre les aspirations de jeunes et ce qui leur est offert, depuis que l'éducation est devenue un coût. Plus du tiers des élèves ont parfaitement compris l'importance d'un enseignement scientifique qui sera refusé au plus grand nombre, la conscience que  les lettres, sciences humaines ou langues choisies par élimination n'ont aucun avenir pour le plus grand nombre  faute de débouchés, en somme le lycée à deux vitesses après le collège et l'école à deux vitesse dévoilè, voilà ce que nous dit cette note pour peu que nous dépassions les constats énoncés qui ne parlent que du nouveau  bac.

 C'est en réalité d'un gigantesque gâchis qu'il est question. Sandrine Michel dans une thèse trop peu connue l'avait énoncé il y a quarante ans , à la naissance du capitalisme rentier, en examinant les chiffres.

 AVANT 1980   le capitalisme en temps de crise AUGMENTAIT LE BUDGET CONSACRE A L'EDUCATION    (sous Louis Philippe, Napoléon III ou les  3 républiques qui ont suivi.), conscient que cela augmentait la productivité du travail (et le profit)  . APRES, l'éducation est devenue un COUT.  C'est que le nouveau capitalisme  produisait ailleurs , la scolarité incombant aux usines du monde. Il n'a plus besoin que d'un  relativement petit nombre de concepteurs de grande valeur, et de techniciens supérieurs,  que le système a la capacité de produire. Les autres sont des dégâts collatéraux à la rente à 15 %

 C'est cela que nous dirait cette note si elle allait au bout de  ses observations.  Elle ne s'y est pas risquée, vous comprenez pourquoi.  Mais NOUS devons le comprendre impérativement et profiter de ce que cette note nous dit.

Cela nous aiderait à constater que la Corée du Sud  a été le SEUL pays capitaliste à atteindre les 80 %  d'une classe d'âge au niveau d'un bac de haut niveau (ce qui était l'objectif rêvé du SNES et de votre serviteur, fracassé dans le programme commun et les illusions de 1980)  et de comprendre pourquoi elle rejoint le marché commun asiatique  et non l'occident économique du moins disant social, ce que l'on appelle la concurrence libre destructrice.

   Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 07:59

3 milliards d'êtres humains constituent désormais un gigantesque marché commun  qui ne doit rien à l'occident ni  au dollar, et qui comprend quatre  importants pays "occidentaux"  au sens politique,  même s'ils sont à l'est. Un seuil irréversible vient d'être franchi , après des milliers de signes annonciateurs. Les zones de libre échange  tentées par les USA   auraient beaucoup moins rassemblé et ont échoué.

 Au lieu de la lucidité impliquant l'abandon du capitalisme de la rente  cause du déclin, notre occident répond par le silence.   Le cacher aux Français et Françaises l'empêchera-t-il d'exister ?   Les  découvertes fondamentales comme la 5G  qui ne viennent plus d'occident  pourront-elles être exorcisées ?    

 Le penser est risible et n'empêchera rien, nous précipitant dans le déclin.  Plus tôt la gauche le comprendra, mieux ce sera.  Le capitalisme de la rente et son monceau de milliards ont atteint leur limite.   C'est le travail qui crée la richesse et non l'argent.  Marx est réhabilité dans la pensée économique, ce sont les "atterrés " qui ont raison , la fin de l'histoire une foutaise.

HA

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 08:34

Habib Bourguiba  était un membre fondateur de l’Organisation de l’unité africaine,  remplacée depuis par l'UA.  l’Union africaine vient d'interdire à la Tunisie de prendre la parole devant ses instances durant six mois pour ne pas s’être acquittée de ses cotisations qui s’élèvent à 18 millions de dollars. Le ministre tunisien des Affaires étrangères, dans un grand élan de solidarité gouvernementale  a confirmé  "Nous n’avons pas été en mesure de payer la contribution de l’année en cours, étant donné que le ministère des Finances n’a pas versé au département des Affaires étrangères les fonds complémentaires requis".  Il semble qu'il n'ait  aucune responsabilité dans cet état de fait  alors qu'il fait partie du gouvernement.  Qui peut le croire ?

Le même jour le Premier ministre Hichem Mechichi annonçait la volonté de son pays de " renforcer la coopération dans tous les secteurs économiques ainsi que le développement des investissements"  avec les États africains. Il ignorait donc le non versement. Qui peut le croire?

 Ces palinodies sont une terrible confirmation. On peut s'intituler révolution bleue , verte , rose ou de jasmin, si on ne rompt pas avec la logique du FMI et de la finance occidentale, on est une farceur condamné à dire une chose et à en faire une autre, faute d'argent.

 

 
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2020 3 18 /11 /novembre /2020 08:29

Dans une longue interview  au "Grand continent" Macron livre avec beaucoup d'intelligence ce qu'il appelle sa doctrine. Mais il n'est pas difficile, au-delà du bla bla bla  politicien, d'extraire  le fond de sa pensée

Il identifie les crises en oubliant l'essentiel

Il s'agit du  changement climatique, de la biodiversité, de l’insoutenabilité des inégalités entre nos sociétés et dans nos sociétés – et la grande transformation numérique. Il y ajoute" l' accumulation des crises de court terme, comme l’épidémie et le terrorisme."

Il oublie le nouveau rapport de forces mondial  et la rente à 14 % des fonds de pension baladeurs   que pourtant il évoquera plus loin assez vaguement.

Il s'inscrit dans une guerre de civilisation

Citons le,  car c'est important :" Il y a un relativisme contemporain qui vient, qui est vraiment une rupture, et qui est le jeu de puissances qui ne sont pas à l’aise avec le cadre des droits de l’homme des Nations Unies. Il y a très clairement un jeu chinois, un jeu russe sur ce sujet, qui promeut un relativisme des valeurs et des principes, et un jeu aussi qui essaie de reculturaliser, de remettre dans un dialogue de civilisations, ou dans un conflit de civilisation, ces valeurs, en les opposant à l’aune du religieux par exemple. Tout cela est un instrument qui fragmente l’universalité de ces valeurs."  Donc le nouveau rapport de forces ne concerne pas le développement d'autres nations qui menacent l'hégémonie  économique passée occidentale, mais la confrontation entre un monde du bien (les droits de l'homme) et un monde du mal.   La continuité avec la doctrine de la guerre froide est affligeante, masquée par des remarques contradictoires.

Il parle pourtant  sans cesse de coopération

C'est contradictoire avec la  guerre de civilisation face au "relativisme"  Citons le "On a besoin de réinventer les formes d’une coopération internationale… nous avons besoin de coopérer. ..On ne battra pas l’épidémie et ce virus si on ne coopère pas. Quand bien même certains découvriraient un vaccin, s’il n’est pas diffusé à la planète entière, cela veut dire que le virus reviendra dans certaines zones. Pour combattre le terrorisme, on est là aussi tous frappés : il ne faut pas oublier que plus de 80 % des victimes de ce terrorisme islamiste proviennent du monde musulman, on l’a encore vu au Mozambique ces derniers jours. Nous avons une communauté de destin face à toutes ces crises. Et pour moi le premier cap dans la vie internationale est de chercher les voies d’une coopération … Nous devons avoir deux axes forts : retrouver les voies d’une coopération internationale utile qui évite la guerre mais permet de répondre à nos défis contemporains ; construire une Europe beaucoup plus forte, qui puisse peser de sa voix, de sa force, et avec ses principes dans ce cadre refondé.

La rupture de 1989 est assumée

"une deuxième rupture  est, je pense, la crise des sociétés occidentales post-1968 et 1989. Vous voyez un néo-conservatisme monter, partout en Europe d’ailleurs, qui est une remise en cause – ce sont les néo-conservateurs eux-mêmes qui le prennent comme référence – de 1968, c’est-à-dire au fond d’un état de maturité de notre démocratie – la reconnaissance des minorités, ce mouvement de libération des peuples et des sociétés – et il y a le retour du fait majoritaire et en quelque sorte d’une forme de vérité des peuples. Et je pense qu’on est aussi à un point de rupture par rapport au post-1989. Les générations qui sont nées après 1989 n’ont pas connu la dernière grande lutte qui a structuré la vie intellectuelle occidentale et nos relations : l’anti-totalitarisme. Elles se sont structurées pour beaucoup, ainsi que leur accès à la vie académique, politique, sur une fiction qui était la «  fin de l’histoire  » et un implicite qui était l’extension permanente des démocraties, des libertés individuelles etc. On voit que ce n’est plus le cas. Réémergent des puissances régionales qui sont autoritaires, réémergent des théocraties. La ruse de l’histoire, d’ailleurs, arrivant sans doute au moment des printemps arabes, où ce qui est vu avec cette même grille de lecture comme un élément de libération est un élément de retour de l’esprit de certains peuples et du religieux dans le politique. C’est une accélération extraordinaire d’un retour du fait religieux dans plusieurs de ces pays sur la scène politique."

 L'installation partout dans le monde occidental du modèle reaganien qui détruit le new deal et l'état providence n'est même pas évoquée. Tout est affaire de choc d'idées, donc de guerre de civilisation.

Et les solutions avancées?

"Renforcer et structurer une Europe politique. Pourquoi ? Parce que si on veut qu’il y ait de la coopération qui se crée, il faut que des pôles équilibrés puissent structurer cette coopération, autour d’un nouveau multilatéralisme, c’est-à-dire d’un dialogue entre les différentes puissances pour décider ensemble. Cela implique d’acter que les cadres de la coopération multilatérale sont aujourd’hui fragilisés, parce qu’ils sont bloqués : je suis obligé de constater que le Conseil de Sécurité des Nations Unies ne produit plus de solutions utiles aujourd’hui ; nous sommes tous coresponsables quand certains deviennent les otages des crises du multilatéralisme, comme l’OMS par exemple."

Donc il faut coopérer mais en dehors du cadre de l'ONU, en renforçant l'Europe, donc par un rapport de forces plus favorable qu'actuellement "construire une Europe beaucoup plus forte, qui puisse peser de sa voix, de sa force, et avec ses principes dans ce cadre refondé.",

On arrive à un point où l’urgence  climatique est telle qu’il … faut la remettre dans le marché. C’est ce que nous sommes en train de faire depuis l’Accord de Paris, avec par exemple le prix carbone, qui n’est pas compréhensible dans le cadre du consensus de Washington, car il implique que quelque chose d’autre que le profit doit être intégré. " 

 le libéralisme est donc  la solution et non la cause  pour Macron

Le fonctionnement de l’économie de marché contemporaine et financiarisée.. a accru les inégalités dans nos pays. Parce qu’il a délocalisé massivement, parce qu’il a réduit au sentiment d’inutilité une partie de notre population, avec des drames économiques, sociaux mais aussi psychologiques profonds : nos classes moyennes en particulier, et une partie de nos classes populaires ont été la variable d’ajustement de cette mondialisation ; et cela est insoutenable… À partir du moment où les classes moyennes n’ont plus d’éléments de progrès pour elles-mêmes et vivent le déclin année après année, un doute s’installe sur la démocratie. C’est exactement ce qu’on voit partout, des États-Unis de Donald Trump au Brexit en passant par les coups de semonce que nous avons dans notre pays et dans beaucoup de pays européens, c’est ce doute qui s’installe où l’on dit au fond : « puisque je n’ai plus de progrès, pour revenir au progrès pour moi, eh bien il faut soit que je réduise la démocratie et que j’accepte une forme d’autorité, soit que j’accepte de fermer des éléments de frontières parce que ce fonctionnement du monde ne marche plus. » 

 C'est donc du peuple qu'émerge la demande d'autoritarisme.

Il faut changer le capitalisme

Aussi vrai que le socialisme n’a pas marché dans un seul pays, la lutte contre ce fonctionnement du capitalisme est inefficace dans un pays. On n’y répond pas par la fiscalité, on y répond en construisant différemment les parcours de vie : par l’éducation et la santé quand on est un pays, mais ensuite par un fonctionnement différent des mouvements financiers et économiques, c’est-à-dire en intégrant l’objectif climatique, l’objectif d’inclusion et les éléments de stabilité du système dans le coeur de la matrice. Voilà comment je vois les choses.

Mais ce ne sera pas en faisant payer les riches et les multinationales (la fiscalité)  mais en développant l'éducation et la santé, ce qui est impossible si on ne fait pas payer les riches et les multinationales.

Il faut museler les réseaux sociaux

Ce qui est en train de se structurer de manière perverse, ce sont les réseaux sociaux et Internet. Et cette création formidable, qui a d’abord été faite pour échanger des savoirs et les faire circuler au sein d’une communauté académique, est devenue un instrument extraordinaire de diffusion de l’information, mais est aussi devenue deux choses dangereuses : un instrument de viralisation des émotions, quelles qu’elles soient – qui fait que chacun se voit dans le monde et dans l’émotion de l’autre sans recontextualisation, pour le meilleur et pour le pire –, et un élément de dé-hiérarchisation de toutes les paroles – et donc de contestation de toute forme d’autorité, au sens générique, qui permet de structurer la vie en démocratie et en société, qu’elle soit politique, académique ou scientifique – simplement parce que c’est là, que quelqu’un l’a dit, et que cela a la même valeur d’où qu’il parle. Cela, nous ne l’avons pas encore suffisamment intégré. Nous n’avons pas organisé d’ordre public de cet espace. Cet espace surdétermine nos choix aujourd’hui, et il change du même coup notre vie politique. Et donc, anthropologiquement, il bouscule les démocraties et notre vie.

Et il a expliqué plus haut que les peuples recherchaient  l'autoritarisme... et que ce n'était pas bon.

Donc  , puisque les médias que  le capitalisme utilisait, le journal, la télé, la radio, perdent de leur crédit , l'Etat doit désormais prendre en main les réseaux sociaux.

 L'interview fort longue continue et reste aussi instructive. Nous en resterons là pour aujourd'hui.  Macron critique beaucoup le capitalisme et  ses outils , l'OTAN etc mais vous pouvez constater que ses omissions et ses propositions visent à le faire perdurer. Changer pour que rien ne change, c'est toujours la même rengaine.

     Henri Ausseil        Les citations de Macron sont en italiques, le reste est le commentaire du blog.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 11:31

Le blog le répète sans arrêt. Interpréter les transformations économiques chinoises comme une crise est une imbécillité.

  Pour démarrer, la Chine a été l'usine du capitalisme rentier, apportant un savoir faire et des bas salaires  dopant les profits des multinationales. C'est un fait.

   Mais ces temps sont révolus et l'arrogance qui allait avec aussi.   Désormais c'est  le milliard et demi de Chinois qui est visé, et l'immense zone économique asiatique. 15 pays, soit  l'Indonésie, la Thaïlande, Singapour, la Malaisie,  les Philippines, le Viet Nam, la Birmanie, le Cambodge, le Laos, Bruneï, le Japon , la Corée du sud, l'Australie et la Nouvelle Zélande ont signé   avec la Chine un accord de libre échange.

  Que Japon , Corée du Sud , Australie et Nouvelle Zélande soient du lot en dit long sur l'effondrement de l'Empire Américain du dollar roi, Celui de Biden et Trump. Biden devrait en tirer des enseignements, ce que nous ne pensons pas.  Notons aussi que les dirigeants de  l'Inde s''excluent  du jeu, pour le plus grand malheur de leur peuple et que si Taïwan n'y figure pas, c'est parce que pour la Chine elle y est déja puisque faisant partie de la Chine

L'Amérique et l'Europe autoproclamées plus grandes puissances mondiales parce qu'elles accumulent le plus de milliards subissent une irrémédiable défaite hélas prévisible.

 Il est plus que temps que la France (et l'Europe) abandonnent le libéralisme destructeur et que les lois du marxisme soient reconsidérées. C'est le travail qui crée la richesse, ce n'est pas l'argent qui n'est qu'une conséquence. Les fonds de pension doivent aller à la poubelle.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens