Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 11:14

Dans le grand silence des médias mais devant 17 000 internautes au moins,  le candidat du rassemblement de l'humain  d'abord a prouvé que seule la volonté politique manque lorsqu'on dit que le coût du changement est exorbitant. Impossible de résumer : voyez  l'Huma du 20 février pages 4 et 5.  Tout est chiffré  : recettes nouvelles  ( 190 milliards)  et dépenses.

 La machine à fabriquer du  populiste s'est aussitôt mise en marche. Trouver l'argent là où il est , vous pensez donc ! Quelle impertinence !   

    Nous attendons des autres candidats le même exercice.  Fillon s'y est essayé  (suppressions massives de postes de fonctionnaires, privatisation de la sécu)  mais sa sincérité lui a coûté cher.  Les autres se tairont ou mentiront : il est difficile d'être élu sur un programme de casse sociale

Partager cet article
Repost0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 11:04
Ce n'est pas du cinéma !

Ce n'est pas du cinéma !

A Amiens aussi on innove. C'est un journaliste auteur du film "Merci patron"  qui sera le candidat de la vraie gauche (c'est à dire la gauche sans les socio-libéraux du PS). C'est la condition qu'il avait mise à sa candidature.  Et ça fonctionne.

Partager cet article
Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 09:23

Une déclaration récente de Mélenchon pourrait le laisser supposer.   Pourtant lors des présidentielles de 1969    ( Duclos PCF 21 %, Defferre SFIO: 5 %)  la direction du PCF de l'époque mettait en garde les militants :  il ne faut pas confondre l'influence de la social- démocratie et la forme  politique qu'elle prend à un moment donné.

 Qu'est -ce que la social- démocratie au fond ? à partir d'un constat très proche du nôtre , susceptible donc de tromper bien des démocrates sincères,   la croyance qu'il est impossible de dépasser le capitalisme  sinon par étapes à très long terme.  En attendant on  le gère loyalement. Cela prend chez nous des formes extraordinairement variables sur la forme, identiques sur le fond.  Poher et Defferre  en 1969, Macron et Hamon en 2017 représentent en totalité ou en partie l'idée sociale-démocrate.

    Confondre la déconfiture de Hollande  et la fin du PS est un peu court. Le PS n'est nullement frappé à mort, un examen des réalités le prouve.  L'addition dans les sondages des  intentions de vote pour Macron et Hamon dépasse le total des voix de  Hollande au premier tour. Les syndicats qui comme la CFDT et l'UNSA sont porteurs de l'illusion qu'en discutant avec le patronat sans rapport de forces on arrachera des acquis  (en entérinant sans cesse des reculs)  sont loin d'être en perdition. La CFDT vient de remporter les élections à Pôle emploi.  Le vote utile qui pervertit les bonnes  intentions des électeurs  sévit toujours.  La majeure partie des français de gauche vivent la situation comme une crise (donc après la pluie le beau temps)  sans comprendre qu'il s'agit d'une étape irréversible du capitalisme  qui les mène lentement vers le pire.

   Mélenchon en 2012 a fait 11 %, le Front de Gauche aux Législatives 8%.  Même "nos" électeurs du moins un nombre non négligeable , croient à l'aiguillon. Je vote Mélenchon  puis PS  qui appliquera les idées de Mélenchon. Sous d'autres formes cette illusion se perpétue en 2017 avec une chose sûre : rien ne changera sinon en pire.

     Il est plus que temps de changer de stratégie :    le rassemblement ne se fera pas sur des personnes mais sur des conquêts   sur le terrain : l'éducation, la santé, le droit divin des patrons, le licenciement boursier. Le moindre mal sera vaincu par l'espoir.

   Songeons au vote  qui vient d'avoir lieu en Espagne : adhérents et sympathisants de Podemos avaient le choix entre deux lignes : le combat sur le terrain , dans les luttes contre la dette des ménages , contre les licenciements , contre la spéculation boursière et la corruption , pour les services publics   ou le choix de se rapprocher du PSOE (toujours à gauche quand il n'est pas au pouvoir), comme au Portugal ,pour accéder au pouvoir.   Le premier choix a été très majoritaire.

   Les Espagnols nous ont montré la voie à suivre.

    Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 11:04

Ceux qui rêvaient de "gauche plurielle" avec cette photo abracadabrantesque associant  Pierre Laurent, Hamon, Jadot et Mélenchon ont eu tout faux et très vite. Jadot rejoint Hamon, la ficelle devient un câble. En fait de gauche plurielle cela nous ramène à l'hégémonie à gauche du PS pendant que Hollande , lui, fait l'éloge de Macron qui l'a trahi.

   Deux candidats socialistes , un pour pomper les voix de droite, l'autre pour pomper les voix de gauche, et surtout pour que rien ne change. Un signe fort vient d'être donné par l'Assemblée nationale das ses derniers soubresauts. Quelques mesures qui n'engagent à rien ont été concédées mais sur l'essentiel  le cap est clair. La vraie gauche a  déposé un amendement au budget 2017  demandant que les biens professionnels  soient ajoutés au patrimoine pour ceux qui payent l'ISF qui ne fait pourtant qu'égratigner les gros riches. Les députés PS et la droite ont voté contre. Et c'est sur eux que doit s'appuyer Hamon.

  Il est temps que tout le monde revienne sur terre et que nous aillons un seul candidat aux présidentielles,  Mélenchon,  et un seul candidat de la vraie gauche dans le plus grand nombre de  circonscriptions possibles.

 Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 08:33

"Dans notre département, après de longues discussions, s’est mis en place un Comité de soutien à Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise. En quelques jours, ce comité de soutien a réussi sa première apparition publique et la presse s’en est faite l’écho. 230 personnes se sont retrouvées le mardi 31 janvier à la Salle Osette, à Toulouse. Un débat riche a montré la volonté de convergence. L’espoir de voir enfin une gauche de combat jouer les premiers rôles est largement partagé. Les participant-e-s à cette réunion sont également globalement d’accord avec les axes de campagne développés par Jean-Luc Mélenchon sur la base du programme « l’avenir en commun », devenu succès de librairie.

Mais cette réunion a aussi mis en lumière des approches différentes. Plusieurs intervenants du mouvement « la France insoumise » ont insisté sur la nécessité de converger au sein des « groupes d’appui » de leur mouvement, considérés comme le cadre privilégié, voire unique de campagne. D’autres en revanche ont manifesté de la nostalgie vis à vis du Front de gauche qui aurait pu il est vrai permettre à la fois de rassembler les militant-e-s politiques des composantes concernées et des dizaines de milliers de personnes qui n’appartiennent à aucun d’entre eux.

Il n’en demeure pas moins que la campagne est lancée et qu’il faut dépasser ces divergences. Benoit Hamon cherche à regrouper la gauche qui a soutenu la politique de Hollande et celle qui l’a combattue au nom d’un « désir d’avenir ». Nous pensons à l’inverse qu’il s’agit pour la campagne et pour l’avenir de rassembler un bloc porteur d’une alternative sociale, démocratique et politique cohérente. Faut-il pour autant rejeter le dialogue avec Benoit Hamon et celles et ceux qui voient en ses propositions un espoir ? Certes pas. Mais il faut d’abord que la trajectoire de Benoit Hamon et son programme se clarifient. En attendant, tout en dialoguant, nous devons rassembler notre camp. Il ne se résume pas à la France insoumise, il est bien plus vaste et pluraliste. Uni, il est porteur de dynamique et de conquête. C’est la raison pour laquelle nous appelons à mettre en place partout des comités de soutien unitaires et à faire campagne ensemble. Pour la Présidentielle comme pour les législatives.

L’équipe d’animation de Ensemble ! 31 s’est ainsi de nouveau adressée à toutes formations et collectifs qui soutiennent la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Cela concerne militant-e-s et sympathisant-e-s du PG, du PCF, de la NGS, de l’appel Front commun, des collectifs citoyens ou Front de gauche de Villemur, Fonsorbes, Plaisance. Nous proposons tout à la fois de co-organiser une grande réunion publique unitaire avec des orateurs-trices nationaux, d’en organiser dans les quartiers de Toulouse et dans les villes du département, de préparer ensemble la montée à Paris pour le rassemblement de la Bastille du 18 mars et de préparer ensemble la venue de Jean-Luc Mélenchon. Enfin , nous proposons de débattre patiemment des convergences possibles dans le cadre des élections législatives. Nous souhaiterions aboutir à un accord départemental unitaire, incluant des candidatures communes et/ou – à minima – une répartition des circonscriptions. Nous savons que « La France insoumise » et le PCF ont déjà acté des candidatures. Mais nous ne pouvons pas nous résoudre à la division alors que les bases politiques pour un accord existent."

Fred Borras

 C'est la rédaction du blog qui a mis certaines parties en gras.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 18:09

De multiples  prises de position   donnent l'impression que l'histoire s'est arrêtée pour toujours.

  D'abord Macron qui reprend avec retard (c'est l'inconvénient des imitateurs) les thèses de Fukuyama,  de la dame de fer,  de Blair et de tant d'autres :  l' histoire a atteint son point culminant , les vieilles lunes (la lutte des classes par exemple) sont des vieilleries. Il n'y a pas d'alternative à mes propositions. Inutile de développer pour nos lecteurs tous les exemples pris dans le réel  qui contredisent cette autosatisfaction. D'ailleurs ce n'est pas Macron le plus dangereux pour ceux qui rêvent d' une société de l'humain d'abord.  Ce fidèle serviteur   des Rothschild et consort ne fera pas illusion longtemps et ne nous ferme aucune porte.  C'est clairement un ennemi intelligent  à combattre. D'ailleurs une partie de la droite comprend qu'il est un bien meilleur champion que Fillon qui a le défaut majeur d'annoncer ce qu'il va faire. Priorité au plus retors.

 L'adage de la Fontaine : mieux vaut un intelligent ennemi  qu'un sot ami s'applique ici.

  En effet un bien plus grand danger  nous menace : nous figer dans des stratégies de combat de type gauche plurielle qui ont prouvé dans le passé et à plusieurs reprises  leur vacuité. Après un discours de combat  du Bourget qui pourfend  la finance la romance de l'Elysée qui fait la part belle à cette même  finance pour le plus grand malheur de la majorité des Français et le plus grand bonheur de la fille à Le Pen    et surtout des riches.  Hamon et Filoche  en sont les avatars  les plus récents.

  Gérard Filoche Inspecteur du Travail militant mérite notre respect. Gérard Filoche qui prône une union Hamon-Mélenchon-verts appartient au passé. Non pas  que le rassemblement des gauches soit une erreur, rien ne peut se faire sans cette condition.

  Mais pas par un accord de sommet qui laisse de fait le PS hégémonique dans la gauche, avec ses deux faces indissociables, Macron et Hamon,  dont on peut deviner laquelle pèsera le plus au moment de gérer. La conséquence inéluctable de la proposition de Filoche : tous derrière Hamon. Avec des sondages qui tomberont à pic n'en doutons pas pour invalider  tous derrière Mélenchon. Si on veut fermer toutes les issues c'est comme cela qu'il faut s'y prendre.

  L'histoire n'a jamais été et ne sera jamais immobile.  Il va falloir inventer, mais certainement pas recommencer perpétuellement  à fabriquer la machine à perdre face au capitalisme rentier triomphant.

   Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 10:49

Pas bien sûr dans un pugilat ! Mais à ce qui se produit sur le terrain.   Le pathétique  spectacle du PS officiel  avec de faux électeurs et un faux candidat en est l'illustration. Faute de pouvoir agir sur la réalité on la simule.

Il fallait au moins  1 500 000 électeurs  on les fabrique.

Il fallait Valls mais la base n'en veut pas. Alors s'il est battu Valls se ralliera à Macron tout en prétendant pour le moment le contraire. Des centaines de notables élus l'ont précédé dans cette voie de garage.

 L'émergence d'Hamon est pour nous une bonne nouvelle. Non parce qu'elle amorce une solution : cette solution existe déjà et s'appelle Mélenchon et un candidat unique dans chaque circonscription.. Mais parce que l'éveil des consciences chez  les adeptes du vote dit utile de  renoncement par perte d'espoir devient visible, et que sans cela rien ne sera possible.

 C'est ça le réel et c'est très bien !

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 10:35

Nicolas Cossange secrétaire fédéral du PCF nous demande de préciser que le texte a vocation DEPARTEMENTALE et non pas seulement pour la 8 ème circonscription. La fédération de l'Hérault du PCF  s'engage  fortement dans une démarche de rassemblement   à la base. Les discussions de sommet ente le PCF et la France insoumise sont nécessaires et un rapprochement est le bienvenu. Nous saluons la rencontre constructive qui a eu lieu à Paris.

  Mais dans l'Hérault nous n'attendons pas les accords de sommet. Ne nous y trompons pas , il s'agit d'une avancée historique dans la déjà longue histoire du Front de Gauche. Pas de rassemblement étriqué mais un rassemblement large dans le respect des sensibilités y compris des partis  ;: nous sommes sur la bonne voie et l'Hérault donne un exemple à valeur nationale.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 14:52

Montpellier, le 18 janvier 2017

En 2017, la droite s'apprête à revenir au pouvoir après 5 ans d'un gouvernement social-libéral, radicalisée par sa concurrence avec une extrême droite dopée à la haine et au racisme. Face à cette situation catastrophique, un seul choix nous est possible : ouvrir à gauche et dans l’écologie la perspective d’une véritable alternative d’émancipation, qui donne espoir et remobilise les classes populaires aujourd’hui désorientées et en colère. Il faut pour cela un projet novateur qui réponde aux besoins d’égalité, de solidarité et de fraternité. Ce projet doit affronter les défis d’une mondialisation   dominée   par   la   finance   internationale,   et   proposer   un   nouveau   mode   de développement   anti-productiviste   et   une   refondation   de   l’Europe   face   à   la   montée   des nationalismes. Cette alternative doit donner de nouveaux pouvoirs aux salariés, renforcer le droit du travail, tout en s'engageant résolument dans la transition écologique et vers une 6ème République sociale et citoyenne.

Cette perspective doit s'incarner en 2017 dans un candidat qui puisse battre à la fois les sociaux -libéraux, la droite et l’extrême droite. D'où notre choix de soutenir Jean-Luc Mélenchon pour la  présidentielle. Les premiers mois de sa campagne sont encourageants, il faut maintenant qu’elle puisse transformer l'essai. Elle doit rassembler largement pour que la dynamique autour soit à lahauteur de l'enjeu.

Malheureusement, pour l'instant, nos forces sont éparpillées. Il n'y a ni campagne ni cadre politique commun. Il faut, comme lors du NON de gauche au Traité Constitutionnel Européen de 2005, agréger toutes les forces disponibles et surtout répondre aux exigences d’un fonctionnement plus horizontal et citoyen, portées notamment par la mobilisation contre la loi travail et Nuit Debout. C’est pourquoi nous proposons justement la mise en place d’un cadre commun de campagne, ouvert et pluraliste, susceptible de créer la dynamique de rassemblement nécessaire. Dans l'Hérault, nous proposons d'organiser deux meetings de lancement de cette campagne large, plurielle   :   l'un   à   Béziers   fin   février,   l'autre   dans   le   Montpelliérain.   Lors   de   ces   meetings présidentiels   pour   Jean-Luc   Mélenchon,   des   porte-paroles   nationaux   des   différentes   forces soutenant sa candidature seront invités à intervenir, montrant ainsi l'ampleur de la dynamique que nous voulons et devons construire pour changer la donne, renverser la table lors de ces élections de2017, à la présidentielle comme aux législatives.

Toutes les énergies doivent maintenant pouvoir être mobilisées, pour que Jean-Luc Mélenchon fassele meilleur score possible à la présidentielle et – qui sait – crée la surprise, bouscule la donne. Nous devons travailler sans relâche, pour que les électeurs ne se retrouvent pas aux législatives avec plusieurs candidat-e-s de la gauche progressiste et écologique. Partout dans le pays, nous devons concrétiser un front large, social et politique qui réunisse toutes celles et tous ceux qui veulent ouvrir un nouvel espoir à gauche et dans l’écologie, outil indispensable pour battre  les sociaux-libéraux, la droite et l’extrême droite.

Premiers signataires

Ensemble ! 34, PCF  34, Front Commun 34, Assemblée Citoyenne des 1ère et 8ème circonscription

Vous pouvez signer sur les divers sites, notamment celui de Nicolas Cossange

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 08:19

Nous publions seulement un extrait de l'édito le texte dépassant 8 pages. Nous tenons l'original à disposition de ceux qui le souhaiteraient.

Avoir l’honneur de représenter le peuple souverain, c’est aussi l’obligation de rendre compte de son action. Tel est l’objet de ce document conçu comme un outil d’information, mais aussi et surtout comme une mise en perspective politique de l’activité parlementaire des députés du Front de  Gauche

L’heure est grave au moment de tirer ce bilan. Nous avons pleinement conscience de l’état de souffrance de nombre de nos concitoyens toujours plus nombreux à être confrontés au chômage et à la précarité. Nous avons lutté avec nos armes, forcément trop limitées, pour que la voix des sans voix soit entendue, pour qu’une majorité et un gouvernement élus par la gauche respectent les principes et valeurs du peuple de gauche.

Et pourtant... L’effet de sidération n’est pas prêt de s’estomper face à la politique qui aura été menée durant ces années par ce gouvernement. Le peuple de gauche a assisté avec consternation à l’adoption d’une série de lois régressives sur le plan des libertés comme sur le plan économique et social. Malgré la mise en échec de la loi sur la déchéance de la nationalité grâce à notre mobilisation collective, ce quinquennat a été rythmé par des textes étrangers à tout idéal progressiste, qu’il s’agisse de la ratification du TSCG négocié par Merkel et Sarkozy, de la loi de transposition de l’Accord national interprofessionnel (ANI), du mal nommé « pacte de responsabilité », de l’irresponsable CICE, des iniques lois « Macron » et « El-Khomri »... Tous ces dispositifs ont exprimé une volonté de remise en cause de l’État social, et ce conformément aux désidératas du patronat. Des recettes néolibérales qui n’ont instillé ni une relance de la croissance, ni une inversion de la courbe du chômage.

Ultime trahison d’un pouvoir présidentiel qui avait placé son mandat sous le maître-mot de la priorité donnée à la jeunesse. Il termine son mandat sur un texte « El-Khomri » appelé à aggraver plus encore sa condition. La boucle est bouclée, la quadrature du cercle est parachevée, avant même la fin du quinquennat. Un président de la République élu par l’ensemble des forces de gauche s’est résolument engagé dans une politique économique rêvée par la droite et le MEDEF. François Hollande et Manuel Valls portent ici une lourde responsabilité historique devant le peuple de gauche, car ce sont leurs choix qui ont fracturé la gauche.

Le dogmatisme de l’exécutif l’a coupé du peuple et des progressistes qui l’ont mené au pouvoir. Face à ses dévoiements et à sa dérive idéologique, nous sommes restés fidèles à nos engagements, ceux d’une gauche mue par les valeurs de justice sociale, le développement durable et la solidarité internationale. Une ligne morale et politique pleinement assumée durant toute la législature et qui s’est traduite à la fois par une série d’initiatives et propositions législatives, mais aussi par un travail permanent de contrôle politique de l’action gouvernementale allant jusqu’au dépôt de motions de censures de gauche contre la politique gouvernementale. Ces dernières actions ont montré notre capacité à construire une alternative politique en nouant des rapprochements avec des forces issues de l’ensemble de la gauche anti-libérale. Une alternative progressiste à la politique austéritaire, libérale et identitaire du gouvernement actuel est possible. Il nous revient, avec d’autres, d’incarner et de concrétiser cette promesse !

André Chassaigne

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens