Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 08:02

Depuis l'assassinat de Samuel Paty et après une tentative espagnole malheureuse, Valls ressuscite.  "Il y a une partie de la gauche, l'islamo-gauchisme,qui a fait preuve d'une très grande complaisance à l'égard de l'islam politique."

Examinons cette déclaration qui a le mérite de la franchise, chose rare parmi les racistes  qui généralement se cachent derrière le porc au réfectoire, le foulard satanique ou la violence de la racaille.

    L'islam politique  n'est pas l'Islam. Donc Valls nous répondra qu'il n'est pas raciste. Mais la prestidigitation n'est efficace que si on regarde le manipulateur et non la manipulation.

   Mélanger assassins fanatisés et islam politique est la manipulation majeure.   Comme le blog défend l'idée que l'islam politique doit faire partie du rassemblement réintégrant les quartiers populaires  dans  la lutte globale, vous comprendrez qu'il se sente visé par "l'islamogauchisme".  Ce qui nous révolte  c'est que Valls en tire la conclusion que nous sommes complaisants avec l'islamisme qui est tout autre chose.

   C'est pourquoi il est si important de se mettre d'accord sur la laïcité de 2020 qui n'est pas celle de 1905 mais en garde l'essentiel : les églises sont séparées de l'état qui les reconnaît toutes, mais aucun citoyen n'est tenu  de se plier à une injonction étatique concernant sa pratique religieuse ou vestimentaire. Avant de s'en débarasser, le clergé français portait soutanes et lourds vêtements féminins discriminatoires sans que cela offusque personne.

 Comme Delafosse à Montpellier qui a refusé Samira sur sa liste parce qu'elle portait le foulard islamique, Valls refuse l'intrusion des couches populaires nouvelles dans la politique. En bon social libéral , il rêve d'une alternance tranquille où les pauvres se tiendraient sagement à leur place sous l'autorité de mentors éduqués qui savent ce qui est bon pour eux. Il est directement issu du XIXème siècle et des classes dangereuses qu'il faut contenir.

 Merci à lui de s'être lâché aussi sincèrement. Il nous montre la voie: faire le contraire ce ce qu'il souhaite, tout en sachant que c'est une voie difficile dans un milieu victime de toutes les discriminations, où une partie de la jeunesse est tentée par des raccourcis mortifères.

 Henri Ausseil

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 09:51

Les sous titres sont du blog, ainsi que le choix des extraits , le procédé "modéré"  restant toujours le même, une critique sévère  qui finit par  accepter...sans le dire.

Le Monde 07/11/2020

Jean-Claude Bardout, vice-président du tribunal judiciaire de Toulouse, auteur de L’Histoire étonnante de la loi de 1901. Le droit des associations avant et après Pierre Waldeck-Rousseau (Juris, 2001), resitue ce projet dans l’histoire tumultueuse des relations entre l’Etat et les associations.

La laïcité ne s'applique qu'à l'Etat , contrairement à la charte macronienne et les associations sont libres

L’Etat a le droit de surveiller, sanctionner et dissoudre une association si celle-ci commet des violences ou incite à la haine, autrement dit, si elle commet des crimes et délits. Depuis que la loi de 1901 existe, il y a toujours eu des associations qui, sous des objets pacifistes, ont attaqué la République ou fomenté des divisions. Il revient à la police et la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) de surveiller les associations, de vérifier ce qu’il s’y dit, d’analyser les documents produits et de signaler toute activité suspecte.

Je ne vois pas pourquoi on aurait besoin de « durcir » le contrôle ou de modifier la loi de 1901. Elle a fait l’objet de multiples réformes pour l’adapter aux évolutions de la société française.

En tant que citoyen, j’ai le droit d’adhérer à la religion de mon choix, de croire en Dieu ou pas, de choisir librement mes pratiques religieuses. Ce droit est garanti par la Constitution.

De même, une association a le droit de se référer à des convictions religieuses. On ne peut lui imposer la laïcité. En revanche, les services et les fonctionnaires de l’Etat doivent respecter le principe de laïcité : ils ne doivent pas favoriser ou discriminer une religion ; ils doivent garder une neutralité.

La loi de 1901 est une loi positive, qui fait confiance au citoyen : l’association est libre ; elle est composée de deux personnes au moins ; elle n’a pas besoin d’autorisation préalable ; elle comprend la liberté de s’organiser librement, d’adhérer et de ne pas adhérer et de démissionner. C’est une forme tellement simple, qui s’adapte à une multiplicité d’objets entre la solidarité, le social, la culture, le sport… Si la loi de 1901 a résisté au temps, cela ne s’est toutefois pas fait sans heurts. Entre 1940 et 1944, le régime de Vichy a démantelé les associations pour retourner à l’ordre corporatiste.

La loi de 1901 a ensuite été rétablie à la Libération par le Conseil national de la Résistance. Constitutionnalisée en 1971, protégée par la Cour européenne des droits de l’homme, la liberté d’association est aujourd’hui bien protégée dans notre ordre juridique.

Pour qu’une loi soit possible en 1901, il a fallu une volonté politique forte, celle du président du Conseil, Pierre Waldeck-Rousseau (1846-1904). Sa connaissance approfondie de l’histoire de France lui a permis de puiser dans la tradition associative tous les éléments positifs que la République allait faire renaître. Il a fait de l’association une petite république, une école de la démocratie.  ..L’association libre, c’est vraiment une petite république : l’adhérent garde toute sa liberté individuelle. L’autre invention géniale de Waldeck-Rousseau a consisté à limiter l’objet de l’association, afin d’éviter qu’elle se ferme et qu’elle devienne antirépublicaine.

Ainsi, l’association a toute la liberté d’organisation, mais son objet ne peut pas être total. Par exemple, une association peut avoir un objet culturel ou sportif, mais elle ne peut pas avoir pour objectif  l’organisation de la vie de ses membres. Ce n’est pas une secte, ni une communauté fermée.

La loi de 1901 a instauré un régime de liberté pour les associations, tout en imposant un régime d’autorisation préalable aux congrégations religieuses. Celles-ci devaient obtenir l’autorisation de l’Etat.  Cahin-caha, les cultes catholique, protestant et juif ont ainsi défini leur place face à l’Etat. La même démarche n’a pas été faite avec le culte musulman, d’où le grand besoin actuel de négociation et de dialogue.

Le rétropédalage : l’État est dans son droit  dans les batailles mémorables

Le Monde : Peut-on comparer la volonté des gouvernements de lutter contre les associations sous l’emprise des réseaux fondamentalistes au combat des parlementaires contre l’influence des congrégations religieuses, au début du XXe siècle ?

Oui, cette comparaison peut être faite. La laïcité, en vertu de laquelle nous pouvons vivre en paix, ne s’est imposée qu’au terme de batailles mémorables, y compris par l’emploi de la force : que l’on songe à l’envoi de l’armée dans les églises pour imposer le recensement des objets du culte, la dissolution manu militari de certaines congrégations et l’expulsion de certains congréganistes dans les colonies.

Mais l’essentiel était dans le débat idéologique et la construction juridique, qui ont permis finalement à chacun de trouver sa place, de s’apprivoiser mutuellement, en dépit des principes revendiqués qui semblaient inconciliables.

Ce travail d’apprivoisement, que Napoléon Ier avait commencé par l’Eglise romaine, le Consistoire protestant, le Grand Sanhédrin juif, n’avait pas été mené avec la religion musulmane. Par la suite, la IIIe République s’était bornée, dans les colonies, à la coexistence entre l’Etat et la religion, la loi de 1905 ne s’y appliquait pas. La loi de 1901 et celle de 1905 constituent cependant un cadre valable et solide, pour toutes les religions et tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions.

Le travail de dialogue et de construction est loin d’être achevé. Il passe par la confrontation des principes et des idées. La République est légitime pour imposer à tous un cadre commun. Dans ce cadre, la liberté d’association constitue la meilleure des garanties contre les obscurantismes et les embrigadements délétères

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 10:32

Le président de la République a annoncé, le 2 octobre, qu’un projet de loi sera présenté en conseil des ministres, le 9 décembre, « pour renforcer la laïcité et consolider les principes républicains ». Emmanuel Macron a indiqué que, pour les associations, « les motifs de dissolution en conseil des ministres seront étendus aux atteintes à la dignité de la personne et aux menaces physiques ou psychiques » et que « toute demande de subvention sera conditionnée à la signature d’un contrat de respect des valeurs de la République ».

Cette décision a un avantage. Comme le serment à Pétain elle établira un clivage clair entre ceux qui approuvent et ceux qui refusent la nouvelle définition  de la laïcité, ne s'appliquant plus à l'état mais aux particuliers.

Beaucoup de ceux qui  ont prêté le serment à Pétain à une époque  où celui-ci faisait illusion, en sauveur de la France et rempart contre les nazis, l'ont beaucoup regretté après. Avis aux amateurs.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 06:07

Deux grandes pages dans l'Huma nous rappellent les grandes heures de l'Islam. Tant que la route de la soie n'a pas été coupée par les Vénitiens et les Portugais, la civilisation musulmane a été exceptionnellement brillante, nous léguant le chèque, le sextant, les azimuts, l'alcali, l'irrigation, un islam des lumières brisé net par la colonisation qui a suivi l'effondrement économique.

 L'Islam ne se résume pas au djihad et aux assassins comme on voudrait nous le faire croire.   Ce qui pose problème c'est qu'une religion  regroupant 6 millions de Français n'ait pas encore trouvé sa place, et que l'état français tolère les interventions de puissances étrangères comme cela existait au XVI ème siècle pour les chrétiens.  La mascarade du conseil français du culte musulman de 2003, les récupérations de Macron prouvent une grande responsabilité des pouvoirs publics, mais les dirigeants musulmans ne sont pas  sans reproches.

  Deux pages passionnantes  qui tombent bien. Il est président de la fondation de l'Islam en France et membre du conseil des sages de la laïcité, président de la conférence mondiale des religions pour la paix.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 07:16

D'un très long article diffusé par l'AFP et en partie Mediapart  , le blog extrait les passages suivants

« Le discours majoritaire des médias faisant état d’une école qui serait assaillie par les islamistes est un discours qui se fait peur. Mais vu de l’école, ce n’est pas du tout ce qui fait problème, affirme la directrice de recherches au CNRS Françoise Lorcerie. Depuis 1989, et la loi d’orientation de Lionel Jospin, les écoles ont toutes appris à rapprocher les enseignants de leurs élèves, et des familles. Le confinement l’a d’ailleurs montré… L’école a de vrais problèmes, mais pas forcément ceux que l’on croit. »

Pour sa thèse de sociologie, Valérie Orange a mené une quarantaine d’entretiens au long cours (dits « qualitatifs »), répartis sur une vingtaine d’établissements de l’académie d’Aix-Marseille, entre 2016 et 2017.

« Dans ce travail, il est tout à fait frappant par rapport au discours ambiant de voir que les tensions liées à l’islam ou la laïcité sont peu nombreuses », explique-t-elle à Mediapart. Et quand elle rencontrait plusieurs enseignants de la même équipe, « c’était toujours le même exemple grave qui revenait ».

« La question des caricatures, du rapport à l’islam cristallise dans les salles des profs et les Inspés [les centres de formation des profs – ndlr],. Mais avec les élèves, dans les écoles primaires où nous sommes allées, ce n’était pas du tout conflictuel. Nous n’avons pas constaté de tensions : cela discute énormément en classe, mais de manière apaisée. »

Les derniers rapports officiels le disent aussi. Les données des équipes « Valeurs de la République » mises en place dans toutes les académies pour veiller aux atteintes à la laïcité indiquent que, sur l’ensemble du territoire, 935 signalements ont été comptabilisés sur l’année scolaire 2019-2020. Un chiffre en baisse par rapport à 2018-2019, mais l’année a été amputée du fait du confinement. Il reste de toute façon très faible au regard des 12,3 millions d’élèves en France.

Les signalements sont concentrés dans certaines académies (avec, en tête, Créteil, suivi de la Normandie, de Toulouse et de Versailles), et 45 % des faits recensés ont eu lieu au collège (37 % en maternelle/primaire et 18 % au lycée). Dans la majorité des cas, les atteintes à la laïcité sont le fait d’élèves (57 %).

Elles recouvrent, toujours selon la même source, des formes très différentes : le port de signes ou de tenues à connotation religieuse ; la contestation d’enseignements (« remise en cause de la laïcité lors de la présentation de la charte de la laïcité ; refus de suivre le thème du programme d’histoire-géographie de 5e intitulé “Chrétientés et Islam (VIe-XIIIe siècles), des mondes en contact”, évitement du cours de natation ») ; des propos, insultes ou bagarres « sur des arguments religieux », ou des absences prolongées pendant les fêtes religieuses, etc.

Un sondage de l’Ifop pour le Comité national d’action laïque (CNAL) en 2018, auprès de 650 enseignants du public exerçant du primaire au lycée, avait aussi montré que les atteintes à la laïcité, quoiqu’en augmentation, étaient très minoritaires dans l’Éducation nationale et que, dans 98 % des cas, « le dialogue a permis de régler les problèmes ».

Il y a bien instrumentalisation du point de vue du blog : mettre en valeur des évènements terribles  mais ultra minoritaires pour faire croire à une guerre civile dans l'école publique française. Et nous pensons que cette instrumentalisation peut créer ce qu'elle prétend combattre, la suite le prouvera ou l'infirmera, les études citées datant d'un ou deux ans.

 Elle est  donc dangereuse.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 18:14
  Jeudi dernier, c’est la société de la Légion d’honneur qui a été la première association montpelliéraine à approuver ce rappel à la loi. Un geste salué par le général Elrick Irastorza en personne.
L’ancien chef d’état-major résidant à Castries estimant qu’en "dépit des critiques de quelques hurluberlus professionnels, Michaël Delafosse a tenu le cap. Gageons qu’il sera désormais suivi"

Hurluberlu :  personne  extravagante qui agit d'une manière bizarre, brusque, inconsidérée  nous dit le Robert.  Nous avons eu beau chercher nous n'avons trouvé aucune formation  conduisant au métier d'hurluberlu professionnel.  Certes le mot a vieilli, mais on peut toujours compter sur certains  généraux français pour avoir une guerre de retard. Cette formation existait peut être dans le passé.

  Et la société de la Légion d'honneur voudra bien nous excuser mais la charte n'est  pour le moment pas une loi mais un fragment de loi en préparation. Pour le moment la seule loi sur  la laïcité est celle de 1905. Elle a donc dit une grosse bêtise.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 10:03

A une heure de grande écoute Kissous et Naciri ont eu la parole. A vrai dire  elle a  été tronquée .

- le fait qu'il est surprenant que Delafosse, socialiste, veuille être le premier à faire signer la charte alors qu'elle fait partie de la loi du séparatisme de Macron a disparu corps et bien.

- Que l'association Saint Roch soit subventionnée alors qu'elle organise messe et procession religieuse (contraire à la laïcité) aussi.

Mais il y avait l'essentiel : la nouvelle charte est inutile et est un outil de stigmatisation des musulmans . Et le collectif qui s'y oppose défend l'honneur de la gauche, mais ça c'est le blog qui le dit.

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 07:25

La manière  dont est évoqué l'atroce assassinat d''un professeur  pour délit de liberté d'expression dans la France des droits de l'homme est hautement significative.

   Le New York Times politiquement correct ne retient que l'exécution du meurtrier par la police, l' assimilant  aux noirs assassinés aux USA. Cette méconnaissance des faits traduit le  désintérêt pour ce qui n'est pas américain, un peu comme Trump traite Macron de premier Ministre.

   L'AFP parle d'un russe tchetchène de 18 ans, omettant de préciser qu'il vit en France depuis 12 ans, qu'il a quitté la Russie à l'âge de 6 ans, que son cursus scolaire s'est déroulé en France, comme pour les assassins de Charlie hebdo.

  Certains bons apôtres glissent que le blasphème devrait être interdit  ce qui est une façon d'attaquer la liberté de penser. La professeur aurait  sa part de responsabilité. Si on était plus prudents cela ne se produirait pas.  S'attaquer au problème, ce que souhaite le blog, n'est pas transiger sur le principe de laïcité.

   Macron et la police font semblant de croire à un crime terroriste, ce qui impliquerait  une filière islamiste.  Des comparses sont entendus. L'hypothèse la plus probable est un milieu délétère , le père ayant menacé l'enseignant.

  En même temps un nouveau "Je suis Charlie" mystificateur se prépare auquel nous ne nous associerons pas plus qu'au précédent, qui n'a été suivi d'aucune mesure concrète.

  Mais pour nous l'interrogation majeure, comme pour Charlie Hebdo, demeure : un jeune éduqué en France,  qui avait le droit d'y vivre  jusqu'en 2031 n'a été en aucune façon intégré.   Comme ils sont des milliers dans ce cas , qu'on a même inventé un mot , "radicalisés" ,  ( un radical jusqu'à présent c'était tout autre chose ) cela devrait mériter réflexion.

  Le blog rejette les fous de dieu sous  toutes les formes,  l'état n'a pas à plier devant la religion et les gens qui ont d'autres conceptions encore moins.  Mais pour qu'un jeune de 18 ans ne voie que cela comme issue, il faut bien que la société soit en état de décomposition avancée.

    Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 10:17
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 13:02
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens