Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 10:52

La crise sanitaire, économique et sociale qui est celle du coronavirus a des effets ahurissants.

 Le Maroc très dépendant du capitalisme rentier et dirigé d'une main de fer est un pays qu'on aurait pu imaginer parmi les victimes désignées.

   Mais il possède une multitude d'usines sous traitantes attirées par les bas salaires,   et le dirham convertible , une population industrieuse et instruite et un état fort  qui peut parfois avoir de bonnes idées. Et aucune rente pétrolière ne donne de fausses facilités.

  L'état d'urgence sanitaire  date  du 20 mars et le confinement du 25 mars. Le bilan actuel peut faire pâlir d'envie les Etats-Unis et la France. Une dizaine d'usines textiles  mobilisées fabriquent des millions de masques, la protection (obligatoire depuis le 7 avril) est disponible dans 72 000 points de vente, il n'y a aucune pénurie de gel, fabriqué sur place. Plus de 12 000 chambres d'hôtel (le tourisme est au point mort) sont mises à disposition des soignants  depuis  le 25 mars. Des aides médiocres mais non ridicules  sont accordées aux chômeurs et artisans-commerçants.

 Pour une surprise c'est une surprise !  Ce n'est pas le moment de rester enfermés dans nos certitudes et  au contraire d'examiner le monde comme il va.

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 06:30

Le 21 avril, des affrontements ont éclaté dans la ville de Qamishly entre les Kurdes Asayish, une force de sécurité des "Forces démocratiques syriennes" (armée kurde), et les Forces de défense nationale progouvernementales. L'escalade  serait le résultat de désaccords entre des kurdes locaux plus favorables à Damas  et les Asayish.  Le groupe kurde Asayish  essaie d'établir le contrôle total de la ville et n'aime pas le fait que le gouvernement de Damas y soit fortement soutenu. Au contraire certains Kurdes considèrent comme une trahison des intérêts nationaux syriens la  coopération ouverte avec  les États-Unis.  Si cela persiste  , c'est un blocage puisque l'unité future  de la Syrie est en jeu.

L'autoroute M4 est toujours bloquée, l'accord russo-turc n'existe pas.

Tard le 20 avril, l'armée de l'air israélienne a effectué des frappes aériennes sur plusieurs cibles prétendument iraniennes dans la province de Homs.   Certaines des frappes israéliennes ont atteint leurs cibles. Les 3 morts annoncés sont syriens. Netanyahou souffle sur les braises  et finira par brûler son peuple qui ne l'a "élu" que grâce à la trahison de Gantz.

Tiré de South Front.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 06:09

 L'ensemble de la communauté internationale  doit au préalable imposer au maréchal Khalifa Haftar de revenir aux positions qu’il occupait sur le terrain militaire avant le 4 avril 2019, date où il a engagé son assaut sur la capitale Tripoli»,selon le  gouvernement pro américain. Ce préalable n'estpas de nature à favoriser une négociation véritable.

Du côté de la "communauté" internationale ce n'est pas si simple. L’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la France, soutiennent  clandestinement Haftar.

 Pour corser l'affaire , l'Algérie  (en principe opposée à Haftar)  a échoué à faire nommer son représentant à la tête de la mission de la pauvre ONU qui joue les utilités ... à cause de l'opposition de   Trump. Et la  Turquie est contre Haftar mais pas avec les américains.

  De cet  imbroglio  se dégage une forte odeur de pétrole...  et de guerre perpétuelle, au moment où le prix du pétrole est au plus bas. Mais il y a cet énorme gisement de gaz en mer découvert, pour le plus grand malheur du peuple libyen.

Partager cet article
Repost0
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 08:53

Poutine et Erdogan continuent leur dialogue de demi sourd qui prouve l'importance de toute négociation préférable à l'affrontement.

   Ils se sont longuement téléphoné mardi 21 avril et la Russie donne sa version du contenu

"Les Présidents russe et turc ont échangé en détail leurs vues sur la situation en Syrie, y compris les progrès dans la mise en œuvre des accords sur la zone de désescalade d'Idlib...  La nécessité de respecter sans condition les principes de souveraineté et d'intégrité territoriale de la République arabe syrienne a été réaffirmée. La Russie et la Turquie ont également souligné l'importance d'une collaboration plus profonde par les voies militaires et diplomatiques."   Si on le réaffirme c'est que cela ne va pas de soi.
La discussion a porté sur un ensemble de questions liées à la propagation de la pandémie de coronavirus. Ils se sont mis d’accord pour intensifier les efforts communs de lutte contre l'infection, notamment par le biais des ministères de la Santé et d'autres entités spécialisées" . C'est la moindre des choses.
Mais un peu  de confiture   s'est ajoutée au plat un peu trop amer " Les dirigeants des deux pays ont également abordé les questions d'actualité de la coopération entre la Russie et la Turquie, en particulier dans le domaine économique et commercial,   y compris la mise en œuvre de projets conjoints dans le domaine de l’énergie nucléaire, dans les secteurs agricole et des transports". Dans toute négociation, ce que Trump oublie trop souvent, chacun doit gagner quelque chose , et la Turquie construit un gigantesque canal remplaçant le Bosphore trop étroit et dangereux qui fera d'Istanbul un des plus grands ports du monde ,  vend beaucoup de fruits et légumes  à la Russie et a besoin d'électricité et de gaz.
A suivre.
Partager cet article
Repost0
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 08:35

Le satellite Nour (Lumière en persan) lancé  avec succès par l'Iran  le mercredi 22 mai, à partir du lanceur à deux étages Qassed depuis le désert de Markazi , a  orbité autour de la Terre à 425 km, selon le site des Gardiens de la révolution. Ce ne sont pas des choses que l'on peut inventer, l'espace étant étroitement surveillé.

 Les médias vont hurler au loup, comme si un pays frappé par le blocus, menacé de toutes parts y compris par l'irresponsable Netanyahu et  son comparse Gantz, n'avait pas le devoir de se défendre. L'Iran face à un racisme inconscient qui l'estimait incapable de conquérir l'espace (de nombreux échecs ont précédé ce succès)   a répondu avec éclat.

   Mais celui qui a ouvert la boîte de l'escalade c'est Trump. Rappelons qu'un accord avait été trouvé, avec levée du blocus, et que c'est Trump qui l'a rompu , et non l'Iran. La paix exige la négociation , non le diktat.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 07:37

Le 18 avril au matin, des combattants  de l'Etat islamique dans la péninsule du Sinaï ont attaqué un convoi de plusieurs véhicules blindés Humvee,  égyptiens dans la partie nord de la région.

Les islamistes  ont  confirmé leur  responsabilité dans l'attaque dans un communiqué publié par leur  agence de presse Amaq. Deux Humvees auraient  été détruits et plusieurs militaires égyptiens tués.

  C'est  la réponse aux bombardements égyptiens et la preuve qu'il y a bel et bien  des islamistes, longtemps tolérés pour des raisons inavouables et devenus brusquement indésirables.

  La réponse aussi à une autre question qui ne concerne pas que l'Egypte : est-il rationnel de protéger plus ou moins clandestinement les islamistes pour d'obscures raisons d'état ? Un jour ou l'autre on paie la note.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 07:33

Un entretien russo-palestinien a eu lieu  vendredi 10 avril à l’initiative de la  partie palestinienne, Sergueï Lavrov et le Premier ministre Mohammed Shtayyeh ont échangé leurs points de vues . Il en résulte le communiqué suivant :  «Des préoccupations mutuelles ont été exprimées au sujet des actions unilatérales visant à saper les décisions de l'Onu et de l'Initiative de paix arabe. Dans le même temps, la tâche primordiale est de restaurer l'unité nationale palestinienne sur la base politique de l'Organisation de libération de la Palestine». En langage diplomatique "exprimer ses préoccupations"  est le  niveau le plus bas  dans l'échelle de Richter des communiqués et ne mange pas de pain. Qui ne serait préoccupé?   Mais aucune initiative commune n'en découle, sinon  une allusion sardonique  à  la proposition de  paix arabe  de 2002 à l'initiative de l'Arabie Saoudite dont tout le monde connaît la neutralité   penchant un peu vers l'occident,( ce que Lavrov connaît par coeur)  , initiative dont les effets depuis 2002  ne se font sentir que dans les communiqués préoccupés.

 Comment oublier le rôle de l'autorité palestinienne pendant 7 ans  lorsque les camps de refugiés palestiniens en Syrie ont pris parti contre Assad et ont dû être reconquis par l'Armée syrienne et l'aviation russe?  C'est à ce moment là, lorsqu'il y avait quelque chose à négocier que des entretiens auraient pu être fructueux. Le choix stupide fait  par ses    dirigeants  du seul  parapluie américain  n'a pas fini de faire des dégâts et d'isoler un peuple martyr.

  HA

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2020 6 11 /04 /avril /2020 07:05

Autrefois, lors des jeux d'enfants, le vaincu pouvait dire pouce et le jeu s'interrompait. L'Arabie Saoudite fait semblant  de réinventer cette règle du jeu naïve. En difficulté, elle a unilatéralement  présenté un cessez-le-feu dans la guerre qui  l'oppose aux  Houtis  yéménites , alliés de l’Iran, une  guerre  et qui a fait 100.000 morts, ce qui relativise les effets possibles du coronavirus.  Mais  les  Houtis n’ont absolument pas consenti à cet arrêt des hostilités. Au contraire, leurs représentants ont confirmé publiquement que les combats continueraient tant que Riyad n’aura pas levé  le siège .

   Les experts médiatiques  incriminent le coronavirus et le besoin de souffler de l'Arabie Saoudite. C'est oublier le lent retour en grâce d'Assad dans la ligue arabe, l'Egypte qui se met à  bombarder au Sinaï les protégés de Salman, le repli américain en Afghanistan et en Irak, le conflit né de l'irruption du l'huile de schiste américaine, l'assèchement du trésor le mieux garni quand on vit au dessus de ses moyens.  C'est à dire un irrémédiable basculement dans le rapport des forces au Moyen Orient.

Le blog émet  donc une autre hypothèse. L'Arabie Saoudite se prépare à capituler en sauvant les apparences et à cesser d'intervenir. Ce serait une bonne nouvelle.

​Le coût de cette guerre était tout de même très important pour le royaume saoudien, qui a investi à coups de milliards de dollars dans du matériel militaire qu’il n’avait pas l’expérience d’utiliser. Riyad a donc profité de l’appel lancé le 25 mars par Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies (Onu), à suspendre les hostilités, au moins durant le temps de la pandémie de Covid-19.

Premier cas de coronavirus officialisé au Yémen

Une perche qui tombe à pic pour les dirigeants saoudiens, qui ne peuvent temporairement pas rester empêtrés dans les sables mouvants yéménites. D’autant que, comme le rapporte le New York Times, 150 membres de la famille royale auraient contracté le Covid-19. Un problème majeur, car les postes clés du pays sont occupés par des Saoud. Néanmoins, l’Arabie saoudite n’a pas totalement renoncé à ses objectifs yéménites. Comme l’explique Fayçal Jalloul, le Yémen est de la plus haute importance stratégique pour le royaume:

 

«Le père fondateur de la dynastie Saoud, Abdelaziz Ibn Saoud, disait à sa descendance: “votre bien vient du Yémen, et votre mal également.”»

Selon l’expert donc, ce cessez-le-feu ne devrait être qu’une courte parenthèse et les combats devraient reprendre une fois l’épidémie passée. D’une part, parce que le Yémen est un pays dans la zone d’influence directe de l’Arabie saoudite et qu’elle ne peut se permettre qu’une autorité hostile contrôle le pays, mais aussi, car ce pays se pose en puissance régionale et que sa crédibilité militaire est en jeu. Le Royaume ne peut s’avouer vaincu face à une guérilla infiniment moins bien équipée que lui. Le conflit que l’Onu a qualifié de «plus grave crise humanitaire au monde» n’est donc très certainement pas près de s’achever et le calvaire que vivent les civils yéménites depuis cinq ans non plus.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 07:49

Afin d'éclairer lecteurs et lectrices sur les enjeux liés à l'OMS et au coronavirus nous utiliserons ici un excellent article de "Science au présent" qui n'est pas l'organe du PCF, publié par Encyclopedia Universalis.

    *    Le Tamiflu, médicament commercialisé  par le laboratoire Roche et prétendument antigrippal  a vu  ses essais cliniques réalisés par un laboratoire subventionné par Roche et ils n’ont jamais été publiés.Les effets réels du Tamiflu sur les épidémies de grippe n’ont donc jamais été prouvés. Mais  le secrétaire à la Défense de G. Bush, Donald Rumsfeld a été de 1997 à  2001   Président  du conseil d’administration de la société Gilead inventrice du Tamiflu.  Il possédait en 2005 17 millions de dollars  d’actifs de cette société. Or l’armée américaine  a acheté des millions de doses pour une valeur de 1 milliard de dollars. Les instances de l’OMS pas plus regardantes en ont acheté pour  prévenir une pandémie de fantastiques quantités.   La collusion se chiffre en milliards de bénéfices  et s’apparente à l’escroquerie en bande organisée, sans dommage pour personne, sauf les contribuables. La collusion Etat ou instances internationales et privé est éclatante. Pour les malades une aspirine aurait aussi bien fait l’affaire. 

   *    Avant 1970 et depuis sa création l'OMS intervenait directement dans les pays les plus pauvres, suppléant aux carences des états concernés, notamment par la vaccination et la médecine préventive.   Aprè 1970 et par dérives successives l'OMS  s'est intéressée au coût  , aidant les états capables de faire un effort , ce qui pose clairement le problème de la rentabilité du système de santé. C'est l'alignement sur les impératifs du  capitalisme rentier triomphant.

Evidemment, dialectiquement, l'OMS n'est pas que çà heureusement. Mais les propos menaçants de Trump deviennent plus compréhensibles. Et si là comme ailleurs , l'hégémonie en prenait un coup ?

Partager cet article
Repost0
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 17:26

Non qu'il soit malade. Mais ses extravagances ont   lassé l'armée. Il a par exemple déclaré  à propos du confinement "on ne peut pas  arrêter une usine de voitures parce qu'il y a des morts sur les routes".  La droite avait besoin d'un aventurier pour oser mettre Lula en prison et gagner les élections,  mais il est désormais  gênant.  Par un coup d'état à bas bruit, le premier ministre, un militaire, devient de facto chef de l'état et Bolsonaro  une utilité, ce qu'il est probablement depuis le début.

 Le virus a donc une autre capacité, il détruit les faux semblants, fait apparaître  Bolsonaro comme une marionnette de l'armée et le Brésil comme un pays qui n'a pas exorcisé ses démons.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens