Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 13:10

Trois programmes d'aménagements supplémentaires (pour un montant total de 5,1 millions d'euros hors taxes) ont donc été validés ce mercredi par le conseil de Métropole pour juguler les débordements de la Mosson et du Rieumassel.

A Grabels, , les travaux consisteront à l'agrandissement du bassin de rétention existant et de la suppression de quatre goulets d'étranglement. Ils devraient permettre de réduire de 50 à 105 centimètres les hauteurs de submersions pour des crues d'une violence équivalente à celle d'octobre 2014.

A Juvignac, la solution consiste en la construction d'une digue de 460 mètres en amont de la RN109 et de la réalisation d'un bassin de rétention. Une sécurité supplémentaire de 50 cm sera observée pour correspondre aux hauteurs de la crue historique de 1933 qui était supérieure à celle de 2014.

Enfin, pour protéger le stade de la Mosson, les réseaux connectés à la rivière seront obturés et les vides sous la tribune seront fermés par un rideau de palplanches de 100 mètres de long et 3 mètres de haut.

Partager cet article
Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 10:54

Les remarques sur ce plan qui l'annulent sont probablement fondées, ce n'est pas à nous d'en juger. Ce que nous pouvons dire c'est qu'un nouveau retard va être pris.

La notion d'utilité publique est née parce qu'il arrive qu'une construction nécessaire à tous peut pénaliser un certain nombre de personnes. Il faut peser l’intérêt par rapport aux dommages.

Dans notre système de plus en plus individualiste à courte vue , nul ne doit être pénalisé, du moins les décideurs surtout s'ils sont élus se veulent consensuels. Du coup un temps infini s'écoule avant qu'un problème soit résolu.

Il est facile de supprimer la décharge de Fabrègues ou les travaux du Vidourle. Mais cela ne supprimera ni les ordures , ni l'eau des crues.

un juste dédommagement est légitime pour les gens lésés, des mesures importantes contre les nuisances aussi, mais un droit de véto qui conduit à l'immobilisme est une catastrophe pour l'avenir.

Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 19:18

L'ASPRI, association très active sur le sujet a obtenu qu'un représentant du Département vienne informer les riverains sur les possibilités de renforcement du méandre du Lez aux premières cabanes et aux Quatre vents. Ils ont appris que le Département n'avait pas la compétence pour les berges, selon la méthode éprouvée du ping pong dont nous serions la balle.

Il faudra savoir qui est compétent, en s'adressant au Maire et au Préfet !

A noter l'intelligente réaction de riverains du Vidourle qui ont manifesté contre le bassin de rétention. Ils ont peur des moustiques. Nous leur conseillons un peu de bon sens : la crue centennale est plus dangereuse .

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 09:02

Nous avons interviewé la délégation de l'ASPRI reçue par le Maire de Palavas, qui a exposé ses demandes et obtenu quelques réponses satisfaisantes et d'autres qui le sont moins.

Commençons par les bonnes nouvelles. les services techniques sont désormais dotés de trois pompes transportables de secours et de deux groupes électrogènes également transportables. Lors d'épisodes limités ce matériel peut remplir d'énormes services dans les quartiers. Une deuxième pompe fixe suppléant la première insuffisante sera installée rue des Flamants roses, en même temps que le réseau électrique est sécurisé. Les riverains respirent .

Le bureau d'études chargé de donner un avis sur la troisième ligne d'urbanisation avenue Saint Maurice a refusé de la cautionner. Oralement le Maire déclare renoncer à cette troisième ligne. Attendons une confirmation officielle d'abandon du projet pour nous réjouir , les promesses n'engageant que ceux qui y croient. Les propos du Maire en Conseil municipal avaient été d'une obscure clarté. Il avait annoncé l'avis défavorable du cabinet d'études ... et tout le bien qu'il pensait du projet.

Sur un plan de gestion de la source à l'embouchure le Maire s'est réfugié derrière l’hostilité politique du Préfet essayant de déplacer le problème vers une opposition droite-gauche. La délégation a refusé de s'inscrire dans ces balivernes, il n' y a que deux camps : ceux qui veulent des dépenses publiques pour remédier aux crues dangereuses et ceux qui n'en veulent pas pour diminuer les dépenses publiques.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 08:49

Le nom de PAPI 2 (plan global de prévention élaboré par l'Etat et les collectivités) est usurpé : les vrais papis se préoccupent de leurs petits enfants. 165 villas de Lattes et deux lotissements de Fabrègues protégés par des digues comme ambition entre 2016 et 2020 ! Tant mieux pour eux, mais c'est peu !

Guy Reverbel a sauvé l'honneur de la commune de Palavas jusque là absente du débat, en protestant vigoureusement. L'action de l'ASPRI n'y est pas étrangère. La seule petite mesure qui concernait la commune a été supprimée. Heureusement la rénovation du canal du Rhône à Sète (qui n'a rien à voir avec le PAPI ) améliorera d'ici là en principe les circulations d'eau. Donc rien en amont pour réguler le départ des crues, rien en aval pour gérer les niveaux de la mer et des étangs en cas de tempête.

Les "axes" sur le papier ne manquent pas dans ce PAPI . Ce qui manque ce sont les actes ! Qu'on ne compte pas sur nous pour plier l'échine.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 08:13

Sans que le hasard y soit pour rien, le Var et la Côte d'azur sont fortement touchés par les épisodes climatiques exceptionnels. C'est là que les terrains sont les plus chers, la spéculation immobilière la plus acharnée, les élus les plus réactionnaires et complaisants. Les victimes, elles, sont dans les zones les moins chères , autrement dit les plus pauvres, à Mandelieu et non sur les collines friquées. Tout est bon pour lotir , mais pas pour en tirer les conséquences , car cela obligerait à dépenser.

Si notre compassion va aux victimes , notre mépris est grand pour le maire de Cannes , responsable au premier chef, qui reporte la responsabilité sur "l'indiscipline" de ces malheureuses victimes.

Oui, la question de la prévention est un problème politique, plus tôt les habitants de notre région littorale le comprendront, mieux ce sera pour eux.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 05:29

Une grosse averse a suffi pour frapper pour la troisième fois en six mois l'entrée côté étang de la rue des flamants roses, y compris paraît-il le garage où le toujours maire conserve ses automobiles de collection. En cause la pompe qui marche seulement par beau temps mais pas seulement . D'autres zones ont été touchées. Il faudra bien se décider à financer une étude sur les causes de cette fragilité nouvelle, puis trouver l'argent pour y trouver remède. Et pas seulement l'argent des Palavasiens. Sans préjuger du résultat on peut penser que l'amont et aussi concerné. Mais notre tartarin local également qui gère la commune depuis 25 ans.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 10:58

Une étude liée au rapport demandé par Ségolène Royal indique que à Palavas si le niveau de la mer hausse de 33 cm (entre 1901 et 2011 la hausse moyenne a été de 1,7mm/an mais a tendance à s'accélérer à 3,2mm/an) l'eau salée inonderait certaines rues et avec 1m toute la station. En cas de tempête cette hausse peut exister provisoirement dès à présent.

Les habitants des Pays Bas vivent bien plus bas , à 20 m en dessous du niveau d'une mer à marées fortes. Mais ils ont su s'adapter. Il faudra bien que nos élus en prennent conscience.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 07:51

C'est le Préfet qui a la responsabilité du PPRI et non les élus. Encore faut-il qu'il ne s'incline pas devant leurs désirs.

Nos lecteurs savent que le PPRI (Plan de Prévention des Risques d'Inondation) actuel est aberrant. Il permet l'urbanisation en zone inondable, pour le plus grand bonheur des promoteurs et le plus grand malheur des habitants de l'avenue Saint Maurice notamment. De plus , même insuffisant, il ne s'applique pas puisque le Maire s'obstine à refuser le Plan Local d'Urbanisme qui intégrerait les risques et conserve contre la loi commune un POS qui ne les intègre pas.

Le PPRI va être révisé. Espérons qu'il suivra la carte d'aléas et non les appétits immobiliers. Ce sera aussi le bon moment pour imposer le PLU au Maire qui peut encore faire traîner si on ne le secoue pas ... et si les futures élections le laissent en place.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 07:27

Au niveau du club d'éducation canine, situé entre la petite route vers Carrefour Market et le Lez , sur une largeur de trois mètres la berge s'est effondrée sur une importante longueur.

Une preuve de plus que des travaux sont nécessaires dans le secteur. L'ASPRI écrit au Département propriétaire des berges. Mais le problème concerne tous les élus et le Préfet.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens