Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 17:11
photo tirée de  France bleu Hérault

photo tirée de France bleu Hérault

Les cabaniers n'étaient pas seuls à affronter les tenants du repli stratégique, l'Etat et VNF. Les journaux et la télé, beaucoup de cabaniers bien sûr mais aussi des associations comme l'ASPRI , histoire de montrer que passer en force ne sera pas si facile. Il a fallu ajouter des chaises! Un excellent avocat a su présenter de solides arguments. Jugement à quinzaine comme on dit, Mais la mobilisation reste intacte.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 07:42
Soutenons les cabaniers des Aresquiers

Les Palavasiens le savent bien . Lorsque l'Etat et les élus du secteur   refusent de dépenser de l'argent pour protéger (par exemple le méandre du Lez aux Premières Cabanes) ils brandissent le"repli stratégique" c'est à dire le départ. Les riverains des Aresquiers  sont les premiers visés , et le pire c'est qu'ils n'ont jamais été inondés .

 Voici leur appel :

"Nous venons d'apprendre que notre dossier sera cité à l'audience publique du tribunal administratif de Montpellier jeudi prochain 4 mai 2017 à 10h30. Nous pensions que ce serait dans un délai compris entre 12 et 18 mois, voire plus. Visiblement, notre dossier a été traité très rapidement... Dans cette urgence, nous vous demandons de venir avec nous assister à cette audience publique. L'adresse est 6 rue Pitot , au Peyrou.
Partager cet article
Repost0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 07:47

Une salle bien garnie,  une grande quantité de pouvoirs donnés par des  adhérents non disponibles,  un déroulement moderne avec accompagnement vidéo,  l'unanimité pour tous les votes, de nombreuses interventions,  l'Assemblée générale de l'ASPRI est un incontestable succès. TV Agglo était présente, l'annonce de la réunion  par les médias correcte. Il n'est plus possible d'ignorer un phénomène de cette ampleur.

   Une motion a été adoptée  qui explicite  l'exaspération d'une population exclue du PAPI  et qui se sent abandonnée des pouvoirs publics.  De nouvelles initiatives dont une pétition ont été annoncées.  La collaboration sur des objectifs précis avec d'autres associations, notamment sur la mise en conformité de la  porte de Carnon a été maintenue.

 Des interventions de la salle émerge une certitude : l'intervention de l'ASPRI a commencé à bouger les lignes, c'est une  source d'optimisme pour l'avenir.  Un représentant de la municipalité a indiqué à la satisfaction générale que la commune allait  enfin se mettre en règle sur les trois sujets  d'achoppement avec la préfecture.

   Désormais les choses sont claires :  aucun prétexte ne pourra plus masquer la vraie raison du blocage ; le refus de payer. Quant à la misérable raison avancée par l'Etat les diverses collectivités et les scientifiques bridés  : " les travaux ne sont pas rentables  parce que les portes serviraient rarement"   le président y a répondu à  l'avance : est-ce-que les digues de Lattes servent en dehors des crues ? Pourquoi des avenants  au PAPI seraient-ils impossibles à Palavas et possibles à  Grabels et Juvignac ? Le soit disant repli stratégique  a été dénoncé comme un moyen de dépenser moins.  Pour le lecteur non informé il s'agit pour les divers pouvoirs publics de choisir la destruction au lieu de la protection.  Un document officiel indique que l'indemnisation   des victimes se ferait au prix du marché.  Quelle sera la valeur d'un bien frappé de démolition, qui voudra l'acheter ?   

    Il s'est passé quelque chose d'important à Palavas.

   

Partager cet article
Repost0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 09:59

Sur la prévention des risques d'inondation les évènements se bousculent. Sont mis en chantier en même temps le Plan Local d'Urbanisme (PLU) qui décidera du destin de la troisième ligne d'urbanisation , le Plan de Prévention des Risques d'inondations (PPRI) et le PAPI   (argent que l'état et les collectivités consacrent  à la prévention) beaucoup plus général  puisqu'il couvre les bassins Lez Mosson et Or avec des ambitions médiocres. Comme un papy il se hâte avec lenteur et mérite donc son nom. IL N'INCLUE PAS PALAVAS  , ce qui est tout de même un comble. Plus exactement RIEN n'est prévu pour les prochaines années sur la commune. Le renforcement  crucial  des berges du Lez au méandre du Lez, d'abord prévu, a été enlevé. pourtant des maisons sont menacées aux Premières cabanes et aux Quatre Vents.

    L' ASPRI innove dans la forme utilisant largement le grand écran du Nautilus. Les talents de l'équipe oint été mis à contribution. La réunion vient surtout au bon moment , quand l'intervention citoyenne peut encore influer. Soyez nombreux JEUDI 30 MARS à partir de 17 H  (projection d'un documentaire)   au Nautilus mairie de Palavas. La réunion proprement dite  commence à 18 H

 

Partager cet article
Repost0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 12:02

La Préfecture a publié une étude qui fait apparaître qu'en 30 ans 17 000 hectares ont été urbanisés dans l'Hérault. Et " exige" un ralentissement.

 La Marseillaise dans son article par ailleurs excellent ne parle que des terres agricoles perdues. Pour nous c'est aussi des milliers d'hectares où l'eau ne s'infiltre plus , des digues qui accélèrent le passage de cette eau vers l'aval, la disparition des zones d'expansion des crues.

  Curieusement la Préfecture  qui déplore les 17 000 hectares perdus autorise l'endiguement du Nègue Cats et l'urbanisation massive du sud montpelliérain. A Palavas elle s'est inclinée pendant 30 ans face aux demandes du maire  avec les effets que l'on connaît. Elle refuse toutes les propositions de l'ASPRI et certains évoquent   le "repli stratégique" comme seule solution.

 Il est temps de mettre les paroles en accord avec les actes. Il faudra les y aider , vous avez intérêt à vous en mêler.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 09:26

Nous avons pu nous procurer une réponse de Cyrille Meunier président du SYBLE à l'ASPRI qui demandait  que les étangs deviennent de gigantesques bassins de rétention  en cas de crue centenale  par la présence de portes :

 " Pour bénéficier des fonds Barnier mobilisables dans le cadre d'un PAPI, l'Etat demande, entre autre, aux porteurs de projet de rendre une Analyse Coût Bénéfice qui évalue la « rentabilité » d'un projet à savoir l'analyse de son coût au regard des bénéfices attendus. Ainsi les coûts d'investissement et d'entretien de portes sur les graus évalués en première approche au regard des bénéfices attendus pour les populations concernées par ces aménagements se sont avérés importants. A titre d'exemple, selon l'étude hydraulique réalisée sur les étangs, la mise en place de portes gérées sur le grau du Prévost permettrait la protection de 50 bâtis pour un événement de type tempête centennale."

 Cet  extrait  argumenté prouve que les décisions du SYBLE ne sont pas prises à la légère. Mais dans quelle logique ?

    Un fantastique aveu  technocratique. est contenu dans ce  courrier  : La sécurité des populations obéit à des critères  de rentabilité.  Sauver 50 maisons dans l'exemple donné n'est pas rentable. Les monstres froids peuplent les lieux de pouvoir.

    La deuxième logique est la segmentation.  Le même exemple , celui des portes du Prévost montre  comment le SYBLE procède.  Une étude est réalisée avec les portes sur le Grau.  Elle conclut à des effets limités. Si Cyrille Meunier avait vraiment lu les courriers de l'ASPRI il saurait que boucher le Grau seul laisse l'eau entrer dans le Prévost par le canal du Rhône à Sète (beaucoup)  et la canalette du Prévost  même partiellement colmatée. Cette stratégie de ligne Maginot  est effectivement un gaspillage inutile . Tous les étangs communiquent ils doivent TOUS être régulés ensemble. Segmenter les études c'est justifier l'inaction.

     Les lecteurs sont avertis. C'est bien la logique de l'ARGENT qui est à l'œuvre et non celle de L'HUMAIN.   Et c'est cela qu'il faudra changer.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 10:31

Le projet de plus en plus proche de la version définitive comporte quelques avancées : avenue Saint Maurice aucun immeuble ne peut être construit en démolissant un appartement, ce qui sauvera peut être Joie cet Santé car les promoteurs seront freinés.

   Il est prévu en zone orange (ex zone rouge) une aide "pouvant atteindre 40 % " pour ceux qui lutteront contre l'inondation  (batardeaux, pièce à l'étage). Reste à préciser qui paiera (l'Etat ou la collectivité territoriale) et dans quelle condition.

   Le vrai passif est que malgré son nom le plan ne s'intéresse  guère  qu'à l'urbanisme et ne  s'intéresse pas à l'amont alors que c'est de là que viennent les eaux.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 07:36

La lutte contre l'érosion littorale c'est à dire le risque venant de la mer est gravement sous estimée par l'Etat et les collectivités du Montpelliérain. A Palavas les portes qui transformeraient les étangs en gigantesque bassin de rétention  accueillant les eaux d'amont sont obstinément refusées.

  Plus à l'ouest l'orientation est d'évacuer des cabaniers  implanté depuis des lustres ce qui est plus facile que de protéger. Et les solutions  dites douces  ont surtout montré leur impuissance.

    Thau Agglo  a commence par une observation de trois ans et l'expérimentation d'un briseur de houle  , ce qui nous paraît sensé. Au droit de l'ouvrage la plage s'est élargie de 12 m.   Nous avons observé le même phénomène à Palavas rive droite avec les jetées parallèles au rivage.

    Entre Sète et Marseillan  un chantier   qui coûtera 3 millions (mais en fera économiser plus) est prévu  qui stabilisera le littoral pour longtemps. C'est cela oeuvrer pour  la protection des populations .    Le SYBLE et le SYMBO  (et le Préfet) dans un autre contexte  devraient en prendre de la graine.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 08:18

Le dernier épisode cévenol comme on a coutume de dire (on disait autrefois averses méditerranéennes d'automne, caractéristiques de notre climat) est révélateur.

   La population a été littéralement affolée, tout un chacun pouvait penser que Palavas était sous les Flots, un haut parleur dans les rues annonçait une crue terrible popur la nuit. Les étangs ont certes débordé , la route de Montpellier a été coupée  , mais pour un Palavasien habitué  il ne s'est rien passé ou presque.

     Ce  déluge d'alertes contraste avec le silence des diverses autorités sur les demandes de l'ASPRI de transformer les étangs en, gigantesque bassin de rétention grâce à des portes régulatrices.. Le dénigrement avec des procédés contestables, l'absence d'études  pour vérifier si ces propositions sont fondées ou pas  sont la seule réponse. Par exemple une technicienne du Syble a trouvé comme réponse  à la demande de Jean-Pierre Molle (dans l'émission "Sale temps pour la planète")  que cela coûterait trop cher  pour une utilisation très rare. A quoi il est facile de répondre que les digues du Lez rehaussées  (que nous souhaitons aussi bien sûr)  à la demande du SYBLE ont coûté fort cher et servent peu, les crues gigantesques étant heureusement assez espacées dans le temps .

  L'excès de communication masque donc une absence de réalisation. Mais les populations sont de moins en moins dupes. Le combat continue !

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 10:17

Le temps où il pouvait changer le rouge en bleu à son gré semble révolu. Malgré ses déclarations, la troisième ligne d'urbanisation avenue St Maurice reste son objectif. Il concocte un PLU et un règlement aux petits oignons. Si vous voyez circuler une copie , sachez qu'elle n'a aucune valeur, ce n'est pas le Maire qui décide.Car la Préfecture ne cède pas et Jeanjean menace de ne pas signer le contreprojet de l'Etat pourtant souverain dans ce domaine.

L'enquête publique est retardée de 6 mois au moins. Mais le bon sens devrait l'emporter , espérons.le, surtout si les Palavasiens interviennent.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens