Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 07:29

L'Assemblée générale (très fournie)  de l'ASPRI a adopté une motion sur la prévention des risques qui  place tous les pouvoirs concernés devant leur responsabilité.

  La goutte d'eau qui a fait déborder le vase, se sont les travaux  sur la Mosson qui  vont débuter.

  L'idée est intelligente. Il s'agit d'éviter de faire confluer dans le Lez les crues de la Mosson  tout en protégeant les Marestelles. A partir d'un certain débit la Mosson , le Rieucoulon et le Lantissargue s’engouffreront dans un grand déversoir vers l'étang de l'Arnel , "exutoire naturel".

Nous sommes donc dans un espace vierge qu'il importe peu de submerger.   Mais cet espace vierge contient la moitié ouest de Palavas qui donc n'existe pas selon le projet.

   Or l'Arnel est une cuvette qui ne se vide que par deux endroits, une passe obstruée vers le canal du Rhône à Sète et une buse envasée sous le chemin de Villeneuve à Maguelone. Lecteur et lectrice savent qu'une cuvette dont l'évacuation est bouchée a une fâcheuse tendance à se remplir et à déborder. Mais pas les concepteurs du projet.

 L'AG, remplissant le rôle qui devrait être celui des élus dit ASSEZ. Toute étude se doit d'être générale et ne pas s'arrêter aux frontières de Lattes ou de toute autre commune mais se préoccuper des conséquences chez les voisins.  Elle propose des solutions. Plus personne désormais , lorsque cette motion sera transmise ne pourra faire semblant d'ignorer les conséquences de ses actes.

 Un grand jour pour la démocratie.

   Henri Ausseil

   

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 09:34

Cette association qui existe depuis 10 ans  veut obtenir une politique de lutte globale contre les inondations , de la source à l'embouchure en tenant compte des tempêtes marines.  Au contraire  pouvoirs publics et territoriaux coupent en tranches inefficaces. A titre d'exemple Palavas au débouché du Lez dépend de l'agglo de l'Or  et donc du SYMBO , et non du SYBLE comme toutes les autres communes du Lez et de la Mosson.

  L'ASPRI et d'autres associations organisaient  au Nautilus de Palavas la diffusion du film documentaire  de Sigaut Submersion ainsi qu'un court métrage sur la déviation de la Lironde.  La salle était pleine et le débat fut riche.

 Les purs et durs de l'environnement ont certes eu la part du lion  (mais non absolue) dans le film , défendant une thèse de repli rendant les  riverains coupables de vouloir s'installer en terre inondable puis de réclamer une aide somme toute indue.   La liberté supposerait le risque assumé. L'ASPRI heureusement n'est pas sur cette ligne qui rend de grands services aux dirigeants politiques qui cherchent à diminuer les dépenses de l'Etat. Et les Palavasiens non plus. Les Palavasiens subissent des effets  de l'urbanisation d'amont et demandent la solidarité. Le débat a fait apparaître la nécessité d'une vision globale (l'action des uns ne devant pas aggraver la situation des autres), la possibilité de solutions, le besoin d'équilibre car on ne gagne pas contre la nature mais avec elle. Et qu'il faut dépenser de l'argent pour le bien commun. Donc un accord sur l'essentiel.

En même temps, la Mairie de Palavas  s'est engagée dans un plan ambitieux (mais à long terme) qui suppose la collaboration avec l'université et un bureau d'études renommé.  Enfin peut être la possibilité de tester des solutions globalisantes, Elle collabore avec le Syble pour des diagnostics individualisés. Les 300 adhérents actuels (la progression est continue) de l'ASPRI  n'ont pas pesé pour rien. Et une collaboration à l'échelle des bassins versants pourrait être déterminante.  Le dossier avance.

   Ha

Partager cet article
Repost0
7 février 2019 4 07 /02 /février /2019 10:13
Bonsoir à toutes et tous,
Nous en parlions lors de notre dernière réunion de Pérols Autrement, du fait de l'influence qu'un
tel projet pourrait avoir sur notre commune, à commencer par le réaménagement annoncé du
chemin des terres noires...Eh bien ! Le tribunal administratif de Montpellier vient d'annuler
deux permis de construire qui avaient été délivrés en 2017 par le maire de Lattes aux "Hauts de Lattes"
Ce n'est évidemment pas fini mais c'est un véritable coup dur pour le projet et ceux qui le
portent !
Plus d'information et les jugements sur https://www.nonaubeton.org
Amicalement,
Bernard  Lledo
 
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2019 1 28 /01 /janvier /2019 07:38

Finie la guéguerre Saurel-Jeanjean. L'intrusion de l'ASPRI dans le débat a fait bouger les lignes. Lez'alabri  offre un diagnostic gratuit , le SYBLE finance en partie certains travaux pour les habitants des zones rouges. Une réunion est annoncée Jeudi 31 janvier à 18 H au Nautilus

 Nous ne bouderons pas cette avancée. Mais pour l'essentiel rien n'est prévu pour ralentir la crue d'amont et utiliser les étangs comme bassin de rétention. provisoire.  Rappelons que les Palavasiens n'ont aucune responsabilité dans l'urbanisation massive du Grand Montpellier. Mais c'est sur le littoral que l'eau arrive d'amont de plus en plus vite et de plus en plus abondante, à pluie égale.

  La réponse est  : mettez la main à la poche et nous vous aiderons un peu et  surtout avec des conseils qui ne coûtent rien.

 Et les tempêtes marines continuent à être ignorées de fait.

  Ce n'est donc pas le moment de baisser la garde!

 HA

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 09:35

Cette expression qui apparaît fréquemment est  galvaudée à l'échelle d'un département d'où le danger d'une banalisation lorsqu'on ne ressent aucun des effets annoncés.. C'est aussi l'avis de Météo France puisque au cours des trois dernières années ont été étudiés des  modèles  divisant les départements en secteurs. L'alerte serait par exemple sur l'ouest de l'Hérault et non l'Hérault entier.   Tant mieux.

   Prédire avec exactitude est nécessaire, prévenir tout autant. Or dans le domaine de la prévention c'est l'immobilisme , dans notre  secteur comme dans l''Aude. Est-ce bien raisonnable?

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 07:15

Le ministre de l'environnement décrète cla catastrophe nationale. On ne pourrait faire moins. Mais les Palavasiens ont de la mémoire. C'est  ce ministère qui a retiré la consolidation des rives du Lez entre la confluence de la Mosson et les Quatre canaux  du PAPI pour cause d'économies. Si une  catastrophe survient aux Quatre vents ou aux Premières Cabanes, ce que nous ne souhaitons pas il ne sera pas dédouané par la proclamation d'état de catastrophe naturelle.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 12:12

300 mm tombés en une nuit créent un désastre. Mais les avertissements n'ont pas manqué dans les dix dernières années. Et rien n'a été fait, sinon superficiellement. Les bons apôtres plaidant l'exceptionnel n'ont pas complètement tort. A un certain niveau la nature est très  forte. Mais il est faux   que rien ne soit possible.

 Et cela ne justifie pas l'immobilisme et les économies au détriment de la sécurité. Dans notre secteur, en ce qui concerne  au moins les  études globales prenant en compte l'eau d'amont , les étangs et la mer le Président du SYBLE a annoncé une évolution favorable à l'ASPRI. De même pour protéger les Quatre Vents et les Premières cabanes.  Reste à le réaliser , et que cela se traduise par des travaux préventifs impliquant l'amont aussi bien que l'aval. L'ASPRI a proposé des solutions, il faudra bien un jour les examiner, ou assumer les conséquences d'une catastrophe prévisible.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2018 7 24 /06 /juin /2018 07:21

Les médias principaux ont choisi d'ignorer la fête. Il ne faudra compter que sur internet.  L'affluence, loin d'être ridicule , n'a pas atteint le chiffre qui l'aurait rendue incontournable.

 Mais les débats ont été suivis et leur contenu  faisant apparaître des points de vues différents et parfois opposés  a montré qu'il s'agissait de vrais débats. Les animateurs compétents  ont exposé les données, donné des réponses fondées sur une bonne connaissance des dossiers.

 Les 8 associations (il y en aura davantage l'an prochain) ont tout lieu d'être satisfaites de cette première.

  Certes la question de l'efficacité a été posée à de multiples reprises. Jean-Pierre Molle  a  répondu en forme de conclusion.    Au plan local, il y a une efficacité certaine , mais dès qu'uon atteint l'intercommunalité cela devient plus difficile.  Et la marge de manoeuvres des eélus s'en ressent. L'Agglo de l'Or peut se permettre dans la commission chargée de l'écologie d'écarter l'étang de l'Or  de ses préoccupations, préférant le recyclage des cartons et la filière bois.  Entre les intentions et les actes c'est un véritable gouffre.  Mais nous avons un atout maître :  les besoins s'expriment    et si nous nous y prenons bien les décideurs ne pourront pas éternellement les ignorer.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 06:26

"Le SIGNAL est un immeuble de Soulac de Mer (Gironde) menacé depuis 2011 d'effondrement par l'érosion des côtes. Les propriétaires s'attendaient à être expropriés et indemnisés, faute de prévention. Une procédure de 7ans a abouti en Conseil d'Etat et au Conseil Constitutionnel. Les propriétaires ont perdu. La jurisprudence établit désormais que si un immeuble est jugé menacé par l'érosion marine, nul besoin d'exproprier et d'indemniser, l'Etat expulse pour raison de sécurité. Le préjudice pour les riverains concernésest estimé à plusieurs millions.
Nul besoin de vous expliquer pourquoi chez nous la Préfecture, le Département et les élus locaux non concernés opposent le repli dit stratégique aux travaux de prévention qui coûtent de l'argent. Expulser ne coûtera rien, il suffit de ne rien faire. La solidarité tant mise en avant n'existe pas. C'est déjà l'angle d'attaque aux Aresquiers et aux Premières Cabanes de Palavas, mais nul doute que progressivement au fil des ans cela concernera tout le littoral. Alors que la moitié de la population des Pays Bas vit sous le niveau de la mer depuis des siècles, rien ne serait possible dans l'Hérault.
Vous comprenez l'importance d'unir les gens concernés. Il n'y a aucune raison de se résigner, et dans le passé bien des choses impossibles sont devenues possibles. Pour cela il faut renforcer l'ASPRI qui est à la pointe du combat mais cela ne suffit pas. Palavas ne s'étend pas de la source à l'embouchure du Lez et subit les effets de politiques qui lui sont extérieures. Unir bien au-delà de la commune, imposer la solidarité dan les actes est impératif.
                            SAMEDI 23 JUIN 2018 AU PORT DE PEROLS
                              TOUTE LA JOURNEE A PARTIR DE 10 H00
                             LA FETE DES ETANGS ET DE LA MER OUVRE CE COMBAT

- Elle sera festive : chansons et repas à prix modéré, avec la liberté pour vous de choisir la solution,
l'horaire qui convient et de ne participer qu'à ce qui intéresse.
- Des stands d'associations vous les feront connaître et vous serez surprises et surprises de l'arc en
ciel !
- Des débats sur des thèmes (inondations, submersion et érosion, qualité de l'eau, envasement…)
- donneront la parole à qui le souhaite.
- Une conférence de presse (essentielle) est destinée à faire connaître les enjeux et nos propositions.
- Une union plus forte doit en sortir, permettant pour 2019 une fête encore plus belle pour de
nouvelles avancées.
NOUS AVONS BESOIN DE VOUS MAIS VOUS AVEZ BESOIN DE TOUS
SOYEZ PRESENTS ET PRESENTES LE 23 JUIN AU PORT DE PEROLS"

Partager cet article
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 08:42

La loi littoral interdit toute construction dans la bande des 100 m. Autant dire qu'il faudrait raser Palavas. En réalité un véritable arsenal permet de la contourner . Les chinois ont inventé le jeu de go. Le but n'est pas de prendre mais d'encercler. c'est le principe de la loi élan. Les espaces inconstructibles entourés de deux côtés deviendraient   constructibles. Dans le même temps les élus macroniens parlent de repli , et nous savons de quoi il s'agit.

 C'est donc l'urbanisation qui rapporte et la destruction de cette urbanisation   lorsque cela coûterait trop cher de la protéger..  Où est la logique dans cette politique  de gribouille?

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens