Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 08:45

Cela arrive ! La télé  d'état a donné brièvement la parole à deux militants antisionistes dont Robert Kissous sur la prétention de Macron  de mêler antisémitisme et antisionisme  ce qui est une forfaiture, Israël étant un Etat comme les autres  souvent critiquable.. Robert est par ailleurs président de Rencontres Marx, ce qui ne doit rien au hasard.

Regardez le passage de l'émission où il intervient

Pour les retardataires l'interview passe ce samedi 23 à 12 H sur FR3

Partager cet article
Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 09:22

700 000 téléspectateurs ont suivi la grand messe macronienne sur   BFM -TV à Grand-Bourgtheroulde le 15 janvier.

475 000 sont restés fidèles à Souillac le 18 janvier.

Il n'en restait plus que 270 000 pour le suivre à Evry le4 février.

Une ministre parlerait peut être d'une certaine stabilité, mais c'est une stabilité en forte baisse.

 La stratégie a donc changé : 6000 réunions publiques, un formidable débat populaire plus difficile à mesurer mais  pas plus efficace.

  Nous apprenons que le gouvernement, incapable de  tirer les enseignements de ce débat national, va en confier les traductions en propositions concrètes ... à des prestataires de service.

  Une autre vieille recette qui sert à la veille de toute consultation électorale stratégique est le chantage au chaos financier. Les Gilets Jaunes compromettent l'économie française. Les milieux économiques c'est à dire Macron et ses amis sont inquiets.

 La plus vieille de toutes , la répression destinée à intimider , est très utilisée et fait de plus en plus de martyrs. Les chars sont entrés dans Paris comme dit la chanson.

 Triste époque pour les présidents, ministres, sous ministres et exécuteurs des hautes et basses œuvres, ça ne marche plus comme avant.  Les combines  des prestidigitateurs sont démasquées.

  Nous proposons à Macron une astuce pour sortir de la crise politique : donner satisfaction aux Français, ce qui ferait l'économie  du gaspillage des frais de communication inutiles.  Mais il va falloir le pousser un peu .

(Voir le dossier dans l'Huma du 14 février)

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 07:47

Le producteur  de la BBC pour la Syrie Riam Dalati a déclaré sur son compte Twitter :  " «Après presque six mois d’enquêtes, je peux prouver sans aucun doute que la scène de l'hôpital de Douma a été mise en scène. Aucun décès n'est survenu à l'hôpital. Tous les Casques Blancs  activistes et personnes avec qui j'ai parlé sont dans les zones d’Idlib ou de l'est de l'Euphrate. Une seule personne était à Damas.» .

Pour la BBC il s'exprime à titre privé, l'individu  employé de la  BBC ayant des informations que la BBC n'a pas. Nous attendons avec impatience les preuves de son mensonge qui ne vont pas tarder. A moins que la BBC ne soit une fieffée menteuse.

  Nous avions deja des doutes mais la confirmation par un fabricant d'information écœuré du rôle qu'on lui fait jouer  est une preuve de plus du délitement de l'hégémonie occidentale, de sale guerre en sale guerre.

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 08:19

La dérive qui prend prétexte du terrorisme   permet de ne  pas rendre publiques certaines informations  au nom des intérêts supérieurs de la Nation.

 Faisons un peu d'histoire  : la "culpabilité" du capitaine Dreyfus fut établie grâce à un document "cette canaille de D" qui ne fut pas transmis aux juges au nom du secret défense mais simplement signalé. L'armée garantissait son authenticité sans que les avocats puissent le vérifier.

Quelques années plus tard, le Colonel Picard chef des services secrets constata qu'il s'agissait d'un faux grossier commis par le colonel Henry (à qui cela ne porta pas bonheur).

Le secret défense  est une notion qui a son utilité lors d'une enquête afin de ne pas favoriser des criminels. Dans le procès d'un citoyen c' est une atteinte à l'état de droit.

  HA

Partager cet article
Repost0
8 février 2019 5 08 /02 /février /2019 07:41

Le Tribunal de commerce de Bobigny a décidé de placer  L’Humanité en redressement judiciaire, assorti d’un plan de continuation, avec une période d’observation de six mois renouvelables.

 Cette décision et la période de transition  supposent notamment la poursuite de la campagne de dons et de souscription et une augmentation des lecteurs et abonnés à L’Humanité et l’Humanité-Dimanche. 

 Nous remercions toutes celles et tous ceux qui se sont déjà inscrits de diverses manières dans la chaine de solidarité pour protéger L’Humanité. Plusieurs centaines de personnalités d’opinions diverses, de syndicalistes et de syndicats, d’associations, de créateurs, de penseurs, de journalistes, des parlementaires et responsables politiques, ont tenu à manifester leur solidarité par des messages  de soutien ou des dons. Des centaines de lectrices et lecteurs ont apporté en quelques jours 700 000 euros en souscription populaire. 470 abonnements ont été réalisés en moins de 10 jours auxquels s’ajoutent les abonnements que réalisent des lectrices et lecteurs dans le cadre de la campagne « à chaque lectrice, lecteur son (sa) nouvel(le) abonné(e) ».

 Cette large mobilisation entamée conforte toutes les équipes de L’Humanité dans le  difficile combat engagé. Elle doit encore s’amplifier. Samedi prochain, l’assemblée des amis de L’Humanité sera un moment de ce débat pour réussir une multitude d’initiatives visant à promouvoir L’Humanité, L’Humanité-Dimanche, l’humanité.fr, leurs contenus, leur rôle au service d’une information diversifiée et de qualité prenant le parti de la justice sociale, de la démocratie, d’une planète vivable et durable, du désarmement et de la paix.

 La soirée de mobilisation du 22 février s’annonce déjà très importante. Elle sera à la fois la manifestation concrète de la mise sous protection populaire de l’Humanité, et l’un des moments importants pour créer les conditions d’un nouvel élan pour l’Humanité. 

 

  P Le Hyaric

Partager cet article
Repost0
7 février 2019 4 07 /02 /février /2019 10:37

Les rendez-vous avec les élus se succèdent, le professeur Macron dispense des leçons de philosophie, d'économie, de démocratie qui sont le contraire  de la philosophie (le libre examen) , de l'économie  puisqu'elles détruisent l'appareil productif et l'Etat,  de la démocratie   qui n'est pas le débat à sens unique.

   Il n'arrive même pas à convaincre les siens, l'opération  de communication fait un flop. Pour convaincre il faut apporter quelque chose à l'appui de ses dires, et il n'apporte que des mots. C'est le crépuscule du système présidentiel.

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 07:28

Le lendemain d’une tentative de perquisition suite à une plainte  de Benalla   Mediapart,  a remis sept enregistrements, dont un inédit, . à la justice, sans en divulguer l'origine .Sur le site de Mediapart  cette nouvelle bande-son  du duo Alexandre Benalla - Vincent Crase  porte sur la suppression des données des téléphones  des deux pieds nickelés.

Benalla s'enfonce ,  enfonce le procureur zélé qui attaquait Mediapart  et Macron en même temps, même si ces preuves ne sont pas recevables  en procédure , ce qui est probable.

 "L'affaire" continue.

Partager cet article
Repost0
3 février 2019 7 03 /02 /février /2019 09:03

Avec les équipes de L’Humanité, nous vivons un moment extrêmement difficile. Notre groupe est sous la protection du tribunal de commerce depuis le 21 janvier. Une audience du tribunal de commerce s’est tenue ce mercredi 30 janvier au matin. Le verdict ne sera rendu que le 7 février. Nous avons plaidé la continuité de l’exploitation de l’entreprise à partir d’un plan de redressement que nous devons parfaire encore car nous aurons l’obligation impérative d’être en permanence à l’équilibre économique incluant le remboursement des dettes.

 Cela fait des semaines que par l’intermédiaire de cette « Lettre », j’alerte sur nos difficultés. Je suis intervenu au moins trois fois dans L’Humanité à ce sujet. Une souscription avait été relancée depuis la fin du mois d’octobre. Elle a d’ailleurs permis de collecter un million d’euros jusqu’au 31 décembre et nous a permis de « tenir ». Mais il nous faut beaucoup plus d’argent pour être tirés d’affaire.

 Certains amis me demandent pourquoi je n’ai pas moi-même annoncé cette décision. Ils l'ont apprise à partir d’informations « fuitées » dans un magazine il y a huit jours. D’abord je dois dire que ce magazine a bafoué sa parole puisque comme pour tous les autres journaux, il m’avait promis de ne rien publier avant le jour de la convocation du tribunal de commerce. L’article publié, élaboré avec quelques bavards imprudents, était truffé d’informations approximatives ou fausses susceptibles de faire beaucoup de mal à l’entreprise et aux salariés.

Je ne souhaitais pas communiquer avant le 30 janvier parce que l’Humanité, comme toute entreprise de presse, est insérée dans tout un tissu économique et d’entreprises prestataires de services qui peuvent être elles-mêmes inquiètes de notre situation ou en subir des conséquences lorsque nous sommes en dette vis-à-vis d’elles – imprimeurs, transporteurs, prestataires de la fête, fournisseurs de papiers, gestionnaires d’abonnements. Il nous fallait prendre contact avec elles et les prévenir de notre état et du fait que le remboursement de dettes serait reporté. Tout mouvement de panique aurait eu des conséquences terribles sur toute une chaine, et aurait pu mettre à mal la parution de nos journaux. Imaginons que le fournisseur de papier décide de ne pas nous en fournir, ou que le gestionnaire d’abonnement décide de ne plus les servir tant qu’il n’est pas payé. Ceci nous aurait précipité vers l’abime dès lundi dernier. Mais de cela, les petits télégraphistes et confrères peu respectueux n’en ont cure.

 Personnellement je suis comptable de la protection de l’entreprise, des salariés et au-delà de la continuité du formidable projet et des valeurs que porte L’Humanité. A côté de ces petits méfaits, je dois remercier l’ensemble des confrères, des radios, télévisions et quelques journaux qui ont rendu convenablement compte de l’enjeu qui est posé au pays et à la profession. De Sonia Devillers, qui y a consacré un éditorial puis invité Patrick Apel-Muller, à Pascal Praud chez Cnews, ou Philippe Vandel chez Europe 1, la correspondance de la presse et bien d’autres encore. Evidemment je ne veux pas ici parler des chacals qui ont érigé des tombes pour L’Humanité en nous insultant et nous crachant au visage. Ils nous rêvent en prison ou morts. Ils vont être très déçus.

J’ai donné depuis un moment des éléments sur les causes de nos difficultés. Cette année par exemple nos coûts de production vont augmenter de près d’un million d’euros. Les problèmes ne sont pas spécifiques à L’Humanité. Tous les journaux connaissent des difficultés financières. Mais celles-ci se résolvent par l’apport de capitaux de groupes industriels et financiers. Ce n’est pas notre cas. D’autre part depuis 2016, l’Etat s’était engagé à porter avec nous un plan de reconstitution de nos capitaux, avec mobilisation de banques, d’investisseurs liés à l’économie sociale et l’industrie numérique, et à la mobilisation du fonds de développement numérique. Rien de tout ceci n’a été tenu malgré des dizaines et des dizaines de réunions donnant l’impression de laisser passer le temps, nous plaçant dans une sorte de supplice chinois jusqu’à l’étranglement définitif. L’Humanité reste un enjeu bien plus important qu’on ne le croit pour certaines forces conservatrices et certains milieux économiques.

note du blog :  l'Huma est un enjeu décisif  pour tous les progressistes et pleurer sur son sort ne suffit pas !   envoyez vos chèques de quelque montant que ce soit à H Ausseil 2 rue des sarcelles 34250 Palavas   à l'ordre de l'Humanité. ET LISEZ L'HUMA !

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2019 5 18 /01 /janvier /2019 13:12

Le ban, l'arrière ban et les petits et grands bans qui ont l'autorisation officielle  de se faire entendre clament avec une touchante unanimité  : quand le roi saura, tout s'arrangera, autrement dit le grand débat national met fin au débat.

Sauf que la parole vole et court de ronds-points en entreprises  ou en hôpitaux , dans les rues et les prétoires  et que les petits, moyens et grands chiens de garde de Macron ne peuvent rien contre ça.

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 09:32

Dominique Mannoti a écrit un polar politique  que Rencontres Marx  et Sauramps vous convient à étudier prochainement (et à lire)  sur l'affaire Alstom- General electric.

 Voilà que la réalité dépasse la fiction ou plutôt lui donne un parfum d'authenticité.  Un journaliste de l'Obs  Matthieu Aron publie  "le rêve américain " (titre hautement symbolique de la fin d'une illusion qui fut celle de l'Obs, ancien et nouveau). L'affaire Pierucci est bien réelle. Ce cadre d'Alstom a été arrêté aux Etats Unis en 2013 pour avoir corrompu des Indonésiens afin de conquérir un marché. Cette pratique est celle de tous les commerciaux français ou américains ou de tous les pays qui fabriquent quelque chose de cher  partout dans le monde, corrupteurs et corrompus se tenant par la main. Il a été emprisonné deux ans et Alstom contraint de verser des amendes substantielles. La divine providence a interrompu toutes ces avanies lorsque General Electric a pu acheter Alstom. 

  Qui devrait aller en prison dans un monde bien fait ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens