Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 08:30

Mardi 19 mars à 17h, la section de Montpellier du PCF appelle à se rassembler devant France Télévisions (10 allée John Napier, Montpellier)
France 2 organise le premier débat consacré aux élections européennes, jeudi 4 avril prochain, à l’occasion de " L’Émission politique » et boycott Ian Brossat européennes - groupe de partage chef de file de notre liste « Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent ".
France 2 doit revoir sa position !

 Les communistes ne sont pas seuls concernés!

Partager cet article
Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 09:15

La Direction de France 2 a fait le choix de ne pas inviter Ian Brossat, notre tête de liste, à son débat sur les Elections Européennes.
Ce déni de démocratie est inacceptable, d'autant plus venant d'un service public (que nous sommes souvent seul ou peu nombreux à défendre).

Pour exprimer votre  mécontentement utiliser le lien ci dessous.

https://www.francetelevisions.fr/francetelevisions-et-vous/nous-contacter

Nicolas Cossange

Partager cet article
Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 10:17

À trois mois des élections européennes, la République en marche arriverait en tête avec 23 %, alors qu’une majorité écrasante de Français rejettent sa politique. Un paradoxe démocratique qui n’est pas sans rappeler le scénario de 2017.

  Pleurer sur cette situation est inutile.  Il faut se demander pourquoi  le profond mécontentement ne trouve aucune issue  politique. Il est facile d'accuser les institutions. Certes elles ont été faites pour éviter un choix alternatif. Mais ce sont les Français et Françaises qui votent ou ne votent pas.

  Le blog propose deux pistes pour le débat

      1- malgré les progrès  de la remise en cause dans les têtes  de l'hégémonie du libéralisme, la prison de longue durée n'a pas encore perdu tous ses barreaux. La bataille des idées est dons prioritaire.

      2  La gauche antilibérale représente la seule alternative, les discours creux ont fait leur temps. Le Parti Socialiste , en tuant l'espoir porte une responsabilité majeure. Mais cette gauche  est divisée, pleine d'étroitesse, l'ambition personnelle  des plus grands  des nains prime sur le rassemblement nécessaire. La leçon  des gilets jaunes reste largement sous estimée. La nécessité d'agglomérer des forces qui n'ont JAMAIS été agglomérées est impérieuse.

   Si les Européennes sont l'occasion de faire avancer ces idées , elles n'auront pas été inutiles.

   Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 10:39

Son vice-président a été très clair : l'Europe doit être dans le camp américain mais c'est à elle de payer  désormais. La Pax Americana n'est plus dans les moyens des Etats -Unis en déficit.

 Sur ce sujet l'Europe n'existe pas, certains des pays sont des domestiques assumés des Etats -Unis, d'autres commencent à comprendre que si l'Europe doit se défendre , c'est sur la base de ses intérêts et non pour sauver le gaz de schiste américain. La France se situe entre les deux c'est à dire nulle part.  En réalité c'est le véritable enjeu des Européennes , avec la lutte contre le libéralisme destructeur.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2019 4 24 /01 /janvier /2019 18:21

  Ingrid Levasseur,  médiatisée  devinez par quelle presse a donc déposé une liste  estampillée gilets jaunes autoproclamés.  Un de ses colistiers  s'est fendu d'une déclaration : "Sous le gilet jaune, vous mettez le t-shirt bleu En Marche".   Dans les cours probablement accélérés qu'il a reçu, il doit manquer des  séances. Il n'est pas plus malin que Benalla. Macron a de biens sots amis

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2019 4 24 /01 /janvier /2019 10:47

Le blog  n'a jamais approuvé Varoufakis, dont le principal titre de gloire est d'avoir abandonné Tzipras dans la tourmente pour rejoindre des lieux plus apaisés avec un plan B dont nous attendons toujours le contenu.. Cette défiance est confortée par la proposition de Hamon d'en faire le chef de file d'une alliance au sommet  du verbe de gauche  qu'il ne faut pas confondre  avec une politique de gauche. Quelle perspective enthousiasmante!

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 10:31

Le parti pris du lundi,
par Fabien Escalona

 

Caricatural. C’est le terme qui convient sans doute le mieux pour qualifier la désignation programmée de Frans Timmermans comme chef de file des sociaux-démocrates pour la campagne des européennes. Après l’abandon du Slovaque Maroš Šefčovič, l’actuel premier vice-président de la Commission européenne est le seul candidat à l’investiture par le Parti des socialistes européens (PSE), lors de son congrès de décembre à Lisbonne. Il bénéficiait déjà du soutien d’une majorité des membres de cette fédération de partis, dont celui du SPD allemand, qui en reste le vaisseau amiral en dépit de ses difficultés domestiques.

Timmermans, qui a été le bras droit de Jean-Claude Juncker pendant cinq ans, incarne la confusion et les reniements idéologiques dans lesquels s’est enferrée la social-démocratie, en grande coalition permanente avec les conservateurs au niveau européen. À son poste, il a soutenu son collègue néerlandais Jeroen Dijsselbloem, « indéfectible allié de Berlin sur l’austérité » et artisan de l’humiliation infligée à la Grèce. Ne brillant pas plus sur le terrain écologique que social, il a conduit une sorte de simplification administrative à la bruxelloise, dont le mot d’ordre officiel – « mieux légiférer » – cachait selon beaucoup une « renonciation à réguler » et une attaque contre le Parlement élu par les citoyens. 

On pourrait y voir une performance artistique de la famille sociale-démocrate, se sabordant méthodiquement plutôt que de tenter un sursaut audacieux afin de conjurer son déclin électoral en pleine accélération. Timmermans est d’ailleurs membre du PvdA, qui s’est effondré aux dernières élections législatives aux Pays-Bas. Ce crash a sanctionné une trajectoire entamée au tournant des années 1990, lorsque ce parti s’était accoutumé aux politiques néolibérales et aux combinaisons gouvernementales correspondantes. Timmermans avait rejoint les travaillistes à ce moment-là, depuis un parti plus à droite (le D66). C’est pour lui que les sociaux-démocrates européens feront campagne au printemps, sans qu’une alternative ait su ou pu s’organiser, comme si la réduction du pluralisme devait s’ajouter à une décomposition idéologique avancée.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 04:18

Des progrès importants ont été réalisés en Grèce (première place), en Irlande, en Espagne, en Allemagne, en Finlande (1 député pour la première fois) ou au Portugal si on en croit nos informations actuelles. Ces progrès ont été réalisés aux dépens de la droite et des PS locaux. La GUE gagnera au moins 10 députés.

Notre patrie qui se revendique des droits de l'homme et les a souvent incarnés dans notre histoire , qui donne à l'occasion aujourd'hui des leçons de démocratie au monde entier est la seule en Europe où l'extrême droite occupe la tête ! Les principaux responsables de ce désastre sont à la tête de l'Etat et des Régions qui transposent localement une politique économique au seul intérêt des riches, la fameuse baisse des dépenses publiques

Nous conservons quatre députés en comptant un apparenté outre mer mais perdons le siège du Nord ouest (Hénin) et ne profitons pas du tassement des socialistes et de l'effondrement des verts. Le FN est en tête ( les médias ne retiennent que cela) mais surtout l'abstention (plus de la moitié des inscrits !) qui relativise beaucoup les rapports de forces. le FDG n'est pas apparu comme un espoir, qui s'est tristement incarné dans un FN qui n'a rien à proposer sinon le racisme. Et tirer à boulets rouges sur le PS ( qui le mérite bien) n'est pas une stratégie. Nous devons aussi être une force de proposition. Il faudra tirer toutes les leçons des graves erreurs commises , par exemple par Revol et Muriel Ressiguier à Montpellier, qui ont désespéré et conduit une partie de notre électorat à rester chez lui ou à voter Nouvelle Donne . Le FDG ne doit pas rester un cartel de partis et mener des combats de nains internes dérisoires , on le voit bien au résultat , mais impulser un rassemblement majoritaire sur des objectifs émancipateurs, c'est la tâche à laquelle il va bien falloir s'atteler, et pas seulement en paroles.

Henri Ausseil

La déclaration du Conseil National du PCF a laquelle nous souscrivons si ce n'est que les responsabilités internes ne sont pas évoquées, après le constat , est la suivante :

Si la droite et l'extrême droite sont en tête, c'est surtout que la majorité gouvernementale est ce soir sanctionnée et isolée. La gauche sort très affaiblie de ce scrutin. Dans ce contexte, les résultats du Front de gauche, équivalents à ce qu'ils étaient en 2009, ne permettent pas de relever le défi d'une voix alternative majoritaire à gauche. Un vaste chantier est devant nous. Ce soir, le Parti communiste français lance un appel solennel. De cette crise politique doit émerger une perspective réelle et crédible à gauche sur fond de rupture avec ce système rompu aux thèses libérales. La gauche s'est trop éloignée de ses valeurs. Elle ne pourra retrouver le peuple que dans un mouvement social et politique de l'ampleur d'un Front populaire du XXIème siècle. Nous appelons tous ceux qui, ce soir, se sentent malheureux à gauche, toutes les forces vives du pays, la jeunesse et les salariés à s'unir sans attendre. Nous mettons le Front de gauche à leur service. Dans cette visée, les résultats de nos partenaires européens du groupe de la GUE-NGL et la progression de l'idée d'une alternative à gauche en Europe sont des signes encourageants.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 08:15

Un lecteur nous transmet ce courrier que nous publions bien volontiers:

Bonsoir Monsieur, Je suis un téléspectateur du service public de l'information et le créneau horaire de votre journal me convient très bien. Dans le débat auquel participait Olivier BESANCENOT le 21 mai 2014, vous avez déclaré que le Front National et le Front de Gauche (que vous associez très souvent dans vos informations) étaient pour la sortie de l'Euro. Je vous informe (théoriquement ce sont les journalistes qui informent) que le Front de Gauche n'est pas du tout pour la sortie de l'Euro. C'est une contre vérité qui contribue à accréditer l'idée que tous ceux qui ne sont pas pour l'Europe LIBERALE et pour la CONCURRENCE LIBRE ET NON FAUSSÉE, sont des Eurosceptiques et des irresponsables autour desquels il faut dresser un cordon sanitaire. Le Front de Gauche, je ne vais pas développer ici la politique européenne qu'il souhaite mettre en oeuvre, mais je vous citerai tout simplement des écrits de Patrick LE HYARIC, une des têtes de liste du Front de Gauche, que vous avez invité la veille, me semble-t-il : Nous partageons et portons l’immense colère de celles et ceux qui souffrent de la manière dont la Banque centrale européenne qui, au nom de la défense de l’Euro, pousse à de violentes politiques d’austérité et d’abaissement des droits sociaux. Le combat indispensable aujourd’hui doit, selon nous, porter sur un changement radical du rôle de l’Euro qui doit servir l’emploi et non plus la spéculation. La question posée à toutes et tous est celle de s’attaquer à la source des problèmes : celui des pouvoirs exorbitants des marchés financiers. La sortie de l’Euro aboutirait à mettre les travailleurs de chaque pays encore plus en concurrence avec ce que l’on appelle des « dévaluations compétitives de monnaie ». Le grand patronat continuerait à réclamer aux travailleurs et aux familles qu’ils se serrent la ceinture. Ce serait à la fois la dévaluation des salaires de plus d’un tiers et le renchérissement des dettes de la même part, qui donnerait un argument pour continuer à pressurer encore les budgets publics. Le grand défi est donc celui de s’attaquer à la toute puissance de la finance, de reprendre le pouvoir sur les forces de l’argent. La Banque centrale crée de la monnaie. Qu’elle utilise cette faculté pour créer un fonds publics européen pour les services publics, l’emploi, la transition environnementale. Tel est le sens de notre action. Ces propos ne correspondent pas du tout à ce que vous avez affirmé furtivement mais clairement en vous adressant à Olivier BESANCENOT qui s'est bien gardé de vous corriger. Patricia LOISON dont on aurait pu croire que sa présence pouvait corriger des "maladresses" du Direct n'est pas intervenue non plus. L'erreur est humaine Monsieur LAFORGE mais quand on est un journaliste professionnel conscient de la puissance du média qu'il utilise, certaines erreurs sont inadmissibles. Je reste convaincu qu il ne s'agit pas d'une erreur mais d'une volonté délibérée de brouiller le message de la seule force politique apte à modifier l'EUROPE pour en faire une Europe des Peuples, une Europe coopérative et solidaire, une Europe démocratique. L'information doit être au service du débat démocratique sans caricature partisane de celui qui la diffuse, la pluralité des intervenants restant la seule manière d'assurer un minimum d'objectivité. N'importe quelle organisation humaine n'a de sens que si elle est au service de la grande majorité de ses membres tout en respectant les minorités. Je vous prie de bien vouloir apporter une correction sur votre antenne, cela atténuerait ma déception. Je vais également m'adresser à Marie Laure AUGRY la médiatrice des rédactions. Dan l'attente. ​​ Gérard NORBERT

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens