Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 08:39

Une zone étroite  de l'océan glacial Arctique de la Norvège au Japon  le long des côtes russes  dégèle désormais  pendant six mois  (si on a des brise-glaces)  en raison du réchauffement climatique.

 Les lignes parallèles à l'équateur (parallèles)  sont de plus en plus courtes lorsqu'on va vers le pôle.  Les avions utilisent depuis longtemps cette particularité. Aller des USA au Japon  en survolant le pôle fait  économiser  beaucoup de carburant et de temps.  Désormais les bateaux gagnent près d'un mois par rapport à la route du cap de Bonne espérance , un peu moins  pour la route de Suez. La route du nord devient donc aussi essentielle que Panama, Suez, le Bosphore, la Manche, le détroit de Malacca  ou Suez.

  Toutes ces voies contrôlées par les pays riverains sont aussi internationales. Des traités âprement négociés le permettent. La Russie prétend interdire la route du nord le long de ses côtes aux bateaux non russes. Ce sont bien sûr  les Américains qui sont visés, mais il y aurait beaucoup de victimes collatérales. Cette voie de la confrontation économique arme militaire devrait être révolue. Ce n'est pas parce que Trump l'utilise constamment que les autres doivent l'imiter.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 09:24

Lehman Brothers , banque d'affaires,  a laissé le 15 septembre 2008 une ardoise de 600 milliards.  C'est donc le hold-up du siècle puisque certains de ses dirigeants en sont sortis enrichis. Et pourtant l'impunité est totale.  Est-ce une économie rationnelle que celle qui permet ces aberrations ?

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 06:23

Ilaria Bifarini, de l'Université Bocconi de Milan  redécouvre l'eau chaude.

 "La zone euro a enregistré des résultats bien inférieurs à ceux des pays n'utilisant pas l'euro, à son entrée dans la zone euro, l'Italie a perdu non seulement son indépendance monétaire, mais aussi son indépendance politique et économique. Obligée de rester dans le cadre des règles établies par Bruxelles, l'Italie est tombée dans le piège de la dette publique et ne pourra pas en sortir. Faisant partie de la zone euro, elle ne pourra pas modifier sa politique économique actuelle".
Ce constat sans appel auquel nous souscrivons  est en même temps une supercherie. Comme toujours dans les sciences humaines dont fait partie l'économie, en choisissant certains faits et en écartant ce qui fâche ont peut démontrer n'importe quoi.

   - Le Royaume Uni (qui a choisi le Brexit)  et la Suède ou la Pologne (qui font partie de l'Europe) ont des monnaies nationales. Mais elles sont du point de vue monétaire dans la situation de l'Italie. Leur état ne peut créer de la monnaie. S'il a besoin d'argent il emprunte aux banques privées qui elles mêmes ont obtenu des prêts à des taux  faibles  de leur propre banque centrale ! Le Royaume Uni, la Suède et la Pologne sont donc gouvernées par la dette comme l'Italie.  Et leurs économies ne sont pas florissantes. Les dernières élections en Suède montrent l' estime des Suédois pour les socialistes et le droite qui les gouvernent.    Et si la Catalogne devenait indépendante ce serait pareil.

   - l'euro n'est qu'un instrument  parmi d'autres  du capitalisme rentier pour qui  l'inflation (qui ampute la rente et le profit des actionnaires) est l'ennemi n° 1.  Ce n'est pas l'Euro qui est la cause. Changer de monnaie en conservant la même logique  ne changerait strictement rien.

 C'est un débat CENTRAL qui nous concerne  et dont seule la Grèce (avec des moyens très insuffisants) cherche à se dépêtrer dans l'indifférence de la gauche, ce qui prouve notre retard sur la question.. Pour ou contre l'Euro sans poser cette question est une  fausse alternative  populiste  qui continuerait à nous mener dans le mur.

  Rappelons qu'avant Giscard la France frappait monnaie et n'empruntait pas aux banques de manière obligatoire.. Et son économie ne s'en portait pas si mal.

  Henri Ausseil

  

 
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2018 3 12 /09 /septembre /2018 08:56

Toute entreprise du CAC 40 est anonyme, c'est à dire qu'elle n'est pas possédée par un particulier et que sa propriété est partagée en une multitude d'actions.

   Qui en réalité est propriétaire ?

  C'est le conseil de surveillance qui réunit non le plus souvent  des individus mais des sociétés financières possédant un nombre suffisant d'actions pour en faire partie  ..  La société qui en a le plus de façon relative (de plus en plus rarement  à plus de 50 %) fait la loi, mais attention, elle est à la merci d'alliances pour la remplacer si elle exagère. Ce Conseil de surveillance fixe les investissements, nomme le PDG (et le renvoie) et le Conseil d'Administration.

  Le Conseil d'Administration, lui, est chargé d'aider et de surveiller le PDG. Ses membres ne sont pas forcément de gros capitalistes et possèdent rarement un énorme paquet d'actions. Ils sont choisis pour leur technicité ou leur carnet d'adresses. N'ayez pas en tête des vieillards bedonnants fumant le cigare.  Leur moyenne d'âge d'après une étude est de 56 ans et baisse régulièrement.  Ils font probablement du jogging très fréquemment.. 42,5 % sont des femmes. Ils sont issus des meilleures écoles du business et pensent en américain. Ils votent (ou non) les orientations de l'entreprise, les plans de licenciement  et les salaires des dirigeants.  En contrepartie de ce dur labeur (4 conseils par an en principe) ils perçoivent 85 000 euros en moyenne de jetons de présence.

L'Assemblée Générale réunit tous les actionnaires , grands et petits et est décorative. Elle vote par action et non par tête.

  Ce système bien rodé a un énorme avantage : il rend impossible l'identification du propriétaire  et masque donc la réalité. Une poignée de riches (fixer leur nombre est impossible) possèdent toutes les grosses entreprises et sont de plus en plus riches chaque année, grâce au travail, propre ou sale, d'une multitude de chiens de garde bien nourris.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 17:57
mise à jour en juillet 2018

mise à jour en juillet 2018

L'eau du Bas Rhône arrivera au delà de Beziers en 2021. La zone couverte sera  désormais à l'abri de la sécheresse qui menace tant de départements  l'été. Ce ne sera pas un canal  (qui subit l'évaporation)  mais des tuyaux. Le débit moyen  (2,5 m3/sec) est important mais infime pour le Rhône  (500 m3/sec)

  L'eau sert aussi aux grandes stations d'épuration  qui alimentent les villes. La station de la  source du Lez ne couvre pas les  besoins de Montpellier... et assèche le Lez. Au niveau de l'Hôtel de Région des apports du Bas Rhône compensent l'état le débit insuffisant du Lez.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2018 6 08 /09 /septembre /2018 07:24

En avril dernier, Washington a décidé de mettre fin aux exportations de puces  américaines destinées au groupe chinois ZTE, ce qui a mis à rude épreuve ce dernier qui a évité la faillite de justesse.  Donald Trump a changé d'avis  plus tard, mais  ZTE n'a pas oublié. L'arrogance de la croyance dans un monde immobile est mauvaise conseillère côté occidental

 Une firme chinoise vient d'annoncer avoir mis au point une puce comparable aux puces américaines, et moins chère. Les firmes US  vont perdre l'énorme marché des brevets  achetés   par  l'usine du monde, ce qui n'est pas rien. Avec les conséquences néfastes pour les travailleurs américains des industries de pointe. Cela mettra cinq à dix ans mais c'est inéluctable. Les entreprises d'autres pays ont compris que les Américains n'étaient pas des partenaires fiables et qu'il faudrait sans doute chercher d'autres fournisseurs."Trump nous a fait de la publicité " a dit non sans raison un industriel chinois

  Combien de temps la France soutiendra-t-elle cette stratégie suicidaire ? L'avenir est à la coopération mutuellement favorable  , non à la confrontation qui crée du profit pour les seuls actionnaires.

  HA

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 13:11

Un journal allemand relate que les USA achètent des moteurs de fusées russes et vendent aux russes des armes légères. Quand il s'agit de gêner l'industrie européenne, les exigences  américaines sont beaucoup plus rigoureuses. Sanctions  ou élimination des concurrents  ?

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 07:11

Alors que l’État s’apprête à devenir actionnaire minoritaire à La Poste via un amendement à la future loi Pacte, la Caisse des dépôts a désormais les coudées franches pour poursuivre la privatisation des activités de l’entreprise.

Une page se tourne dans l’histoire de La Poste. Jeudi dernier, le gouvernement a acté son désengagement au sein de la société anonyme à capitaux publics. C’est via un amendement ajouté dans le projet de loi Pacte, examiné en commission spéciale à l’Assemblée nationale à partir d’aujourd’hui, que l’État deviendra actionnaire minoritaire de La Poste, marquant une rupture pour l’opérateur postal. Laissant la Caisse des dépôts et consignations (CDC), institution financière publique déjà au capital à hauteur de 26 % depuis 2011, devenir l’actionnaire majoritaire.

En contrepartie, la CDC apportera sa contribution de 42 % au sein de la Caisse nationale de prévoyance (CNP) Assurances, permettant à La Poste d’accumuler six milliards d’euros de fonds propres. Mais ce montage capitalistique de rapprochement entre la CNP et la Banque postale, emballé dans la création d’un grand pôle public financier par le gouvernement, revendication de longue date de la CGT, ne convainc personne. « C’est une opération financière et un coup de communication, estime Alain Bard, administrateur CGT de La Poste. Pourquoi ce pôle ? Comment ? Avec qui ? On n’en sait rien. » D’autant que d’autres scénarios étaient possibles pour réaliser ce pôle public financier, via la montée de l’État au capital de la CNP. Bientôt intégrée au groupe La Poste, une partie du capital de l’assureur reste privée, composée d’actionnaires salariés, de fonds de pension et de la BPCE (Banque populaire-Caisses d’épargne).

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a beau assurer que « La Poste restera un grand service public national et une entreprise 100 % publique », la privatisation, en route depuis la transformation du statut en société anonyme à capitaux publics le 1er mars 2010, devrait se poursuivre à vitesse grand V. 

(à lire dans l'humanité)

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 10:52

Sur  298 conseillers ministériels  43 ont travaillé dans le lobbying c'est à dire proposé des lois favorables au CAC 40. C'est France Inter qui l'a calculé. Gageons que si on ajoute les pantouflards la proportion est beaucoup plus élevée.

  C'est une pratique qui a pris de l'ampleur à partir de 1970, notamment auprès du Commissariat européen et de TOUS les gouvernements occidentaux.. La nouveauté n'est donc pas son existence mais son émergence.

  Et c'est tant mieux.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 08:53

 En fait le plombier polonais est un  pêcheur anglais mais l'enjeu est le même.  Nous connaissons la problématique en Méditerranée avec le thon rouge. Là un accord international a pu se conclure.

   Les pêcheurs normands après bien des errements ont fini par comprendre que protéger la ressource  garantit de gagner sa vie. Ils laissent la coquille se reproduire l'été, réservant la collecte  à la période septembre -mai.  les Anglais en profitent pour ramasser  l'été ce qui provoque des frictions.

   Une fois de plus le dogme de la concurrence bénéfique prouve sa malfaisance. Et ce n'est pas la dernière.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens