Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 09:18

En 1981 je suis devenu secrétaire régional du SNES. Mon syndicat était porteur d'une immense ambition: porter 80 % d'une classe d'âge au niveau du bac.   Pas distribuer des bouts de papier appelés bac, mais  faire passer 80 % d'une classe d'âge de la capacité de reproduire à la perfection un geste appris  à la capacité de   comprendre pourquoi elle  le fait. Le métallurgiste expert  déterminant  par à la couleur  ce qu'il convient de faire devient inutile au temps du robot enregistrant automatiquement la température.

 Etudiant avec passion tous les systèmes éducatifs, nous avions eu une surprise de taille. Un pays , et pas du tout celui que nous attendions était en passe d'atteindre ce résultat : la Corée du Sud , pays semi- dictatorial à l'époque et sous la férule des Etats – Unis.

    Nous étions persuadés, avec l'arrivée de la gauche au pouvoir, que la France atteindrait ce stade la première dans le monde  Certes j'ai eu l'honneur de serrer la main de Savary( cas unique),  mais son cabinet  s'est chargé de nous ramener sur terre.

 A notre stupéfaction (alors que les enseignants sidérés baignaient dans l'état de grâce) nous avons découvert l'art et la manière de diminuer le budget de l'éducation nationale tout en réalisant de grandes choses sur le papier.    Les postes nécessaires n'ont pas  été payés par une augmentation du budget mais par une alchimie qui n'a jamais cessé depuis. On supprime des postes de surveillants , des options, des heures d'enseignement  et on trouve ainsi comment  créer des postes dans les lycées créés. Le professeur de  français passe de deux classes dans son service à 4 , le professeur de mathématique de 3 à 5 mais, bien formés ils compenseront ce mal pour un bien.  En quatre ans l'élève  de collège reçoit désormais l'équivalent en heures  de français et mathématiques  de trois  ans auparavant. Une année rayée de la carte .

Au même moment un ministre communiste nous accordait un droit de regard  masochiste sur les dotations de la fonction publique. En Comité Technique Paritaire nous découvrions l'arnaque (30 000 heures d'enseignement /élèves  supprimées en une seule année dans l'académie de Montpellier)  ,  couverte par la "rénovation des collèges"  célébrée par tous.  Et nos efforts pour mobiliser sans résultat.

J'en garde une profonde meurtrissure , et cela explique la remise en cause de la stratégie d'accords au sommet  qui en a résulté, et une certaine aversion , il faut bien le dire, pour le social-libéralisme

 En 2018 l'état de la Corée du sud qui a atteint l'objectif et de la France à deux vitesses , pour qui veut bien y regarder de près, n'est pas à notre avantage, sauf pour les milliards accumulés par les capitalistes. Les occidentaux  aux JO s'extasient.  J'oublie mon portable et je le retrouve !     C'était pourtant le cas dans la France apaisée  de ma jeunesse. Pas pour le portable qui n'existait pas mais pour le portefeuille. Il existait même un bureau des objets trouvés!  Aujourd'hui si vous ramenez un portemonnaie on vous décorera.    Cherchez l'erreur.

Lecteurs et lectrices , tirez en vos propres conclusions.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 18:18

Comme Monsieur Jourdain père vendait des draps sans être commerçant, notre ministre communicante   va ouvrir largement les portes de la fac à tous les bacheliers, à condition que leur cursus le leur permette. Et si vous avez le mauvais esprit de lui rétorquer que c'est justement ça la sélection, vous prouverez votre imperméabilité   au bourrage de crâne. Soyez -en félicité(e) .

Partager cet article
Repost0
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 11:11

Un poste "en surnombre" devait être supprimé, baisse budgétaire oblige. Surnombre signifie que lorsque un enseignant détectait une insuffisance un autre enseignant "sans classe" intervenait avec peu d'élèves pour combler à temps la lacune.

  Ce n'est pas la panacée mais c'est mieux que le passage obligatoire en classe supérieure en conservant cette lacune.

  La lutte des parents et des enseignants a sauvé le poste. Reste à savoir s'il n'a pas été pris ailleurs où les besoins étaient tout aussi urgents.

Partager cet article
Repost0
4 février 2018 7 04 /02 /février /2018 09:27

Partons d'un constat du livre foisonnant de Barbara lefebvre. Des élèves de son collège se croient autorisés à rentrer 15 jours après les autres parce que les billets d'avion moins chers  imposent cette date à la famille retournant périodiquement au pays. Vous ne trouverez ici aucun jugement moral. Pour la bonne raison que ces élèves acculturés seront les premières victimes de leur acculturation.

 Contrairement à l'auteur nous ne partirons pas du fait lui-même mais du constat : l'éducation est devenue un coût pour la nation. Décortiquons par  l'exemple l'enchaînement dialectique de données en apparence disparates qui aboutissent au but recherché : la cible consentante  contribue volontairement à son propre malheur. Il y faut  un zeste de lutte des classes qui se trompe de cible." Je suis une victime de la société." Il y faut aussi des enseignants de bonne volonté, bien formés, qui cherchent des excuses au malheureux, notamment le milieu familial.  Partir de l'enfant a fait des ravages dans  les années 80, non parce que c'est faux mais parce que cela a masqué le but recherché. En somme il est interdit d'interdire, ou plutôt le coupable a toujours  des circonstances atténuantes, du moins avant 18 ans et la case prison ou chômage. On retrouve ici le juge qui renvoie le mineur dans ses foyers parce qu'on ne punit pas un mineur. Il y faut aussi un manager chef d'établissement qui a ingurgité de gré ou de force la potion libérale. On fait avec ce qu'on a.  Sa tâche n'est plus d'éduquer un élève mais de faire en sorte que le nombre de classes, d'heures d'enseignement, d'options, de redoublements soient conformes aux moyens attribués .  On appelle par antiphrase autonomie cette soumission à des ordres stricts de la hiérarchie, remontant  de marche en marche au budget attribué à l’éducation.

   Chaque élément joue sur les autres et vice versa. Cherchez un coupable dans  cette affaire, vous ne les trouverez pas. Le dieu euro ou dollar est si loin qu'il n'apparaît pas au commun des mortels. Sur le terrain, dans une partie de ping- pong dérisoire on se renvoie la responsabilité, ce qui tient lieu de réaction.  Ce que certains appelleront triomphe de l'individualisme. Si c'était vrai, on peut supposer que l'individu  à la recherche de son bonheur ne serait pas assez bête  pour se tirer une balle dans le pied. Le résultat s'appelle  en réalité triomphe de l'hégémonie invisible. Et l'argent qu'on ne consacre plus à l'école va aux circuits financiers.

     Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2018 1 29 /01 /janvier /2018 12:01

Un professeur ne peut qu'en être consterné. La Documentation française stockait des informations, les diffusait, mettait à la disposition des maîtres et des élèves des millions de documents et de monographies.

D'autres sources la remplacent. C'est ce qu'on dit. La photo a-t-elle fait disparaître la peinture? Le cinéma le théâtre?

 Des bâtiments convoités par la spéculation, des emplois supprimés, un pan de notre patrimoine effacé. Un exemple parmi d'autres du déclin français.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2018 3 24 /01 /janvier /2018 14:09

Depuis deux siècles le baccalauréat signifiait l'entrée à l'Université.  Sa "réforme-mort" sigifie qu'il est pour moitié donné par l'établissement et non un jury extérieur. Sa valeur, à l'américaine, sera celle de l'établissement qui l'a donné. Les conséquences sont évidentes, toutes en défaveur des couches populaires. L'école au service de la finance s'installe tranquillement. C'est la fin de l'école républicaine , si nous n'y mettons pas bon ordre.

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 10:06

L'Université d'excellence joue parfaitement son rôle. à Montpellier. Elle fournit à SANOFI (pour des clopinettes) d'excellents étudiants, ce qui lui a permis de supprimer 200 postes de chercheurs et de gaver ses actionnaires.

 Nous nous élevons avec raison contre le tri des étudiants.  Mais dans le passé l'illusion des millions qui allaient pleuvoir sur les universités a provoqué chez certains de nos élus des votes contre lesquels le blog s'est insurgé en son temps.  Et Mme Fraisse présidente de la Fac des Lettres, dans son juste combat , n'a pas reçu tout le soutien politique que méritait son action.

 Retrouvons les fondamentaux. L'Université  n'est pas l'outil d'accumulation de profits  des puissances financières mais le lieu où s'élabore le savoir de demain. Militants politiques, étudiants , enseignants, syndicats, citoyens NOUS SOMMES TOUS CONCERNES.

 Pleurer sur des constats hélas prévisibles (et le blog les avait prévus) ne suffit pas. Il faut rassembler sur un objectif   et en faisant des propositions , militants politiques, étudiants, enseignants, syndicats, citoyens dans un grand combat pour le dépassement.

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 12:04

Nous sommes alertés sur le danger des écoles pétainistes fondées dans les banlieues par la droite et son extrême.  Le lever de drapeau, l'interdiction de la langue des parents ne sont certes pas des valeurs émancipatrices.

 Mais interrogeons- nous sur nos propres responsabilités. L'école de la République que nous aimons ne remplit plus son rôle.  La nature ayant horreur du vide, de bons apôtres le remplissent.  Qu'avons-nous fait de CONCRET pour  que l'Ecole soit encore l'ascenseur social du passé et empêcher sa décrépitude ?

L'auteur de ces lignes a  été à l'école sous Pétain. Le lever et la descente du drapeau étaient quotidiens. Maréchal nous voilà était le tube.  A vrai dire cela glissait sur nous comme l'eau sur les plumes d'un canard.  Mais nous y avons  appris à lire ,  à écrire, à compter.

 La vraie  manière de contrer les fabricants de jeunesses pétainistes c'est de construire une école de la liberté  plus efficace  que la leur, et elle le serait facilement  avec des moyens.

  Une simple condamnation morale aura autant d'effet que nos incantations contre le front National. Au travail !  

Henri Ausseil (qui s'attend à une volée de bois vert, mais il faut bien provoquer de temps en temps)

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 06:59

L'UNEF devenue au fil du temps   un instrument du PS  a perdu la capacité de les représenter. Forcément des syndicats authentiques prennent la relève.  Solidaires Etudiants et le syndicat de combat universitaire de Montpellier (SCUM)  ont compris que l'Université de la sélection est  une des formes que prend le libéralisme et que la place des étudiants est avec les salariés et non dans un vain combat corporatiste. La  preuve la plus récente est la disparition du système adapté de Sécu et le passage au régime général alors que la plupart des étudiants n'ont que de faibles revenus. La mutualité étudiante est en péril  et les mutuelles  privées à l'affût. Mais il faudra l'aide accentuée des familles pour y souscrire.

  ils seront présents le 16 novembre aux côtés  de la CGT, de Solidaires et de FO et espérons le de beaucoup de militants politiques et de citoyens (hommes et femmes)  , sur leurs revendications propres , et c'est très bien ainsi.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 10:37

Il fut un temps pas si lointain où l'Etat finançait les facs. Puis on a fait croire aux universités que si elles devenaient excellentes (comme si avant  elles étaient nulles) un pactole se déverserait sue elles.

  la vérité toute nue sort du puits.  Pour se moderniser (c'est nécessaire) ce n'est plus l'Etat qui paye  la totalité  L'université autonome  va emprunter 183 millions d'euros aux banques. Nul besoin d'être Nostradamus pour annoncer l'avenir . Il faudra bien rembourser. Pour cela les voies obligées seront  le mécénat des entreprises, façon soft d'expliquer qu'elles financeront  ce qui les intéresse, l'augmentation des droits, la sélection  pour avoir un renom, l'abandon ou la misérabilisation des filières "non rentables."  Les enseignants qui s'en félicitent se tirent une balle dans le pied.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens