Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 17:16

Le 5 mai  l'IFOP a fait un sondage pour l'Huma Dimanche. Il révèle  que les préoccupations sociales du pays sont comme le feu qui couve sous la cendre.

 que ce soit l’augmentation du Smic, l’investissement dans les services publics, le contrôle de la finance et des entreprises ou encore la justice fiscale, les Français sont pour voir figurer des mesures fortes dans les programmes présidentiels. Ce n’est pas tout à fait nouveau en réalité, mais le climat politique actuel a réussi à faire passer ses aspirations au second plan. La crise sanitaire est aussi passée par là. L’idée même que les moyens n’existent pas pour mener d’autres politiques est battue en brèche. L’argent débloqué par milliards pour faire face à la pandémie, partout dans le monde, démonte la fable libérale qu’il n’y a pas d’alternative. Cela se traduit concrètement dans les aspirations des citoyens : d’abord, le besoin de services publics. Là où l’austérité libérale et la part du privé ne cessaient de progresser, les Français disent stop.  Ensuite, le pouvoir d’achat. On nous répète qu’on ne peut pas augmenter les salaires en général et le Smic en particulier, pourtant l’idée ne passe pas. C’est tout un système de pensée qu’on voudrait nous imposer, qui est en fait minoritaire dans notre pays : la théorie du ruissellement, ou l’idée selon laquelle aider les riches permettrait d’aider tout le monde. Le niveau d’approbation des mesures visant à taxer les revenus financiers, contrôler les aides publiques et rétablir l’ISF démontre que les Français n’y croient pas. C’est la matrice du macronisme qui est en échec.

  Le gouffre entre le discours médiatique et les attentes

À force d’écouter les polémiques qui alimentent le débat public, on serait tenté de croire que les sujets sécuritaires préoccupent les Français du matin au soir au moindre quart d’heure de cerveau disponible. Le résultat de notre sondage réalisé par l’Ifop montre une réalité bien différente. L’enquête réalisée par l’Ifop pour « l’Humanité Dimanche » en apporte une démonstration implacable : il existe d’autres sujets beaucoup plus consensuels qui préoccupent la société française, à partir du moment où ils sont mis sur la table.

Le directeur général de l’Ifop, Frédéric Dabi, se dit d’ailleurs « frappé par le décalage entre les sujets dominants de ce début de campagne et les préoccupations exprimées dans cette enquête ». Pour le politologue, les services publics et le pouvoir d’achat sont « deux thèmes qui sont présents à bas bruit dans le débat médiatique mais qui pourraient devenir très importants ».

  • Tous bords confondus 93 % des sondés sont ainsi favorables à l’instauration d’un « grand plan de réinvestissement dans les services publics, en particulier la santé ». C’est un souhait qui transcende toutes les appartenances.
  • Taxer les dividendes des actionnaires des grandes entreprises récolte l’approbation de 85 % des sondés, alors que même les sympathisants de la droite s’y déclarent favorables à 76 % (83 % du côté des macronistes et 91 % pour la gauche). 81 % des personnes interrogées dans cette enquête se prononcent également en faveur d’une augmentation du Smic de 250 euros brut, soit 200 euros net. Près de trois électeurs de droite sur quatre (73 %) y sont également favorables, contre 67 % du côté de la majorité présidentielle, 90 % pour la gauche (dont 91 % pour les sympathisants du PCF et de la France insoumise), et 84 % pour les proches du RN.
  • le rétablissement de l’ISF récolte l’approbation  de 78 % des sondés. Et là encore, c’est la droite qui crée la surprise avec des sympathisants favorables à l’impôt sur la fortune pour 67 % d’entre eux. Les macronistes cèdent en revanche du terrain en passant sous la barre des 50 %, avec 49 % d’avis favorables… Les sympathisants du RN, ceux du PCF et de la France insoumise accueillent cette idée favorablement à 87 %.
  • Donc les idées défendues par le PCF sont majoritaires dans le pays !

Nous constatons parallèlement  que les intentions de vote  n'en sont pas modifiées pour autant si on en croit les sondages. C'est la preuve que le PCF a raison, on ne peut plus faire de la politique sans mettre en avant ce que les Français et Françaises ont dans la tête

La question sociale pourrait-elle revenir au centre de la campagne de la présidentielle ? En tout cas  chacun et chacune devrait l'intégrer dans  son cerveau  et tout faire pour y arriver.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens