Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 08:25

Nos concitoyens vivent dans l’angoisse, ils souffrent parfois pour leurs proches hospitalisés. Pire, ils pleurent ceux des leurs qui sont décédés. Ils sont dans l’incertitude quant à l’avenir. Une multitude d’indicateurs montre une progression de la pandémie, du nombre d’hospitalisations. Les élus alertent sur les risques.

 

Pendant ce temps-là, que fait le pouvoir ? Des conférences de presse avec des tableaux complexes. Il semble oublier, ce pouvoir, que derrière la sécheresse des courbes, il y a des morts. On peut moquer les effets de la pandémie aux USA : la proportion de décès par rapport au nombre d’habitants est la même qu’en France. On nous explique qu’on attend les effets des vacances scolaires. Autrement dit on reconnait que l’ouverture ou non des écoles a un effet sur la pandémie alors qu’on nous a expliqué le contraire il y a quelques mois.

 

 

On peut se contaminer le soir après 18h, et le samedi et le dimanche mais pas pour aller au « turbin ».

 

 Le virus s’évanouit dès lors que l’on prend le chemin du travail ! La politique macroniste, durant la pandémie, ne perd jamais de vue qui elle doit servir en priorité : les entreprises. Pas la culture, pas la rencontre, pas les loisirs, pas les repas de famille ! Non, la valorisation du capital. Peu importe que ce soit une nouvelle fois les catégories populaires les plus sacrifiées, dans le transport et devant l’établi, le chantier, la caisse du supermarché, à l’hôpital ou au bureau. L’important pour le pouvoir et ceux qu’il sert, c’est l’économie comme ils disent. Doit-on rappeler que ce sont dans les quartiers populaires qu’on a le moins accès au vaccin. Les populations et les organisations démocratiques devraient se faire davantage entendre sur l’égalité d’accès au vaccin et sur la gratuité des masques.


Un nombre important de nos concitoyens doit faire face à la précarité (notamment énergétique), aux fins de mois de plus en plus difficiles, licenciements, chômage… La pauvreté de masse est si étendue que les organisations de solidarité sont dépassées. Ceci a lieu en France, sixième puissance mondiale en 2021. Un comble !

 

 Et de quoi nous parle-t-on en haut lieu ? De sécurité globale, de séparatisme, de viande dans les cantines, d’écriture inclusive, d’islamo-gauchisme – lequel envahirait nos universités comme hier le « judéo bolchevisme » tenait le pays. Et le président descend dans l’arène du petit cirque médiatique en faisant joujou avec deux Youtubeurs. C’est dérisoire. Puis l’un des principaux ministres du gouvernement, celui de l’intérieur, discute un jour paisiblement avec la cheffe de l’extrême droite puis le lendemain avec un chroniqueur télévisuel porté par les vents du grand capital sur C-News, après avoir rendu sa copie au Figaro ?

 

Ne nous trompons pas : rien de ceci n’est dû au hasard. Tout ici est calcul. C’est la fumée qu’on pousse devant nos yeux pour camoufler l’essentiel : la violence de la lutte des classes engagée par les puissances d’argent contre les classes populaires. 

Mais il y a une autre fonction cachée et plus insidieuse de ces polémiques politiciennes bien orchestrées : diviser, cliver. Diviser toujours, cliver encore. Polémiquer sur les repas d’une municipalité dirigée par un maire écologiste a pour fonction de faire monter les écologistes dans la perspective des élections à venir et donc de diviser et affaiblir le camp de la gauche. Reprendre les arguments de la droite (en les durcissant) avec la loi sécurité globale et l’islamo-gauchisme fantasmé dans quelques cellules noires proche du pouvoir a pour objectif de mettre la pagaille au parti « les républicains » et d’attirer leurs électeurs.

 

Un jeu dangereux s’impose : déporter sans cesse la politique du côté de la droite extrême et de l’extrême droite devenu « molle », trop « molle » selon le ministre de l’intérieur.

Dans un tel contexte, face à un tel danger, inconscients seraient ceux qui ne travailleraient pas à une riposte unitaire aux côtés des penseurs, des intellectuels, des chercheurs, des ouvriers et employés, des privés d’emplois, des jeunes à l’avenir bouché ."

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens