Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 08:28

Les innovations langagières dans le vocabulaire politique dominant sont rarement anodines. Deux nouveautés lexicales sont apparues récemment avec la promotion de deux termes : séparatisme et ensauvagement.

 Ces termes ont en commun de signaler des pseudo-dangers contre lesquels il faudrait lutter sous peine de voir disparaître les fondements mêmes de la vie sociales, les « valeurs de la République », la sécurité des citoyens, etc. Ils expriment également l’affirmation d’une aggravation de la situation de danger rendant obsolète et/ou insuffisant le vocabulaire ancien. Une telle aggravation rendrait nécessaire une politique ferme de défense et de ripost

Ce discours avait  disparu du débat politique depuis de nombreuses décennies, sauf  contre  les indépendantistes et les communistes"qui sont à l'est". 

Le séparatisme

 Emmanuel Macron  recycle ce vocable , en février 2020, le président appelle à un plan de lutte contre le " séparatisme islamiste "  lors d’un déplacement à Mulhouse.   Lors de son allocution à Mulhouse Emmanuel Macron décrit la menace à laquelle le plan et la loi contre les séparatismes sont censés répondre. Le ton du discours est à la dramatisation. La méthode classique de la généralisation de faits divers minoritaires est au rendez-vous. Un problème social est inventé et posé comme une réalité significative avérée dont l’ampleur justifierait un plan et une loi spécifique : 

"Dans la République, on ne peut pas accepter qu’on refuse de serrer la main à une femme parce qu’elle est femme ; dans la République, on ne peut pas accepter que quelqu’un refuse d’être soigné ou éduqué par quelqu’un ; dans la République, on ne peut pas accepter la déscolarisation ; dans la République, on ne peut pas exiger des certificats de virginité pour se marier ; dans la République, on ne doit jamais accepter que les lois de la religion puissent être supérieures aux lois de la République, c’est aussi simple que ça".

Ces faits minoritaires existent bien sûr et ont toujours existé. Le choix de les construire comme problème social significatif et de les inscrire comme priorité de l’agenda politique contribue une nouvelle fois à présenter une partie de la communauté nationale comme problème et comme danger. L’économie générale du discours du président comme les exemples qu’il cite soulignent que ce qui est aujourd’hui dénoncé comme « séparatisme » correspond à ce qui était désigné comme « communautarisme » jusqu’alors..

la dimension territoriale  est véhiculée par le terme « séparatisme ». En témoigne l’association permanente du « séparatisme » aux quartiers populaires dans les discours du président et de son premier ministre. Nous sommes dans la droite ligne des discours sur les « territoires perdus de la République » nécessitant une reconquête militaire. Dans un contexte où la pandémie du Covid a mis en évidence l’ampleur de la paupérisation qui touche ces territoires et les colères sociales qu’elle suscite, le discours sur le séparatisme prépare l’opinion à une répression brutale des révoltes sociales possibles dans ces quartiers populaires. Dans le même temps où l’Etat détruit systématiquement les services publics et plus largement toutes les politiques de redistribution, il se renforce dans le domaine des politiques sécuritaires. Le moins d’Etat social exige un plus d’Etat autoritaire.

 Hier avec le concept de laïcité et aujourd’hui avec celui de République, une notion est postulée comme univoque et absolue. Toute discussion à son propos est avancée comme constituant une remise en cause des conquis démocratiques, des droits fondamentaux, des libertés constitutionnelles, etc

L’ensauvagement

Dans son discours de Mulhouse de février 2020 Emmanuel Macron articule la lutte contre le séparatisme au concept de « civilité ».C’est la manière d’être citoyen les uns avec les autres et donc, c’est la manière, en tant que citoyen, de respecter pleinement les règles de la République. Et là-dessus, nous ne devons avoir aucune complaisance. Dans la République, la femme est l’égale de l’homme et toutes les lois sont respectées.  On ne peut accepter au nom d’une religion quelle qu’elle soit, qu’on vienne enfreindre ces  lois.

Les termes de civilité et d’incivilité se sont banalisés dans le vocabulaire politique contemporain. Cette banalisation n’est pas neutre et ne peut pas être découplée du contexte théorique et idéologique global. Celui-ci se caractérise par un retour en force du culturalisme, en particulier sous la forme de la théorie du « choc des civilisations ». Le propre de l’approche culturaliste est d’expliquer les faits sociaux, économiques et politiques par des facteurs culturels. Ce n’est donc pas un hasard, ni une surprise que le culturalisme contemporain redécouvre un champ lexical dominant d’une autre séquence historique, la colonisation. Dans celle-ci également le besoin de masquer et/ou de justifier les inégalités et les dominations a conduit à une surproduction idéologique culturaliste.

Loin de se limiter à un projet de restaurer des règles de politesse et de respect mutuel, le retour du terme civilité dans le débat politique contemporain révèle le réinvestissement par les dominants d’une vision d’un ordre social inégalitaire à imposer par la force. La soumission ne se déroulant plus suffisamment par l’adhésion à l’ordre dominant, l’idée de la contraindre par la force est promue. L’historien Gilles Manceron rappelle pertinemment que les conquêtes coloniales se sont également justifiées par ce couple barbarie/civilisation.

L’utilisation du terme « sauvageon » par deux ministres de l’Intérieur [Chevènement en 1998 et Bernard Cazeneuve en 2016] témoigne que l’idée d’un processus d’ensauvagement en cours dans les quartiers populaires est loin d’être l’apanage de l’extrême-droite. Qu’est en effet le sauvageon, si ce n’est le résultat du processus d’ensauvagement. Hier avec le terme sauvageons et aujourd’hui avec celui d’ensauvagement [et donc d’ensauvagés] ce qui est désigné ce ne sont pas des actes mais des personnes et des groupes qui sont ainsi expulsés en dehors du « Nous » légitime et peuvent dès lors être l’objet de traitements d’exception [c’est-à-dire de l’application pour une partie des citoyens de règles et de pratiques prohibées pour les autres].

 Les termes  sauvageon, ensauvagement, racaille, barbare, etc., sont une préparation de l’opinion publique, à l’interne de l’hexagone comme sur le plan de la politique étrangère,  à l’utilisation de pratiques, de techniques, de traitements, de violences « légitimes », de contraintes, de contrôles, etc., pour certains définis par leur « sauvagerie » ou par les territoires où dominerait celle-ci,  et pas pour d’autres. Ils participent d’un processus de fascisation déjà en œuvre depuis plusieurs décennies mais qui s’accélère dans la séquence historique actuelle. Sans être devin, il faut donc s’attendre à une nouvelle aggravation des politiques sécuritaires. Le déni officiel persistant des violences policières systémiques [en dépit d’une mobilisation inédite depuis plusieurs décennies] s’inscrit dans ce contexte. De la dénonciation d’un pseudo danger communautariste masquant le réel communautarisme de classe, à l’appel à la lutte contre le séparatisme, ce qui se dévoile n’est rien d’autre que l’ensauvagement d’une société capitaliste comme réponse aux colères sociales et aux exigences d’égalité.  

Extraits d'un texte de  Bouamamas  publié sur son site auquel nous vous invitons à vous reporter.

Note du blog  le texte original est tyrès long nous l'avons fortement réduit mais il reste anormalement long pour notre format  vu son importance, le réduire encore aurait été l'appauvrir.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens