Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 08:02

Les fausses réponses à la crise

Au-delà de la crise sanitaire, c’est maintenant une énorme crise économique et sociale qui pointe. Les évaluations les plus officielles continuent de sous-estimer le tsunami en formation. Celui-ci sera d’autant plus fort que le grand capital prédateur en profite pour restructurer les entreprises, les sociétés et l’Etat. Au bout du compte les belles paroles du Président de La République se transforment en leur exact contraire. « Les jours heureux » ne doivent pas se limiter à pouvoir entrer dans une brasserie. Ils consistent plutôt à en donner les moyens aux travailleurs qui ne doivent pas être privé de leurs activités. Or, les mêmes entreprises qui bénéficient de crédits d’impôts, du CICE et maintenant de prêts garantis par l’Etat ou encore de subventions exceptionnelles poursuivent des restructurations négatives en éliminant des emplois. Il est même des groupes qui, comme Peugeot dans le Nord, font venir des travailleurs polonais contre la reprise de travailleurs intérimaires attachés jusque-là l’entreprise. Ainsi, au lieu de débattre d’un projet de maintien des activités et de l’emploi dans l’ensemble de l’Union européenne, les gouvernements laissent les entreprises mettre les travailleurs en concurrence entre eux dans les pays et à l’échelle de l’Europe. Rien de tel pour détourner les aspirations sociales en « racisme » et « xénophobie ».

deux victoires ont attiré mon attention cette semaine.

 D’abord le vote par la totalité de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale du projet de loi déposé par André Chassaigne pour des retraites agricoles à 85 % du Smic. Je connais le prix de cette victoire pour m’être occupé moi-même de cette demande des paysans dans les années 1990 lorsque je travaillais aux côté d’André Lajoinie. Cette victoire devrait être portée avec plus de force pour améliorer encore le texte mais surtout pour qu’il rentre en application dans les mois qui viennent et non pas dans deux ans.  La seconde victoire nous vient de la Cour européenne des droits de l’homme qui a considéré que l’appel au boycott des produits israéliens était légal».

                                                           La presse

 Rien n’est décidé pour les journaux dans le nouveau budget de crise présenté mercredi dernier au conseil des ministres. Pourtant jour après jour les mauvaises nouvelles s’accumulent. Dans un tour de passepasse, les quelques 40 millions de déficit du journal Libération sont transférés a un fonds de dotation ; celui-ci servira de fonds défiscalisé de défaisance de cette dette pour les groupes Altice et SFR tout en sachant qu’il permettra de défiscaliser à 60% les apports, après avoir déjà bénéficié des défiscalisations via le taux de TVA à 5,5 % des abonnements SFR livrés avec Libération et L’Express.

L’Equipe annonce un plan drastique d’économie, comme le groupe Le Parisien–Aujourd’hui en France. La presse régionale elle-même est en difficulté avec le risque de fermeture de journaux locaux à terme.. On peut citer Paris-Normandie, le Nouveau Magazine Littéraire, La Recherche, le groupe Paris-Turf… Pour d’autres encore, des projets incertains de reprise ou de rachat, de réductions d’effectifs, de baisse de salaires sont à l’ordre du jour. La fermeture d’une partie des marchands de journaux, la distribution erratique des abonnés par La Poste, le redressement judiciaire de la messagerie Prestalis et surtout la liquidation des centres régionaux de distribution (les SAD) continuent d’aggraver la situation. Aujourd’hui encore, 15% du territoire national est privé de journaux de ce fait. Les recettes publicitaires se sont effondrées. Les événements qui permettaient des entrées de recettes n’ont pu se tenir. Selon plusieurs estimations les pertes de l’ensemble du secteur de la presse en ventes et abonnements s’élèvent à entre 120 et 150 millions d’euros auxquels il faut ajouter les pertes publicitaires.

L’Humanité n’échappe évidemment pas à ces graves perturbations. Or, à ce jour nous n’avons toujours pas l’autorisation de tenir la fête. Nous nous trouvons dans la même situation que tous les festivals qui ne pourront se tenir cet été. Quand bien même nous serions autorisés, nous ne pouvons pas nous lancer dans une aventure risquée. La Fête est un évènement qui demande un engagement financier important dès l’étape de préparation. Nous avons déjà engagé pour environ un million d’euros de dépenses de préparation. Si la Fête était autorisée aujourd’hui puis annulée ultérieurement – par exemple à cause d’un rebond de l’épidémie fin août – le préjudice pour le groupe « L’Humanité » serait incommensurable puisque les assurances ne nous couvriraient pas. Nous espérons donc pouvoir prendre une décision définitive la plus raisonnable possible dans les semaines à venir.

 PLH

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens