Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 06:42

L'Institut Montaigne, est présenté par les médias  comme  une association à but non lucratif qui conseille les pouvoirs publics pour leur donner des solutions sur toute une série de dossiers. A la lumière du destin d'une note d'un de ses experts  examinons ce qu'il en est . Il présente  des propositions  dites courageuses  pour surmonter l'après coronavirus:

     *  augmenter le temps de travail (via des dérogations au temps de repos minimum quotidien, l’imposition de rachat de jours de RTT pour les salariés, etc.)

    assurer   la formation du personnel pour qu'il travaille mieux.

      *  supprimer un jour férié, de même qu'une semaine de vacances à la Toussaint.

      * diminuer le nombre de RTT et déréguler le temps de travail dans la fonction publique.

Dans le même temps d'autres associations ou organismes à but  aussi peu lucratif ont émis d'autres propositions:

  •   « Prélever une contribution exceptionnelle sur le patrimoine des 1 % les plus riches »,
  • « Rétablir et rénover l’ISF »,
  • « Rétablir la progressivité de l’imposition des revenus financiers »,
  • « Supprimer les niches fiscales inutiles et les exonérations anti-écologiques »,
  • « Instaurer la taxation unitaire des multinationales pour lutter contre l’évasion fiscale »,
  • « Taxer l’ensemble des transactions financières »

Lecteur et lectrice peuvent constater que  le club Montaigne fait payer les salariés et que   la Fondation Copernic, les Économistes Attérrés , ATTAC, Economie et Politique trouvent  plutôt des solutions du côté de la finance. Deux thèses qui mériteraient un débat qui n'a pas eu lieu dans les médias dominants qui  n'ont présenté que les thèses  patronales de l'Institut.

 Les Échos est fier de divulguer la publication « choc » en exclusivité, dès 6 h du matin sur son site. Les autres emboîtent le pas. France Info prend le relais.

le 20h de France 2 donne la réponse dans la question posée aux auditeurs « Déconfinement : faudra-t-il travailler plus ? ». La parole est donnée à un travailleur . Il s'agit de Vincent Frayssinet (DG de la Fédération française du bâtiment Île-de-France Est), dont le statut de travailleur est prouvé  par le casque de chantier  qu'il a sur la tête . Il confie : "Ça va avoir un impact sur la durée des chantiers, et le fait de rallonger les chantiers rallonge les frais généraux de l’entreprise, et rallonge les coûts."

 

Une voix off distille  : Pour rattraper ce temps perdu, un institut libéral fait une proposition choc : les salariés pourraient travailler plus sans gagner plus.
- Laurent Bigorgne  (autre expert de l'Institut Montaigne)  présente une revendication forte du monde du travail patronal   : "Il faut maintenant, au moment où on revient au travail, partout où on a besoin de travailler plus, qu’on puisse le faire."
La voix off distille: Exemple : des heures supplémentaires payées plus tard, des RTT et jours fériés supprimés, et des vacances de la Toussaint raccourcies.

 Conclusion :  un vulgaire lobby patronal présenté comme un organe de réflexion a seul le statut  de penseur économique . Et  une chaîne publique remplit bien mal son rôle.

( librement inspiré  d'ACRIMED observatoire des médias)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens