Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 08:06

Le portefeuille gigantesque de titres dérivés, estimé à 46.000 milliards d'euros — soit 14 fois le PIB de l'Allemagne — est  en train de se rappeler à notre bon souvenir. Il s'agit d'argent basé sur les futurs remboursements  des emprunts consentis par les banques, du carbone de l'air, d'achats à terme de pétrole ou de cadmium etc etc mais pour l'essentiel de la CROYANCE que l'argent peut fabriquer de l'argent

La Deutsche Bank  est une banque aussi insoupçonnable que Volkswagen, un fleuron de la puissante Allemagne. Mais des faits extraordinaires arrivent à notre connaissance.

  •  Malade des titres dérivés la banque  aurait un trou de 12 milliards d'euros dans sa balance financière dissimulé par une falsification de la comptabilité et de grands frais de publicité.
  •  Mais les trou financiers ont vocation à se  creuser. La banque s'est lancée dans les machinations avec le taux de référence Libor (avec la participation d'autres grands acteurs tels que les britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland, la suisse UBS et la Société générale française). Quand cette information a fait surface, la Deutsche Bank a reçu une amende de 2,5 milliards de dollars, alors que l'agence S&P a revu à la baisse sa note de crédit de trois marches d'un coup, jusqu'à BBB+. Nos grands experts aptes à  donner des notes aux Etats (AAA ou l'infâmant BBB) sont de vulgaires escrocs.
  • d'autres cas de fraude et d'abus, notamment avec les titres hypothécaires qui étaient vendus par la banque avant la crise de 2008, ainsi que des accusations de blanchiment d'argent ont par effet boule de neige augmenté les plaintes et les frais de justice  et avec eux, les pertes.
  • il aurait été proposé aux gros investisseurs  en échange de leur silence 8 milliards d'actions, avec une remise de 30% par rapport à leur valeur marchande, ce qui a suscité l'indignation de ceux qui avaient acquis ces titres plus tôt au prix du marché.

. Fin 2016, pour la première fois la banque a rapporté des pertes nettes de presque 7 milliards d'euros.La banque gère plus de 550 milliards d'euros d'épargnes. De braves allemands des couches moyennes lui confient leurs économies. Afin de résister  DB cherche à s'allier avec la Commerzbank qui ne se porterait pas mieux.

Les analystes du capital  constatent que la Deutsche Bank continue de dégringoler. Ses revenus diminuent, ses dépenses augmentent, sa popularité chute, alors que le coût pour attirer l'argent ne cesse d'augmenter. Les immenses amendes ne font qu'empirer la situation: en dix ans, elles ont dépassé 17 milliards de dollars au total.

  Ce monstre aux pieds d'argile  est un magnifique symbole du libéralisme. Une bonne apparence  et au pied le gouffre des illusions perdues  qu'une propagande éhontée a de plus en plus de mal à cacher.

  Dernière parade elle serait mal gérée ce qui n'est pas le cas des autres banques. Donc le libéralisme n'es pas en cause.   Mais  les 46 000 milliards de produits dérivés exigeant un profit dépassant 10 %  que l'économie réelle  ne peur assurer annoncent  un autre scénario … si les peuples ne s'en mêlent pas.

HA

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens