Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 07:02

Nous attendions beaucoup  de l'émission d'Elise Lucet  , si juste pour d'autres sujets brûlants.  Des choses intéressantes ont été dites sur l'urbanisation sans que toutefois la pression des promoteurs soit réellement évoquée. Mais comme trop souvent à la télévision , un réquisitoire à charge a parfois oublié de faire le tour de la question.

     La manière de traiter le problème de la Seine est emblématique. Les efforts réels d'un maire pour que les nouvelles constructions en zone à risques ne présentent aucun danger ont été mises en parallèle avec une erreur grave mais ponctuelle qui a ignoré un tuyau enfoui qui a provoqué une inondation. Qu'en conclure ?

   Surtout l'inondation de 1907 (catastrophique)  a été  le seul critère pris en compte. Depuis, heureusement, de gigantesques travaux ont été réalisé en amont  aux sources de la Marne et de la Seine, créant  le plus grand lac de France qui approvisionne Paris en eau et régule les crues de ce secteur.

   Rien n'a été fait sur l'Yonne , malheureusement. Les eaux du Massif Central, périodiquement , continuent à provoquer des crues dangereuses , mais sans commune mesure avec 1907. Une retenue sur l'Yonne  supprimerait le risque majeur. Cela n'a pas été dit. Et pourtant l'urbanisation massive de l'Ile de France a   supprimé des milliers de zones d'infiltration, le risque potentiel  est aggravé par rapport à 1907.

  De l'émission on ne pouvait tirer qu'une leçon implicite. Si les pouvoirs publics sont coupables c'est d'avoir accordé des permis de construire et non  de ne pas avoir fait des travaux  de protection. La seule voix discordante reste  une mairesse des Alpes Maritimes qui expliqua que l'aide aux sinistrés s'est fortement   améliorée depuis la catastrophe qui a frappé sa commune mais que le risque était inchangé. Pourtant le documentaire lui même a fait apparaître comme  l'une des causes un défaut d'entretien.

  Ce débat est majeur et il va bien falloir clarifier la situation  : la seule solution serait-elle le repli dit stratégique donc  la démolition des habitations des zones à risque ?  Comme la raison réelle est l'absence de travaux pour raison d'économies, ces belles promesses écologiques seraient payées par les habitants.  Les 20 indemnisés sur 400 cités  dans le documentaire en témoignent. Il faudrait des milliards pour rembourser les logements  éventuellement   détruits pour le seul Palavas. Rappelons que LA TOTALITE DU CENTRE HISTORIQUE  DE NIMES EST EN ZONE A RISQUE MAJEUR. L'exemple de la Gironde (expulsion mais pas remboursement) montre ce qui se passerait.  Une gigantesque spoliation tout à fait compatible avec le libéralisme ambiant.

   Les Palavasiens en tout cas ne sont pas convaincus par ces balivernes, et exigent un effort collectif pour  trouver des solutions après des études sérieuses, car il ne saurait être question de gaspiller l'argent public.

  Henri Ausseil

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PCF Littoral
  • : Ce site donne et reçoit des informations sur les communes du littoral entre Lez et Vidourle( Mauguio-Carnon , Lattes, Pérols ,Palavas etc), sur l'activité du PCF et du front de Gauche (local et national).Il se veut un lieu de débat à la disposition de ceux qui ne se reconnaissent pas dans le consensus mou des médias dominants.
  • Contact

Recherche

Liens